mercredi 23 septembre 2020
Accueil / A la Une / Véhicules dans les forces de sécurité : l’avertissement du sénateur Philippe Dominati

Véhicules dans les forces de sécurité : l’avertissement du sénateur Philippe Dominati

Le sénateur (LR) de Paris Philippe Dominati (Crédit photo: GT/L'Essor).
Le sénateur (LR) de Paris Philippe Dominati (Crédit photo: GT/L’Essor).

Le sénateur (LR) de Paris Philippe Dominati s’inquiète de l’état du parc automobile dans la Gendarmerie et la Police. Le rapporteur des crédits de la Gendarmerie et de la Police à la commission des finances du Sénat pousse un cri d’alarme, ce jeudi 27 septembre, suite à la remise d’un rapport de la Cour des comptes sur les équipements.

Lire aussi sur L’Essor : Entraînement au tir des policiers et gendarmes : la Cour des comptes s’inquiète

Pour Philippe Dominati, la Gendarmerie et la Police sont en train de se paupériser. La faute à un budget de plus en plus serré : les augmentations d’effectifs n’ont pas été accompagnées, pour le sénateur, par une hausse suffisante des crédits pour l’équipement.

Vieillissement du parc

véhicule de gendarmerie (S.D L'Essor).
Photo d’illustration (S.D L’Essor).

La première conséquence de la dégradation du rapport entre dépenses de personnel et équipement est le vieillissement du parc automobile, le premier poste budgétaire, en termes d’équipement, de la Gendarmerie et de la Police. “Le taux actuel de renouvellement du parc, tant en Gendarmerie qu’en Police, ne permet que de ralentir son vieillissement”, estime le sénateur.

Auditionné par la commission des finances le mercredi 19 septembre, le major-général de la Gendarmerie, Christian Rodriguez, avait lui fait part d’une baisse de l’âge moyen des véhicules dans l’Arme, de 8,4 ans à 7,2 ans entre le début de l’année et le mois de septembre.

Lire aussi sur L’Essor : Les véhicules saisis, une manne pour les gendarmes

Pour le sénateur Philippe Dominati, il est “nécessaire d’entamer une réflexion d’ensemble sur la consistance du parc et sur sa gestion”. L’élu pense ainsi par exemple à une “plus grande externalisation” de l’entretien. Une suggestion qui, a avertit Christian Rodriguez, devra aller de pair avec la préservation de la résilience de la Gendarmerie.

“Si le modèle futur tend vers une externalisation du soutien automobile, ce qui peut s’entendre, nous devrons préserver la capacité permettant d’être projeté, par exemple, en Nouvelle-Calédonie, souligne-t-il. Si nous envoyons près de dix escadrons sur place, il faudra également envoyer le personnel pour entretenir les véhicules.” Sans mécaniciens en interne, la gestion d’une crise, par exemple en outre-mer, pourrait s’avérer plus complexe.

Gabriel Thierry

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *