dimanche 7 juin 2020
Accueil / A la une / Une cagnotte en ligne pour la famille du premier gendarme décédé du Covid-19
Une cagnotte en ligne a été ouverte au profit de la famille du maréchal des logis - chef Patrick Guigon, le premier gendarme a tomber après avoir été contaminé par le coronavirus Covid-19. (Photos: Famille Guigon)
Une cagnotte en ligne a été ouverte au profit de la famille du maréchal des logis - chef Patrick Guigon, le premier gendarme a tomber après avoir été contaminé par le coronavirus Covid-19. (Photos: Famille Guigon)

Une cagnotte en ligne pour la famille du premier gendarme décédé du Covid-19

L’annonce jeudi 26 mars 2020, du décès à Maisons-Alfort d’un premier gendarme des suites du Covid-19, a suscité un fort émoi dans l’Arme. Si bien que dès vendredi, une cagnotte en ligne a été créée sur la plateforme Leetchi. La somme sera reversée à la famille du défunt.

À l’origine de l’initiative, un groupe d’anciens gendarmes qui avaient côtoyé Patrick Guigon du temps où il servait à la brigade territoriale de Paris-Exelmans, fermée en 2015. Cette caserne du XVIe arrondissement de la capitale abritait également une brigade de recherche dissoute, elle, en 2010.

Lire aussi: Un gendarme décède des suites du coronavirus Covid-19

“Lorsque nous avons appris le décès de Patrick, nous voulions faire quelque chose pour notre ancien collègue, explique Bruno, retraité de l’Arme. Faire tourner une enveloppe n’était pas possible avec les actuelles mesures de confinement. Nous avons donc décidé de faire une collecte sur Internet”. Parmi les membres du groupe d’anciens gendarmes parisiens figurent plusieurs militaires encore en activité. “Comme tout le monde, ils sont très mobilisés en ce moment.” C’est donc naturellement que le retraité s’est proposé de mettre en place la collecte.

“Quelqu’un que tout le monde adorait”

Depuis vendredi soir, une cagnotte est donc ouverte sur Leetchi, en lien avec la famille de Patrick Guigon, avec laquelle certains anciens collègues avaient gardé des attaches. “C’était quelqu’un de consensuel et que tout le monde adorait”, se souvient Bruno, évoquant des souvenirs partagés avec les autres membres du groupe. Un portrait également dressé dans la description de la cagnotte. “Comment faire pour t’oublier, toi l’ami rêvé, amoureux de la vie, auprès de qui on ne pouvait que bien se sentir et partager des bons moments ?”

Décris comme un “passionné de sports mécaniques et de moments conviviaux” par ses anciens collègues et amis, le maréchal des logis-chef vivait à la caserne de Maisons-Alfort avec sa famille. Il était affecté au groupe interministériel de contrôle. Un service implanté aux Invalides et placé sous la tutelle du Premier ministre. Avant cela, il avait servi dans la Garde républicaine puis avait rejoint la gendarmerie départementale, toujours à Paris.

Accéder à la cagnotte

Une cagnotte et des messages de soutien pour la famille

Outre les participations financières, de nombreux messages sont également postés sur la plateforme de dons. Des messages auxquels la famille a accès. En effet, conformément à la décision de transparence des anciens collègues, elle dispose des codes d’accès à la cagnotte. Elle peut donc suivre et répondre directement aux messages reçus. Parmi eux, une bonne partie leur parvient en privé, comme le confirme Tim, l’un des trois enfants du défunt.

Lire aussi: L’hommage au gendarme victime du coronavirus à Maisons-Alfort

La durée de collecte est pour le moment fixée par défaut à deux mois. Elle est néanmoins ajustable est pourra être interrompue plus tôt pour que les fonds récoltés parviennent rapidement à la famille du défunt. Au moment où nous écrivons cet article, la cagnotte réunie approchait les 400 participations. Le montant avoisinait quant à lui les 10.000 euros.

L.P.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *