lundi 28 septembre 2020
Accueil / A la Une / Vive émotion en Gendarmerie sur le port de galons de lieutenant-colonel et de colonel par les officiers de police
képi de colonel (Photo d'illustration L'Essor).
képi de colonel (Photo d'illustration L'Essor).

Vive émotion en Gendarmerie sur le port de galons de lieutenant-colonel et de colonel par les officiers de police

La Gendarmerie et particulièrement les officiers supérieurs s’inquiètent fortement de la demande de deux syndicats d’officiers de police de porter des galons similaires à ceux des lieutenants-colonels et des colonels de la gendarmerie.

Ces deux syndicats d’officiers représentent 94 % des officiers du corps de commandement et d’encadrement de la police, soit cinq grades, allant de lieutenant (deux galons) à celui de commandant (quatre galons). Dans la police, il n’y a pas actuellement de grade à cinq galons panachés (lieutenant-colonel) ou pleins (colonel). Les grades supérieurs à celui de commandant dans la police relèvent du corps de conception et de direction de la police, soit sept grades allant de commissaire de police à celui de directeur des services actifs.

Dans un communiqué du 5 octobre, Synergie-officiers (second syndicat représentatif chez les officiers) assure que le directeur général de la police nationale (DGPN) Jean-Marc Falcone « s’est engagé personnellement pour les galonnages à l’identique des officiers de gendarmerie, de pompiers et des douaniers ».

Ainsi les nouveaux grades de « commandant divisionnaire » et de « commandant divisionnaire à l’emploi fonctionnel » en voie d’être crées chez les officiers pourraient prétendre respectivement au port de cinq galons panachés et de cinq galons pleins.

La Gendarmerie a fait savoir mardi au ministère de ministre de l’Intérieur que cette mesure est susceptible d’avoir des « conséquences néfastes » pour les militaires de l’Arme. Cette proposition des syndicats, rappelle la Gendarmerie « n’a fait l’objet d’aucune validation à ce stade » mais est « de nature à entraîner une confusion préjudiciable pour le positionnement des corps militaires dans leur ensemble ».

« Elle est également porteuse, ajoute la direction de la Gendarmerie,  d’une surenchère inappropriée de syndicats des officiers de police qui revendiquent une parité avec les officiers de la gendarmerie et plus largement des armées ».

Cette demande suscite également l’ire des commissaires qui s’inquiètent de l’arrivée de ces deux nouveaux grades de commandant dans le corps des officiers.

Crowdfunding campaign banner

77 Commentaires

  1. flashlook

    on voit là un bel exemple de gros souci professionnel chez les officiers supérieurs tant dans la GN que dans la police,

  2. MAIRET

    Après le “VOL” des grades de lieutenant à Commandant, pourquoi s’en priver !!!!!

    J’espère que nos Officiers Supérieurs vont réagir. Des anti-militaristes portant des galons militaires… on aura tout vu …

    Le soldat que j’ai été…. de 18 à 53 ans…. est écoeuré..

    • cmdbientotcolonel

      Le grade de lieutenant dans la police date de l’Edit de Colbert en 1667. On ne vous a rien volé…

      Il faut arrêter de croire à cette prétendue supériorité gendarmesque, et il faut arrêter de penser que ces grades sont militaires.

      Je ne sais pas ce qu’on vous enseigne à l’EOGN mais apparement ce n’est pas l’humilité.

      • Damdam

        Votre adjoint capitaine de gendarmerie doit apprécier l’opinion qui est la votre sur le contenu de la formation de l’EOGN.

      • Eugéne 83

        vous parlez de 1667. Mais la police n’existait pas. Police municipale OUI. La police nationale existe depuis 1941. Les CRS depuis 1948. Si certaines personnes ont porté les galons en question , ils en ont pris l’initiative jusqu’à ce que l’état intervienne. Il n’ y a pas de supériorité de l’une ou de l’autre. La formation de chacun n’est pas la même.

    • HARMAND

      Regardes cela: http://polices.mobiles.free.fr/Chefs%20crs.html
      C’est juste un retour à ce qui était.
      Les noms étaient différents avant mais les officiers de paix ont toujours portés les galons et les noms de grades étaient déjà ceux d’officier après guerre en CRS.
      Le directeur Général de La police a 5 clous les généraux ont des clous carrés comme les étoiles de généraux militaire et cela n’est pas nouveau

    • M. Legat

      Pourquoi “antimilitaristes” ? C’est du n’importe quoi que dire cela. J’ai fini ma carrière dans la police nationale comme commandant de police. J’ai commencé dans la vie en entrant dans une école de sous officiers de l’armée de Terre (Issoire) et ai quitté l’armée après un contrat de cinq ans en armée active. Mais je n’ai jamais craché sur mon passé, bien au contraire. Pour entrer dans la police, j’ai passé un CONCOURS et non pas un examen. Les policiers n’ont jamais réclamé ce changement d’appellation et n’ont pas eu le souci de vouloir être supérieurs à quiconque. Cette transformation à répondu à d’autres critères. Si cela n’avait tenu qu’à moi, je serai resté “inspecteur de police”, etc. En réalité, il s’agit là, dans la gendarmerie, d’une affaire de susceptibilité mal placée. Au diable, toutes ces petites mesquineries et que chacun fassent son boulot avec conscience. Sur le terrain, l’ex-inspecteur, devenu “officier” travaille, comme il a toujours fait, en civil. Alors, les galons, vous devinez où on se les met !!!!! Aussi, il est dommage que tout cela vous fasse vomir………… Vos hauts-de-coeur vont vous ruiner la santé pour rien du tout. Très cordialement quand même parce que je n’ai jamais été rancunier, moi.

  3. AB

    Bonjour
    Officier de Police depuis plus de 20 ans, je me suis toujours tenu à apprécier mon métier et mon institution de tutelle, tout comme je le presume chaque gendarme le fait de l Arme.

    C est pourquoi je souhaite connaître vos arguments concernant la question suivante :

    En quoi ces projets de galonnages pourraient nuire à nos forces armées en général et à l Arme en particulier ?

    Je suis curieux et impatient de connaître vos arguments techniques, dénués j en suis certain de toutes polémiques partisanes.

    Cordialement

    A.BAUTISTA

    • dutrieux

      si vous désirez des galons identiques à ceux des militaires rien ne vous empêche de quitter le civil et de vous engager dans l’armée, à chacun ses prérogatives.

      • M. Legat

        Mais, mon pauvre monsieur, aucun des policiers n’a rien demandé. Cela a répondu à des directives européennes tendant à un semblant d’unité. Et c’est tout. Un flic en civil n’en a que faire d’un galonnage !!!!! Pour finir, d’armée, j’en ai fait 8 ans si je compte les années d’école ! Et je ne suis nullement antimilitariste ! Bien au contraire, l’histoire militaire me passionne. S’il en va de même pour vous, peut-être avez-vous lu mes livres et mes articles sur le sujet. Cordialement.

    • FJP

      La PN a de tout temps ,refusé une assimilation militaire (et pourtant elle copie sans vergogne ,la Garde Républicaine ou la Gendarmerie en particulier),qu’elle reste donc avec ses appellations traditionnelles et spécifiques à ses statuts . Un officier de paix ne peut être un commandant,un colonel ou un général .Chaque chose à sa place !

      • JPF

        Si la PN veut absolument être”militaire”,qu’elle assume aussi les OPEX !!

        • cmdbientotcolonel

          Ca c’est de l’argument.
          Il faut que les gendarmes arrêtent de se prendre pour des militaires de l’armée de terre.
          Vous en avez peut être le statut, mais ni la carrure ni l’humilité qui va avec.
          Ils se comptent sur le doigt d’une main les gendarmes qui ont fait de vrais OPEX. Je vous rappelle aussi que les policiers peuvent aussi travailler à l’étranger. Pendant la guerre du Kosovo, je n’ai pas vu un gendarme la bas…

          La gendarmerie a copié la police nationale de large en travers avec votre GIGN ou votre PGHM, alors arrêtez de croire que vos prétendus grades ne sont que militaires.

          je vous laisse lire une définition trouvé sur défense.gouv.fr (vous savez, le site de votre ministère qui est sous tutelle du notre…)
          “Formé des mots tenant et lieu, c’est à dire remplaçant, il est d’abord un terme administratif ; il devient un grade vers 1540. Il désigne donc celui qui est appelé à remplacer son chef immédiat. Associé à d’autres grades, il a donné au travers de l’histoire diverses appellations dont certaines subsistent aujourd’hui. Ainsi, ont existé les grades de lieutenant-général, aujourd’hui disparu, de lieutenant-colonel qui reste en usage ou encore de lieutenant-capitaine, dont le seul lieutenant perdure.
          Le lieutenant se distingue par deux galons d’or ou d’argent selon son arme d’appartenance.”

          • Tr5

            La mexicanisation des grades, chacun veut des galons et c’est la course à l’égo. Pourquoi lui a çà et pas moi ??? Sauf à me tromper, je n’ai jamais vu un sous-officier ou un officier de gendarmerie réclamer l’appellation d’inspecteur de gendarmerie ou de commissaire divisionnaire de gendarmerie. On rejette en bloc tout ce qui est militaire mais on exige des grades qui sont d’essence militaire, cherchez l’erreur… et quant à la guerre d’unités police / gendarmerie ne vous inquiétez pas vous êtres bien assez fort pour vous faire la guerre sans avoir besoin de la gendarmerie, il n’y a qu’à regarder ce qui se passe entre le RAID et la BRI.. Alors monsieur le moraliste je vous souhaite de prendre vos barrettes mais si votre ambition s’arrête à flatter votre égo ne nous étonnons pas que ça fonctionne aussi bien…

    • Sxay

      Pourquoi avoir choisi un métier civil en toute connaissance de cause , et s’efforcer de se confondre à tout prix avec les militaires de la gendarmerie

      Officier de réserve , retraité, j’ai toujours connu ce combat mené avec acharnement par la police .

      Si ce n’est pas pour y trouver un regain d’estime vis à vis des citoyens je pense que le statuts de la police sont suffisants pour vous y épanouir sans avoir besoin de ressembler à des militaires profession que vous n’avez pas choisie et je vous comprend.

      Laissez donc les grades aux militaires et gardez vos appellations civiles .

      • M. Legat

        Je le répète, les policiers n’ont rien demandé ! Ils sont trop occupés à leurs tâches, mon cher monsieur, pour se livrer à ce genre de mesquineries ! Et, en civil, où pourraient-ils les accrocher, ces galons ? Dites-le moi donc. Alors, le “combat acharné” de la police contre la gendarmerie que vous dites avoir constaté durant toute votre vie professionnelle… S’il remonte à … quelque temps, je vous rappelle que la gendarmerie était soumise à un certain règlement organique qui obligeait les gendarmes à travailler “en tenue et conformément aux ordres de leurs chefs”. Or, dans la réalité – j’ai connu bien cette période -, la gendarmerie outrepassait ses droits en travaillant sur le territoire “police” (zone urbaine) et “en civil”. En résumé, soyez assuré que tous les policiers (je ne parle pas de syndicalistes) n’en ont rien à faire de cette histoire de “grades à consonance militaire”. Parce que les “grades” il y en aura toujours pour marquer les degrés hiérarchiques.
        Sans rancune, sans tambour ni trompette. Fermez le ban.

    • ADHUMEAU

      Bonjour,ma réponse est la suivante pourquoi ne pas vous donner les même galons que la Gendarmerie et l’Armé mais à conditions de faire les OPEX à l’étranger comme nous .

      • cmdbientotcolonel

        Les policiers vont déjà à l’étranger…
        Il faut regarder ailleurs que dans son képi.

    • Dd

      Quand on est pas militaire, on ne porte pas les galons de militaires

      • Yannick RICHARD

        Bonjour,
        Je ne souhaitais pas prendre part à ce débat car l’opposition actuelle est identique à celle qu’à fait la police nationale au galonnage de la police municipale.
        Je suis directeur de police municipale et je porte quatre galons droits.
        Mais je pose une question simple avec tout le respect que je peux avoir pour les militaires dont j’ai aussi fait partie : Pourquoi les sapeurs-pompiers, les douaniers, les personnels de l’ONF etc., pourtant civils, portent-ils les galons militaires sans que cela ne soulève de question ?
        Bien a vous et encore, respect pour chaque militaire.
        Yannick RICHARD

        • Thomas

          Bonjour,

          Moi non plus je ne souhaitais pas prendre part à ce débat qui est pour moi plus une guéguerre (autant les officiers PN que GN sont risibles sur ce coup-là)…

          La réponse à votre question est simple : les 3 corps que vous citez sont d’origine militaire, tout simplement.

      • cmdbientotcolonel

        Je vous rassure je préfère 100 fois me faire appeler “inspecteur divisionnaire” ou “commissaire” que lieutenant colonel ou colonel.
        Je n’ai pas envie qu’on me confonde avec un gendarme qui se prend pour un Rambo….
        Mais je vous le rappelle, pour votre culture, que le grade de lieutenant n’a rien de militaire…

        • pandore

          J’ignore si vous êtes compétent et cela m’importe peu mais vous avez la morve des policiers frustrés par l’image véhiculée par la gendarmerie, sa rigueur, sa compétence, son honnêteté et son intégrité.

          Votre opinion acide et dénuée de toute mesure ne fait qu’entretien votre mal aise personnel.

          Nous pouvons en parler.

        • M. Legat

          Ah, mon brave ! Il est si vrai que l’appellation d’inspecteur fleurait si bon notre bonne terre de France. Pourquoi donc les administrateurs de Bruxelles (parce je crois que le mal vient de là-bas dans un but d’unification européenne, car, contrairement à ce que croient ces braves et susceptibles pandores, la police n’a rien demandé) a été se mêler à tout cela ? Charbonnier doit rester maître chez lui. Cordialement.

    • Eugéne 83

      par le mélange des galons , le grade perd de sa signification.(voir définition dans wikeria). de plus il est uniquement militaire (formation militaire poussée + formation judiciaire et administrative)

  4. JACAL

    Des galons militaires portés par des civils je m’y oppose fortement. Je suis un ancien soldat de la Gendarmerie avec 37 ans et demi de services je suis particulièrement outré à ne plus rien y comprendre…….J’espère vivement que nos officiers supérieurs de la Gendarmerie n’accepteront pas cet amalgame de galons. Merci.

  5. retraite93

    Dans les villes, bourgs et autres quartiers, sur les épaules de la”municipale” on ne voit que des galons d’adjudant, d’adjudant-chef, major portés par des gens qui n’ont certainement jamais eu la formation pour porter ces galons. (et je ne parle pas des garde-forestiers, pompiers volontaires et autres porteurs d’uniforme de toutes sortes).
    C’est le bazar, savamment entretenu et toléré depuis des lustres.
    Seule la gendarmerie, corps militaire doit pouvoir porter de tels galonnages.
    Il est temps que quelqu’un remette de l’ordre dans ce bazar.

    • Marcelle

      Bonjours retraite 93
      Je suis officier de sapeurs-pompiers et je pense qu’il serait bon de prendre quelques leçons d’histoire concernant la légitimité du port ou non de mes galons. … A chacun son histoire, alors ne mélangeons pas les genres. On ne nomme pas les sapeurs-pompiers professionnels ou volontaires comme étant “des soldats su feu ” par hasard ! Regardez le nombre de décédé chez les sapeurs-pompiers chaque année et comparez le au nombre de militaires en OpEx et après nous discuterons de ce fameux désordre.
      Et si vous voulez débattre d’un vrai sujet, peut être pourrions nous parler de la prise en charge des enfants des sapeurs-pompiers décédés en mission par l’état comme pupilles de la nation ! Après tout leurs parents n ont pas hésité à donner leur vie pour sauver celles des autres. Et croyez moi les galons ils n’en avaient bien souvent rien à faire, qu’ils soient pro ou volontaires.
      Bien à vous

      • M. Legat

        Bien jeté, Marcelle ! J’aime les pompiers . J’achète tous les ans leur calendrier et celui-là seul. Par tradition.

  6. DESFOSSES Henri

    Si je comprends bien, ces messieurs de la police veulent avoir le beurre et l’argent du beurre et pourquoi pas la crémière avec!!…Messieurs de la police vous êtes des civils ne l’oubliez pas. Cela m’avait déjà heurté lorsque vous pris les appellations de “lieutenant”, “capitaine” et “commandant à la place de inspecteur etc.etc, etc.

  7. GEOLEON

    Il y a longtemps qu’on en parle…. la Gendarmerie est appelée, à court ou moyen terme, à disparaître…….

  8. Claude ESPAGNE

    Pour mémoire, jusque dans les années 1978/1979 (+ ou -) les commandant principaux de la PN portaient 5 galons panachés et les commandants de groupement 5 galons, appellations colonel.

    Et, jusqu’à preuve du contraire, personne n’en n’est mort.

    Aujourd’hui ce qui me “choque dans cette proposition du syndicat des officiers de la PN, c’est que leurs nouveaux grades ne correspondraient à aucune des fonctions (telle que celle de commandant de groupement dans les CRS) qu’occupaient les ex. colonels de la PN.

    Autant militariser la PN pour ne constituer qu’une seule police d’État en tenue, chargée de la sécurité publique, du MO, de la surveillance de nos routes, etc : gendarmerie nationale.

    Et une seule police judiciaire ” en civil ” : police nationale.

    Comme dirait Mathusalem ” n’anticipons pas ” quand on lui parlait de prendre sa retraite.

    Il ne s’agit que d’une proposition, faite à l’approche de 2017…

    Pas de panique mon colonel, il n’y a plus d’argent dans les caisses de l’État.

    • Baux

      Bien dit, pourquoi ce qui a fonctionné en harmonie de 1941 à 1978, avec des cdts principaux (Lt col) et cdts de grpt (Colonels), et pas seulement dans les CRS (les gros corps urbains avaient de tels grades à leur tête) ne le pourrait il plus en 2016 ?? Les cdts à l’emploi fonctionnel actuel occupent les mêmes postes qu’occupaient jusqu’en 1978 les commandants principaux, voire même dans quelques cas ceux qu’occupaient des commandants de groupement (la délégation CRS d’Occitanie, dirigée par un cdt EF, a le même contour territorial du groupement V de CRS de Toulouse alors dirigé par un colonel ….
      Je crois que les gendarmes sont plutôt braqués en la matière sur ces appellations, telles que devraient les porter aussi les “civils” de l’investigation : les ex inspecteurs (15000) d’avant la fusion en 1995 avec les ex officiers de paix (1800).
      N’en déplaise à certains commentateurs, les appellations “Lt” “Cne” “cdt”, et jusqu’en 1978 “colonel”, ont toujours existé dans les CRS …. et ne datent pas de 1995 loin s’en faut (1944)

  9. Mjr11

    Depuis toujours, l’Armée (et donc la Gendarmerie) n’a jamais rien dit et toujours laissé faire. Si pour les douaniers cela est normal (ancien corps militaire), la police en tenue porte des galons militaires militaires depuis longtemps, les officiers de police aussi (Lt à Cdt), les Policiers municipaux également, les pompiers civils itou, tout comme le personnel pénitentiaire. Tous ces gens veulent être ce qu’ils n’ont pu devenir, aaaaaaaaah l’Armée !
    Et vous verrez qu’ils auront gain de cause. Manquera plus que les étoiles.

    • cmdbientotcolonel

      Votre commentaire est drôle.

      Je n’ai jamais voulu devenir militaire, encore moins gendarme, et mes collègues pareils.
      Il faut arrêter de vous prendre pour des soldats, vous avez juste le statut de militaire qui disparaitre un jour ou l’autre.

      Je suis actuellement commandant, je serais surement un jour commandant divisionnaire. Peut importe si je dois porter des barrettes qui sont identiques à celles de vos lieutenants colonel. Que ça vous plaise ou non cela ne vous concerne en rien.
      On remarque que ces grogne ne provient meme pas des officiers de gendarmerie mais des sous officiers.
      Il aurait fallu passer vos concours si vous voulez porter des barrettes parallèles… !

    • Sylvain S

      Remarquez que les douaniers et l’ONF anciens corps militaires portent des galons qui n’ont rien à voir avec leur réelle fonction. Si un technicien de l’ONF portent des galons de LTN en réalité on peut plus le comparer à un adjudant dans la hiérarchie. Quant aux grands chefs de l’ONF, pour ceux qui portent l’uniforme, ils ont droit aux étoiles.

      Je ne parle pas de la Police Municipale ou les galons correspondent plus aux échelons

      Même si je suis en désaccord avec “cmdbientotcolonel” sur certains points je ne trouve rien de choquant à ce que tous les corps civils ou militaires soient uniformisés ! Il faudrait d’ailleurs y remettre de l’ordre et recaler tout ça.

      Donc un colonel de police pourquoi pas : il va juste falloir définir la différence d’avec un commissaire divisionnaire par exemple…

  10. Daniel Chollet

    Pourquoi accepter cette pratique pour les autres grades et le refuser pour les colonels et lieutenants-colonels ?

  11. Rouillon

    Suite à tous ces commentaires je résumerai ma pensée sur le rapprochement police/gendarmerie au travers des galons…. si les “officiers ” de la Police Nationale veulent être considérés comme nos officiers il suffit qu’ils se déclarent prêts à adopter les contraintes du statut militaire. Il est fort probable qu’ils ne seront pas prêt à passer de 35h00 à 50, 60 et parfois plus!!! Si les gendarmes de tous grades adoptaient le régime de travail des policiers il manquerait du monde sur le terrain !!!!

    • cmdbientotcolonel

      Je suis officier de police et je travaille plus de 60h / semaine sans heures sup, sans marquer mes heures.
      Si les “officiers” de la GN ne sont pas contents, il fallait aller en police.

  12. bernard

    bonjour, je suis ancien policier. Lors de la réforme des grades on a vu tout le monde en uniforme et porter des galons d’officiers sur les épaules !!! mais… ils étaient tous contre l’uniforme avant !!!! mais soudain tout le monde a porté un uniforme… ça faisait bien à l’image de la population. parié ? parité ? b

  13. GRANAT

    Bientôt nous aurons des facteurs avec des galons d’adjudant…. Des chauffeurs de bus avec des galons de sergent… Des Préfets avec des étoiles de généraux… des cheminots en treillis cam….

    • cmdbientotcolonel

      Oh vous savez, on a bien des majors de gendarmerie qui se pensent équivalents à des officiers de la police nationale, alors plus rien ne m’étonne.

  14. Jean-Louis Achard

    Initiative supplémentaire qui a pour but de nous aspirer pour mieux nous étouffer ! Prudence au regard de cette volonté souterraine.
    Notre formation militaire mérite mieux que cela et me parait le rempart le mieux approprié pour l’état de droit dans lequel nous sommes.
    En formulant le vœu que nous puissions être là aussi, entendu !

  15. Dd

    En ce qui me concerne quand je croise un policier, quel que soient les galons qu’il porte sur les épaules je lui dis “monsieur”

    • cmdbientotcolonel

      En ce qui me concerne quand je croise un gendarme je lui dis aussi monsieur. Peut importe ce qu’il porte sur les épaules.

      • Sylvain S

        Déjà vous lui parlez. Bel effort.

        Ces gueguerres de clochers sont assez pénibles ? Non ? Qu’en pensez vous tous les deux ?

        • Léa

          Limiter les relations aux “monsieur” ou “madame” n’est pas conforme à l’esprit des Lois, comme dirait Montesquieu. Ces termes “sexistes” ne doivent pas être utilisé dans ces circonstances….car les grades ont été fixés par l’autorité publique. Les nier (renier) ou refuser de les attribuer aux intéressés revient à défier le bien fondé de la décision publique. Ce qui serait un comble pour des représentants de l’autorité publique. Dès que l’appellation (qu’elle plaise ou non) est acquise, elle s’applique. Le reste n’est que positionnement sur le terrain des “opérations intérieures” car portant des métiers très similaires.

  16. Micouraud

    Bonjour,
    entre la police et le gendarmerie il faut choisir! En effet , je pense que les policiers doivent se situer par rapport à la gendarmerie. C’est bien de copier ce qui existe en Gendarmerie mais il faut tout prendre y compris les inconvénients….Alors pourquoi ne pas militariser la police? Comme ça plus de dilemme.

    bon courage aux forces de Gendarmerie .

    • cmdbientotcolonel

      C’est bien de copier ce qui existe en police aussi… vous savez votre GIGN, PGHM etc…

      • guit

        création du gign 1974 , création du raid 1985…. dur dur de copier, sans parler des compétences, pour ce qui est de la douane des pompiers onf et autres ce sont tous des corps qui étaient militaires à l’origine

  17. Baldecchi

    La Police, comme les pompiers BSPP et Marins pompiers exclus bien évidemment), ont une tendance déplorable à vouloir “singer” les spécificités militaires. Commandements, saluts, cérémonies, galons, etc. sont de pales copies de ce que les vrais militaires portent ou exécutent avec un grand professionnalisme.

    • cmdbientotcolonel

      Le salut militaire fut d’abord le signe de paix et de fraternité échangé, de loin, par deux voyageurs qui se rencontraient. En élevant leur main droite largement ouverte ils montraient l’un à l’autre l’absence d’armes dans leur main.

      La chevalerie du Moyen Âge fit évoluer la signification du geste en le transformant en geste de courtoisie. Au moment d’un combat singulier, les deux adversaires portaient la main droite à la hauteur du heaume pour en soulever la visière et montrer leur visage. Le regard « yeux dans les yeux » a toujours eu son importance, ceux qui pratiquent un sport de combat le vivent intensément lors des rencontres sportives.

      Essayez de vous renseigner un minimum avant de vous ridiculiser avec des commentaires pareils.
      Les vrais militaires sont dans des blindés à combattre Daesh, pas à vouloir essayer de faire des enquêtes de vols de poules.

    • CNE TDM

      Les vrais “militaires” : Vous ne cessez de dire que militaire est seulement un statut et soudain vous parlez des vrais militaires : ne confondez vous pas le soldat, le combattant et le militaire ? Peut être.
      Il faut être plus clair et moins acerbe. On va vous dire que les vrais policiers sont dehors à chasser trafiquants et terroristes et non à invectiver tous ce qui n’appartient pas à votre corps sur internet.

      Mais peut être à trop de copier-coller de wikipédia vous n’arrivez pas à poser une argumentation intelligible. Sauf à afficher une détestation du “militaire” dans son ensemble assez triste.

  18. Julo

    Plus que le galonnage c’est surtout l’appellation qui pose problème. Du galonnage tout le monde en a pour une raison ou pour une autre, la principale étant que le galonnage est une façon de distinguer qui commande qui dans les forces en tenue, ensuite en France le galonnage est fait de chevrons, de barrettes et d’étoiles telles qu’on les connaît, c’est un fait. Cela ne pose jamais de problème quand un galonné de deux barrettes est un contrôleur dans les douanes, un lieutenant dans l’armée ou un garde forestier ou je ne sais quoi encore dans la pénitentiaire. Là où le bât blesse, c’est quand tout le monde s’appelle “mon colonel”. Là il peut y avoir confusion et mélange des genres, chaque hiérarchie étant spécifique à chaque corps, un directeur des services douaniers (galons de colonel plein) n’a rien à voir avec un colon de la GN et il est dès lors inepte de vouloir établir entre les deux une quelconque équivalence ou une quelconque subordination de fait.
    Quoi qu’il arrive un commandant fonctionnel ne devrait jamais commander d’effectifs de gendarmerie, il n’y a donc aucun problème dès lors qu’il ne prétend pas se faire appeler mon colonel par des gendarmes et que ceux-ci ne se méprennent pas à lui donner du mon colonel.

  19. marco45acp

    Lumen rectis !

    Ça suffit ! L’émoi en carton, les vives émotions de pacotille.

    Je suis ancien policier et aujourd’hui gendarme via la passerelle. Des policiers sont brûlés vifs dans leur véhicule, caillassés, exécuté au sol à coups d’armes automatiques, égorgés à leur domicile devant leurs enfants …

    Et puis quoi ! Et bien on s’émeut du galonnage et de la grille indiciaire…

    La France prend une direction qui me fait craindre le pire et pour certains le temps est au corporatisme échevelé.

    À cela je dis qu’il fait sortir la tête du sable voir de son fondement !

    Et puis halte au sketch des 35h en Police. Du temps où j’étais en Police comme beaucoup de collègues nous en faisions bien plus. Elles ne sont pas payées, sont soit disant mises sur un compteur. Mais c’est un système à la Madoff ( banquier escroc ) quand on veut voir la couleur de ses heures la réponse tombe : pas possible, pas de place, tu ne peux pas poser.

    J’ai retrouvé un collègue Policier vivant sur ma circonscription de gendarmerie. Il est la BAC à Paris. Petite explication de gravure : il part de chez lui en voiture, prend le train dans le 77, descend gare de Lyon, prend le métro et arrive à son service. Ah oui j’oubliais il bosse exclusivement de nuit. Quand il termine son service à 06h30, il est chez lui à 09h00. Alors c’est certain il est au 35h ce fainéant. Moi quand je termine mon service en faisant des heures supplémentaires même en Moon walk je mets 2 minutes pour rentrer dans mon logement. Enfin cerise sur le gâteau son unité comme beaucoup d’anciens collègues étaient au Bataclan. Les fainéants !

    Alors voilà taisez vous à tout jamais ! Respectons nous et servons les intérêts de notre République.

    Pour certains de mes collègues l’OPEX c’est sur le territoire national, tous les jours avec un maximum de risques et certainement pas au 35h.

  20. CORTES

    Bonjour à ces Mrs “gendarmes”qui se disent très attachés à leur pré carré de militaire et osant porter un quelconque jugement sur une réforme qui concerne, je vous le rappelle, la police nationale …
    Pendant que vous nous faîtes un long discours sur les appellations militaires et sur le fait que cela doit rester “un galonnage” d’essence militaire, on ne vous entend point pérorer sur le fait que la gendarmerie nationale distribue des galons “5 barrettes panachées” à des sportifs, des politiques, des personnes de la société civile et j’en passe ….
    C’est vrai que ces personnalités se sont toutes transportées sur des opérations “OPEX”, et bien sur sont issues de recrutements militaires. Il est vrai qu’elles ont toutes exercé des commandements etc ….
    Alors messieurs les militaires, faîtes d’abord le ménage chez vous … et après nous pourrons discuter sur beaucoup de choses qui doivent en principe nous rassembler ….

  21. Damdam

    La gendarmerie a raison de s’émouvoir car, lorsque PN et GN fusionneront (ça finira bien par arriver tôt ou tard), la hiérarchie des corps sera commune et, bien entendu, les fonctionnaires de police ne manqueront pas de faire remarquer qu’un commandant divisionnaire équivaut un lieutenant-colonel ou qu’un commissaire est l’égal d’un colonel (lol). C’est cette parité des grades qui se joue. Comme cela est inacceptable, on va promouvoir beaucoup de gendarmes. On verra des commandants de compagnie lieutenants-colonels (c’est déjà le cas), beaucoup de commandants de groupements généraux de brigade (l’inflation du nombre de généraux est programmée), etc. Le CB maréchal des logis-chef OPJ des années 90 serait aujourd’hui adjudant-chef. Le major Cdt Cie adjoint serait aujourd’hui capitaine. Le gendarme APJ en fin de carrière serait adjudant GFC. Les exemples ne manquent pas. + 2 grades pour tout le monde. Et pourtant, le job est le même. C’est comme le baccalauréat : si tout le monde l’a, ça ne signifie plus grand chose. Et la gendarmerie s’éloigne un peu plus de l’armée. Car un commandant de compagnie lieutenant-colonel, ça doit bien faire rire les capitaines de l’armée de terre ! Grades et fonctions devraient rester corrélés.

  22. Damdam

    A terme, nouvelle pyramide des grades des officiers de police :
    40% de capitaines de police (comprenant les appellations de lieutenant de police les 4 premières années et de capitaine de police ensuite)
    40% de commandants de police
    20% de commandants de police à l’emploi fonctionnel et de commandant divisionnaires de police.
    Parité indiciaire avec les grades d’officiers et d’officiers supérieurs de gendarmerie jusqu’au grade de lieutenant-colonel.
    Pour rappel, parmi ceux-ci, pyramide des grades dans la gendarmerie (budget 2014) :
    – 4 292 sous-lieutenants, lieutenants et capitaines soit 68% contre 40% prévus dans la police
    – 1 986 commandants, chefs d’escadron et lieutenants-colonels soit 32% contre 60% prévus dans la police.
    Qui peut croire que cette inégalité soit maintenue sans une nouvelle inflation des grades dans la gendarmerie ?

  23. Damdam

    D’ailleurs, on devrait parler de pyramide inversée, car il y aura davantage de commandants (60%) que de lieutenants et capitaines de police (40%).

    • gendy

      Votre commentaire me fait rire….
      Faire une comparaison entre un capitaine de police et un major de gendarmerie?
      Je suis gendarme et je sais rester à ma place.
      Je suis moi meme major, je suis l’adjoint d’un lieutenant qui commande une brigade.

      Dans la commune voisine, un capitaine de police dirige son commissariat. Il est secondé par un major de police. Sauf que dans son cas, ils sont trois fois plus nombreux, il y a aussi trois fois plus d’habitants…

      Il faut arrêter avec cette soit disant supériorité du gendarme sur le policier.

      Je connais un major qui se croit l’équivalent d’un commandant de police…
      Que vous le vouliez ou non lieutenant = lieutenant.

      • Trémel

        Cher major,
        Que la situation vous satisfasse, je n’en doute pas. Des majors adjoints au CB, il y a encore quelques années, ça ne courrait pas les rues. Un chef ou un adjudant aurait bien fait l’affaire, même dans une grosse brigade. A force de parité (voulue par la police) et d’inflation des grades dans la gendarmerie (consequence de la parité), chacun parmi les piliciers et les gendarmes y trouve son compte, j’en suis certain (surtout les gradés et surtout si le processus s’autoalimente). C’est à ce prix que la fusion se fera tranquillement. Celui qui n’y trouve pas son compte, c’est le contribuable car, comme l’a fort bien démontré la cour des comptes, aucun surplus d’efficacité n’a été constaté ou n’est à attendre de tout cela.
        Cher major, il y a quelques années, avec votre grade (et le difficile concours que vous auriez probablement du passer car c’était la principale voie d’accès), vous auriez pu prétendre à de plus hautes fonctions qui auraient justifié votre future belle retraite de major. Que vous soyez heureux ainsi, je vous comprends.

  24. cmdbientotcolonel

    “JULO
    Quoi qu’il arrive un commandant fonctionnel ne devrait jamais commander d’effectifs de gendarmerie, il n’y a donc aucun problème dès lors qu’il ne prétend pas se faire appeler mon colonel par des gendarmes et que ceux-ci ne se méprennent pas à lui donner du mon colonel.”

    Bonjour,

    Je suis actuellement Commandant de police dans un service qui regroupe plusieurs institution, dont la gendarmerie.

    Je vous rappelle que le terme de “lieutenant” dans la police nationale date de l’Edit de Colbert, en 1667…

    La Gendarmerie a été créée un siècle après, donc qui copie qui ? Vous avez votre réponse.

    Ensuite je suis amené souvent à croiser dans mon travail des officiers “supérieurs”. Je les appelle Monsieur, jamais mon lieutenant colonel ni d’autre.
    D’ailleurs mon adjoint est un capitaine de gendarmerie, il m’appelle Monsieur, je l’appelle Monsieur.

    Ensuite, je vous rappelle qu’il existe une parité législative dans nos grades depuis 2010.

    Je deviendrais certainement dans peu de temps commandant divisionnaire, et ensuite commandant divisionnaire à l’emploi fonctionnel.

    On avait longtemps parlé que ces nouveaux grades prennent aussi l’appellation de “lieutenant colonel de police” et “colonel de police” comme cela était le cas il y a maintenant près de 50 ans.

    Alors très franchement, prendre une appellation qui selon vous est militaire je m’en fou un peu. Avoir des barrettes blanches ou dorées qui selon vous encore vient du monde militaire, je m’en fiche aussi.

    • Sylvain S

      Autant j’ai bien du mal à entendre et comprendre les arguments des anti “lieut co et colonel de police” (Les histoires d’OPEX c’est de la blague…)

      Autant je suis étonné de voir votre hargne et votre mépris envers les gendarmes, surtout que vous semblez être à la tête d’une unité mixte. Quant à savoir qui à la plus grosse (votre GIGN votre PGHM… pfff ce sont des enfantillages, on s’en moque… et au Kosovo ou en ex Yougo il y a en avait des gendarmes)

      Je suis moi même brigadier (de police) donc avec des galons d’adjudant … mais un brigadier c’est aussi un militaire du rang dans l’armée de terre (la cavalerie, train… et même la gendarmerie !)…

      Moi je trouve plus “étonnant” de voir un contrôleur des Douanes, des Affaires maritimes ou un technicien de l’ONF avec des galons de lieutenant/capitaine. Que des recrutements niveau Bac. Ils n’ont pas fait 3 ans à St Cyr ou 2 à Melun et Cannes-écluses ?

      Ma sœur est “lieutenant pénitentiaire” : mais c’est catégorie B et elle n’a rien d’une officier.
      Mon frère lui est gendarme (MDC en GM) : quant à la vive émotion en gendarmerie ! C’est une blague : ça fait ronchonner les retraités et personne d’autre.
      Dans tous les cas le repaire le plus simple : c’est l’indice sur la feuille de paye.

      La question va être : quelle différence entre un lieut-co ou colonel de police est un commissaire ou un commissaire divisionnaire… car c’est plus les commissaires que cela embêtent en réalité ? non ? Ils viennent d’ailleurs d’obtenir une grade de commissaire général.

    • DELORT Patrick

      La gendarmerie n’était que l’héritière des compagnies d’ordonnance qui datent de 1455 devenues par la suite Maréchaussée et rebaptisées sous la Révolution Gendarmerie Nationale…….

  25. cmdbientotcolonel

    Bravo la censure sur votre site internet !
    Mais bon, plus rien ne m’étonne de votre part 🙂

  26. Léa

    Les termes “sexistes” de “monsieur” ou “madame” ne doivent pas être utilisés par des personnels de l’Etat (militaires ou civils) connaissant les grades. Sinon, à quoi cela servirait-il pour le législateur ou l’autorité publique de fixer de telles dénominations de grades ? Il faut respecter l’esprit des lois chère à Montesquieu et même si cela déplaît, employer les termes tels qu’ils ont été définis. C’est le moins qu’il faille attendre de représentants de l’Autorité Publique. On peut voir dans ce rejet (de part et d’autre) la défense de corportismes engendrés par des métiers similaires, sur un “champ d’opérations intérieures” commun.
    A décharge il faut reconnaître que l’appellation “commandant divisionnaire” sera vite effacée devant l’usage des termes “militaires” de Lt Co et Colonel.

  27. DELORT Patrick

    Pourquoi ne pas avoir le courage d’aborder tout cela par un biais différent.
    Depuis des années on constate que la Police Nationale a une propension à vouloir arborer les insignes qui sont ce jour l’apanage des militaires (brevet parachutiste, galons, appellation, marche au pas, organisation des unités et j’en passe ….) .
    Alors pourquoi ne pas leur proposer d’intégrer la Gendarmerie comme cela ils n’auront finalement plus rien à revendiquer…….

  28. juju

    C’est vraiment le sujet le plus important en ce moment?…. une bonne gueguerre entre nos chefs pour un bout de tissu, on est vraiment tombé bien pas d’un coté comme de l’autre….

    • Mamane

      Après avoir essuyé mes larmes, suite à la lecture de ces échanges je viens m’exprimer sur le sujet par une question.
      D’abord respect aux victimes du devoirs, des corps (pompiers,militaire, gendarme, policier nationaux et municipaux, garde forestiers,..).
      Ma question est la suivante : ceux qui souhaitent différencier la force dite “civile” de la force “militaire” en parlant de vol de galons, qu’en pensent-ils des services de gendarmeries qui travaillent de plus en plus en civile ?
      Je m’inquiète pour les collègues qui ont fait le choix de la passerelle (police vers la gendarmerie et gendarme vers la police) ; car ils risquent de souffrir de ce comportement nuisibles et enfantins de beaucoup d’entre nous (pensé à marco45acp).

      Respect à tous nos serviteurs de la République.

      Respect

  29. Jean Bataille

    Quand je lis ça je ne regrette pas d’avoir été révoqué de la police et cassé de mon grade d’officier pour
    avoir fait du contre-terrorisme.Il ne me reste que mon brevet d’Instructeur commando.
    Ben les gars on n’est pas sorti de l’auberge. Vous avez vraiment des préoccupations de très haut niveau.
    Allez je vous laisse.

  30. J’étais gendarme.Je suis entré en 73.Ici en BELGIQUE nous avons été supprimés.Hélas.Je suis devenu policier et je ne m’y suis jamais fait.Je suis retraité et heureux ainsi.

    • M. Legat

      Je crois qu’en France, les gendarmes, tombant “sous le joug” du ministre de l’intérieur, ont également eu les “boules”. Comme commandant de police, j’avais sous mes ordres deux sous-officiers de la gendarmerie. Lorsque le changement de grade est arrivé dans la police (d’inspecteur… à lieutenant…), je me souviens d’un dilemme qui les rongeait. Ils avaient saisi leur hiérarchie aux fins de savoir comment désormais comment il convenait d’appeler les policiers : par leurs nouveaux grades ou comment ? La réponse de la hiérarchie : “Appelez les “Monsieur” !!!!! Quelle mesquinerie. En effet, parce que depuis que ces garçons travaillaient sous mes ordres, nous nous appelions… par nos prénoms !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  31. PERTIN

    Les galons représentent une compétence et un grade. Chef de bataillon honoraire, je suis stupéfait par ce débat stérile. Il y a de la compétence réelle dans la gendarmerie comme dans la Police. Alors cette guéguerre montre une méfiance des uns contre les autres…et ce n’est pas sérieux. Les autorités décideront et les ordres seront appliqués. Le vrai débat repose sur des bases historiques pendant la guerre 39/45. Des policiers ont collaboré avec les allemands pendant que nos pères se faisaient tirer dessus à Montecassino ou en Normandie. En fait en regardant les faits à la loupe, on a découvert que beaucoup de policiers ont donné leur vie pour sauver des compatriotes.et que ce jugement était abusif car il ne s’appliquait pas à toute le corporation des policiers……..Les gendarmes et les policiers sont des gens d’honneur et de dévouement qui méritent le meme respect donc les mêmes galons. Fermez le ban!

    • M. Legat

      Ouah !!!! Alors là, le bouquet final !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Après une lutte imbécile, on en arrive à : “Les policiers, durant l’occupation allemande” ont trempé dans la collaboration !!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Fallait oser. Toutefois, après avoir vécu quarante ans à Paris, j’invite monsieur PERTIN à réviser son jugement. Je ne les ai pas comptées, certes. Mais il y a bien quelque part, un recensement des plaques commémoratives : ICI EST TOMBE POUR LA LIBÉRATION DE PARIS LE GARDIEN DE LA PAIX untel” Je n’en dis pas plus sauf que la gendarmerie, durant la seconde guerre était cantonnée dans les campagnes et la police dans la ville. Les réquisitions des occupants ne se faisaient à Triffouillis-les-Trois-Gazelles ! Ben oui. Ainsi, les cas de conscience…

    • CARRIER

      Je suis d’accord avec vous. Mais il y a quand même un gros caillou dans la chaussure de la Gendarmerie… Je veux parler de Mr Alexandre Benalla. Il etait lieut-Co ou Colon de réserve, non?

  32. Les syndicats de police, quelque soit le corps d’appartenance, ne sont là que pour deux raisons essentielles:
    Se gaver à titre perso, et faire ch… le monde avec des caprices de gosses mal élevés. S’ils voulaient passer colon, qu’est ce qu’ils foutent dans le civil????
    Pour finir et au vu des commentaires, la question de fond est devenue la suivante: Lequel des deux à la plus grosse…

    Et c’est un flic qui vous le dit.
    Au plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *