samedi 21 septembre 2019
Accueil / A la une / Une nouvelle prime de lien au service pour les militaires et gendarmes du corps de soutien
Fourreau de maréchal des logis du corps de soutien (Capture d'écran)

Une nouvelle prime de lien au service pour les militaires et gendarmes du corps de soutien

Une prime de lien au service remplacera des primes dans les armées et la prime de fidélisation aux sous-officiers du corps de soutien technique administratif de la Gendarmerie nationale. Le ministère des armées institue en effet une nouvelle prime qui va remplacer plusieurs primes existantes. Selon le texte publié au Journal Officiel du 22 mai, cette prime de lien au service constitue un dispositif d’attractivité et de fidélisation au profit des militaires du ministère des Armées et de la Gendarmerie nationale.

Lire aussi sur L’EssorUne prime de fidélisation pour les maréchaux des logis du corps de soutien

Toutefois, précise l’arrêté, les militaires de la Gendarmerie nationale éligibles à la prime de fidélisation prévue par le décret n° 2019-255 du 27 mars 2019 ne peuvent pas percevoir une prime de lien au service ayant le même objet. Mais ils continueront à être concernés par cette prime jusqu’en 2025.

La prime de fidélisation pour le CSTAGN valable jusqu’en 2025

Dans un autre arrêté relatif à cette prime et publié au JO du 21 mai, le ministère donne des précisions sur la mise en application du nouveau dispositif. L’arrêté du 27 mars 2019 fixant le montant de la prime de fidélisation attribuée aux sous-officiers du corps de soutien technique administratif de la gendarmerie nationale est abrogé au 1er avril 2021. Toutefois, les militaires de la gendarmerie nationale éligibles au montant de la prime prévue à l’article 1er de l’arrêté du 27 mars 2019 demeurent régis par les dispositions de cet arrêté jusqu’au 31 mars 2025. Les primes et fractions de primes non échues mentionnées au premier alinéa de l’article 9 du décret du 20 mai 2019 susvisé sont toutefois versées conformément aux taux et montants fixés par les arrêtés précités.

Décret n° 2019-470 du 20 mai 2019 relatif à la prime de lien au service attribuée aux militaires

Publics concernés : personnel militaire de carrière et servant en vertu d’un contrat.
Objet : le présent décret institue une prime de lien au service.
Entrée en vigueur : le présent décret entre en vigueur le lendemain de sa publication .
Notice :  Sans préjudice des mesures transitoires prévues par le décret, elle se substitue, à compter du 1er janvier 2020, à la prime de volontariat en faveur des militaires non officiers servant dans les forces sous-marines, aux primes d’engagement attribuées aux militaires non officiers servant sous contrat et à la prime réversible des compétences à fidéliser en faveur de certains militaires non officiers à solde mensuelle et, à compter du 1er avril 2021, à la prime de fidélisation aux sous-officiers du corps de soutien technique administratif de la gendarmerie nationale.

Article 1

Peut se voir attribuer une prime de lien au service le militaire servant en vertu d’un contrat qui souscrit un engagement à servir dans l’armée d’active, au titre d’une force armée ou d’une formation rattachée, ci-après dénommé “engagement à servir général”.
La prime de lien au service peut également être attribuée au militaire de carrière ou au militaire servant en vertu d’un contrat qui souscrit un engagement à servir au titre d’un emploi, d’une spécialité ou d’une compétence particulière, ci-après dénommé “engagement à servir spécifique”.
La durée de lien au service est décomptée à partir de la prise d’effet de l’engagement à servir.
Un arrêté conjoint du ministre de la défense ou, pour les militaires de la Gendarmerie nationale, du ministre de l’intérieur, et des ministres chargés du budget et de la fonction publique fixe annuellement, par force armée ou formation rattachée :

– le nombre maximum de primes de lien au service pouvant être attribué dans l’année ;
– les montants maximum de primes de lien au service pouvant respectivement être attribués et payés dans l’année ;
– les montants minimum et maximum des primes versées individuellement aux militaires.

L’arrêté précise également, pour chaque force armée ou formation rattachée, les familles ou filières professionnelles concernées.
Au premier trimestre de chaque année, le ministre de la défense et, pour les militaires de la gendarmerie nationale, le ministre de l’intérieur transmettent aux ministres chargés du budget et de la fonction publique un bilan des montants attribués et payés au titre des primes de lien au service allouées sur les précédents exercices.
Au plus tard au quatrième trimestre de chaque année, ils leur transmettent une prévision des dépenses afférentes aux primes de lien au service qui seront attribuées et payées l’année suivante.
Ces prévisions et bilans déclinent, pour chaque vivier ciblé selon des critères d’emploi, de spécialité ou de compétence, le nombre et le montant des primes attribuées ainsi que l’échéancier de paiement correspondant.

Article 2 .

Les montants de la prime de lien au service versés au titre du présent décret sont distincts selon la force armée, la formation rattachée, la spécialité, l’emploi ou la compétence particulière.
Les montants versés à un même militaire ne peuvent excéder un plafond fixé pour la totalité des services sous contrat ou la totalité des services effectués en qualité de militaire de carrière. Ce plafond s’applique, le cas échéant, à plusieurs primes de lien au service consécutives au titre d’engagements à servir généraux ou spécifiques.
Ces plafonds sont fixés par l’arrêté conjoint mentionné à l’article 1er du présent décret.
Le militaire ne peut se voir attribuer plusieurs primes de lien au service concomitantes.
Le montant de la prime de lien au service attribué à un militaire au titre d’un engagement à servir général ou spécifique n’est pas modifiable au cours de la durée de cet engagement.

Article 3 

Le versement de la prime de lien au service peut être fractionné.
Le premier versement intervient :
1° Lorsqu’elle est allouée au titre d’un engagement à servir général, au plus tôt à l’issue de la période probatoire ou lors du premier mois de service lors de la signature d’un nouveau contrat ;
2° Lorsqu’elle est allouée au titre d’un engagement à servir spécifique, au plus tôt lors du premier mois de l’engagement à servir.

Article 4 

Les montants perçus sont intégralement reversés par le bénéficiaire lorsque, avant la fin de l’engagement à servir souscrit :

– il est radié des cadres ou voit son contrat résilié, soit sur demande du militaire agréée par l’autorité compétente, soit du fait d’une sanction du troisième groupe au sens de l’article L. 4137-2 du code la défense ;
– il est admis à sa demande dans un corps d’une autre force armée ou d’une autre formation rattachée ;
– il est placé, à sa demande, définitivement hors de la spécialité, de l’emploi ou de la compétence particulière lui ayant ouvert droit à la prime de lien au service.

Lorsque le bénéficiaire ne remplit plus les conditions prévues à l’article 1er du présent décret du fait de l’administration ou pour une inaptitude médicale imputable au service, celui-ci conserve ses droits.
Lorsque le bénéficiaire ne remplit plus les conditions prévues à l’article 1er du présent décret pour une raison autre que celles mentionnées aux alinéas précédents, le ministre de la défense ou, pour les militaires de la gendarmerie nationale, le ministre de l’intérieur suspend le versement de la prime ou met fin aux fractions non échues, selon les cas.

Le détail des seuils et des plafonds 

Article 5

La prime de lien au service est exclusive du bénéfice de l’une des mesures d’incitation au départ du personnel militaire prévues aux articles 36, 37 et 38 de la loi du 18 décembre 2013 susvisée dans un délai de quatre ans après la fin de l’engagement à servir au titre duquel la prime de lien au service a été accordée.

Article 6 

Le présent décret ne s’applique pas aux engagements à servir souscrits au titre :

– des écoles militaires de recrutement direct des officiers de carrière ;
– d’un volontariat militaire.

Article 7 

L’engagement à servir est souscrit et autorisé par le ministre de la défense ou le ministre de l’intérieur, pour les militaires de la gendarmerie nationale.
Le ministre de la défense ou le ministre de l’intérieur, pour les militaires de la gendarmerie nationale, peut, par arrêté, déléguer les pouvoirs qu’il tient de l’alinéa précédent aux commandants de formation administrative ainsi qu’aux autorités dont ils relèvent. Ces délégataires peuvent déléguer leur signature à un ou plusieurs de leurs subordonnés.

Article 8 

Sont abrogés au 1er janvier 2020 :

-le décret n° 72-220 du 22 mars 1972 portant création d’une prime de volontariat en faveur des militaires non officiers servant dans les forces sous-marines ;
-le décret n° 97-440 du 24 avril 1997 modifié relatif au régime des primes d’engagement attribuées aux militaires non officiers servant sous contrat. Toutefois, les militaires de la gendarmerie nationale éligibles à la prime de fidélisation en application de l’article 1er du décret n° 2019-255 du 27 mars 2019 demeurent régis par les dispositions de ce décret jusqu’au 31 mars 2025 ;
-le décret n° 2010-79 du 20 janvier 2010 créant une prime réversible des compétences à fidéliser en faveur de certains militaires non officiers à solde mensuelle.

Article 9 

Les militaires ayant souscrit, avant l’abrogation des décrets mentionnés à l’article 8, un engagement leur ouvrant droit à une prime ou une fraction de prime déterminée au regard des dispositions des décrets des 22 mars 1972, 24 avril 1997, 20 janvier 2010 et du 27 mars 2019 précités restent soumis aux obligations et continuent à bénéficier de la prime afférente au lien souscrit résultant des dits décrets.
Durant la période considérée, ils ne peuvent pas percevoir une prime de lien au service ayant le même objet.
Le plafond prévu à l’article 2 du présent décret est diminué du montant des primes ou fractions de primes mentionnées au premier alinéa du présent article si ces dernières ont été versées moins de cinq ans avant l’engagement à servir ouvrant droit à la prime de lien au service.

A voir également

Une Ferrari, volée la veille, saisie le 13 septembre 2019 dans la égion de Metz, lors d'une opération de la Gendarmerie - Photo OCLDI

Démantèlement d’un réseau de voleurs de voitures de luxe dans l’est

Depuis six mois, ils volaient des voitures de luxe dans l’est et au Luxembourg. Des …

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *