mardi 27 octobre 2020
Accueil / A la Une / Violences en Guyane : un homme en correctionnelle pour menaces de mort sur un gendarme
Palais de justice
Illustration (MG/L'Essor).

Violences en Guyane : un homme en correctionnelle pour menaces de mort sur un gendarme

Un Guyanais de 43 ans, dont l’interpellation et le placement en garde à vue mardi avaient provoqué une nuit de violences à Saint-Laurent-du-Maroni, a été renvoyé en correctionnelle, a indiqué le procureur Eric Vaillant mercredi soir.

L’homme a été remis en liberté mercredi soir après avoir reçu sa convocation à comparaître le 15 novembre prochain devant le tribunal correctionnel de Cayenne. Il devra répondre de divers délits routiers ainsi que de menaces de mort sur un gendarme avec la circonstance aggravante qu’une partie de ces faits présumés auraient été commis en récidive, a précisé le procureur de la République Eric Vaillant.

Deux gendarmes ont été blessés 

Alors que les faits qui lui sont reprochés remontaient au 13 août, l’homme, connu dans l’Ouest guyanais pour être un culturiste assidu, n’avait jamais donné suite à sa convocation à la gendarmerie.

L’homme, déjà condamné pour des faits notamment de violences et de menaces de mort, a été interpellé mardi à son domicile et la situation a “complètement dégénéré” dans la soirée avec des “jets de cocktails Molotov et de projectiles” et “un feu volontaire dans l’enceinte même de la sous-préfecture de la ville” qui a passablement dégradé son fronton.

Deux gendarmes ont été blessés au cours de la nuit d’émeute, l’un souffrant de la jambe, l’autre d’une fracture à la mâchoire.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.