// Quiota AMP
vendredi 16 avril 2021
Accueil / Articles abonnés / 24 janvier 1960 : 14 gendarmes mobiles sont tués à Alger
Les manifestants favorables à l’Algérie française se sont rassemblés, le 24 janvier 1960, près du Forum d’Alger. Lors de la fusillade qui a suivi, 14 gendarmes mobiles ont été tués par balles par des émeutiers. (Photo prise par René Bastien, gendarme mobile à l’EGM 5/6 de Baccarat / Collection privée).
Les manifestants favorables à l’Algérie française se sont rassemblés, le 24 janvier 1960, près du Forum d’Alger. Lors de la fusillade qui a suivi, 14 gendarmes mobiles ont été tués par balles par des émeutiers. (Photo prise par René Bastien, gendarme mobile à l’EGM 5/6 de Baccarat / Collection privée).

24 janvier 1960 : 14 gendarmes mobiles sont tués à Alger

C’est le plus lourd bilan jamais enregistré dans l’histoire de la gendarmerie mobile. Il y a soixante ans, le 24 janvier 1960, les partisans de l’Algérie française tuaient quatorze gendarmes mobiles lors d’une fusillade sur le Forum d’Alger.

Ce jour “hantera à jamais ma vie“, confie à L’Essor un gendarme aujourd’hui âgé de 82 ans. Marc Décou, 22 ans à l’époque, se trouvait sur le Forum, en plein centre d’Alger, avec son escadron 4/6 bis de Thionville. A 10 mètres de lui, il verra tomber l’adjudant Edouard Geeraert, de l’EGM 3/6 bis de Saint-Mihiel, tué d’une balle dans la poitrine.

La pression monte chez les partisans de l’Algérie française

“On a sali la Gendarmerie”, assure Marc Décou. Pendant très longtemps, les gendarmes ont en effet été accusés d’avoir tué huit manifestants sur le Forum et de n’avoir pas fait les sommations. “Nos armes, comme mon fusil-mitrailleur, n’étaient par approvisionnées sur ordre des autorités.

Marc Décou a vu le premier coup de feu partir depuis le bâtiment de la Grande Poste. “C’était le signal de l’ouverture du feu” pour les activistes de l’Algérie française.

Ce jour-là, quinze EGM, soit 1.100 gendarmes mobiles, avaient été déployés autour du Forum pour disperser les milliers de pieds-noirs qui voulaient manifester “contre le droit à l’autodétermination”. Cette annonce du général de Gaulle avait fait monter la pression chez les partisans de l’Algérie française. Leur mécontentement avait débouché sur la manifestation du Forum, premier jour de la semaine des barricades“.

Une fusillade de 37 minutes

Une fusillade nourrie a éclaté, provenant des immeubles avoisinants. Malgré cinq appels au cessez-le-feu, elle durera 37 minutes. Les émeutiers tireront plusieurs milliers de balles, notamment au fusil-mitrailleur. Les gendarmes tireront… 69 balles.

Lire aussi: Le gouvernement ouvre des archives sur les disparus de la guerre d’Algérie

14 gendarmes mobiles seront tués – 2 seront achevés par lynchage – et 72 blessés par balles lors de la fusillade. De l’autre côté, dans les rangs des manifestants, on dénombrera 8 morts. “Ne les oublions pas  !“, prie Marc Décou, qui demande ainsi que les noms de ces 14 gendarmes soient inscrits sur les monuments aux morts de leur commune respective.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.