dimanche 25 février 2018
Accueil / Société / Défense / Accident d’hélicoptères : hommage national pour les cinq militaires tués

Accident d’hélicoptères : hommage national pour les cinq militaires tués

La ministre des armées Florence Parly a rendu mercredi aux Cannet-les-Maures (Var) un hommage national aux cinq officiers tués le 2 février dans l’un des plus graves accidents d’hélicoptères survenus ces dernières années en France.

La ministre est arrivée en début d’après-midi sur la base école Général Lejay, où l’attendaient en plein soleil mais sous une brise glaciale des centaines de militaires et civils de la base, ainsi que les familles des officiers morts. En présence du général Jean-Pierre Bosser, chef d’état-major de l’armée de terre, Florence Parly a salué et embrassé les 5 veuves et les 11 orphelins des victimes, et s’est recueillie devant les cercueils, avant de remettre la Légion d’honneur aux militaires tués.

Trois instructeurs de l’EALAT (école de l’aviation légère de l’armée de Terre) – Stéphane Chaon, 44 ans, François Mille, 35 ans, et Patrick Vasselin, 52 ans – ont péri vendredi, aux côtés de deux stagiaires du 4e régiment d’hélicoptères des forces spéciales de Pau, Quentin Gibert, 29 ans, et Sébastien Grève, 30 ans.

Lire aussi sur L’EssorCrash de deux hélicoptères militaires : cinq officiers de l’armée de terre tués

Tous sont morts sur le coup quand leurs deux Gazelle se sont écrasées près du lac de Carcès, à une cinquantaine de kilomètres de Saint-Tropez, à priori après une collision en vol.

La France perd cinq de ses serviteurs les plus dévoués“, a déploré lors de son éloge funèbre la ministre, évoquant la “passion” des victimes pour leur métier. Elle a aussi assuré les familles que “la République ne les abandonnera(it) pas“, conseillant aux orphelins : “les yeux rivés vers ce ciel que vos pères ont tant de fois dompté, pensez à eux, soyez fiers“.

Mercredi, les circonstances de l’accident, incompréhensible pour les collègues des victimes, étaient encore inconnues.

L’enquête, confiée au parquet de Marseille, compétent via son pôle chargé des affaires militaires, est menée par la section de recherches de la gendarmerie de l’air.

Créée en 1957, l’EALAT compte aujourd’hui deux sites, à Dax et au Cannet des Maures : dans son implantation varoise, elle regroupe l’état-major de l’école et trois centres de formation, dont la base école général Lejay (BEGL), qui opère 27 Gazelle, 17 Fennec et 13 Puma.

AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *