lundi 23 juillet 2018
Accueil / L'actualité Hauts-de-France / Aisne : un homme décède après un tir de pistolet à impulsions électriques
Photo d'illustration (S.D/L'Essor).

Aisne : un homme décède après un tir de pistolet à impulsions électriques

Un homme d’une trentaine d’années, présenté comme un déséquilibré  est mort lundi à Vic-sur-Aisne (Aisne), après avoir été victime d’un d’un tir de pistolet à impulsions électriques ou Taser par les gendarmes de Soissons. Il venait de s’introduire dans un jardin privatif dans lequel il a dégradé une antenne parabolique.

L’agresseur s’est avancé vers les gendarmes avec une tige métallique à la main en criant Allahou Akbar. Les militaires ont utilisé successivement leur bâton télescopique puis leur arme à impulsion électrique pour tenter de le maitriser, sans y parvenir. Il a finalement été ceinturé par un gendarme “, explique le procureur de la République de Soissons, Frédéric Trinh, dans un communiqué de presse diffusé lundi 9 juillet en début de soirée.

D’après le “Courrier Picard” , les militaires de la compagnie de gendarmerie de Soissons sont intervenus  à Vic-sur-Aisne, commune  située à mi-chemin entre Compiègne et Soissons après plusieurs appels d’urgence signalant  la présence d’un individu au comportement étrange et qui se serait introduit dans le jardin d’une habitation.

 

Sur place, les gendarmes l’ont trouvé sur la voie publique, tapant notamment sur du mobilier urbain.

L’homme, dont l’identité n’a pas été communiquée  est “inconnu des fichiers de police ou de gendarmerie et son casier judiciaire ne porte la trace d’aucune condamnation” poursuit le Courrier Picard.

Une première enquête a été confiée à l’inspection générale de la Gendarmeriepour déterminer les causes du décès. Et une seconde sera menée conjointement par la section de recherche d’Amiens et la brigade des recherches de Laon, concernant les infractions de violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique et de dégradations de biens privés.

Une autopsie devait être réalisée ce mardi 10 juillet à l’institut médico-légal de Saint-Quentin.

 

 

 

 

A voir également

Victoire des bleus : 292 personnes gardées à vue et 45 policiers et gendarmes blessés

102 interpellations ont été pratiquées en France après les incidents ayant émaillé la célébration de …

2 Commentaires

  1. ADAM Andrer

    Honneeur respect et felicitations a tous nos gendarmes!
    Et quelque en soit les consequences continuez a nous proteger Nous sommes des millions a etre derriere vous et a vous soutenir
    Vive la Gendarmerie Nationale et ses hommes et femmes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *