vendredi 25 septembre 2020
Accueil / A la Une / Un troisième gendarme d’active décède de la Covid-19
Un nouveau gendarme a perdu la vie des suites de la Covid-19. (Photo d'illustration - L.Picard)
Un nouveau gendarme a perdu la vie des suites de la Covid-19. (Photo d'illustration - L.Picard)

Un troisième gendarme d’active décède de la Covid-19

Un troisième gendarme de 46 ans est mort des suites de la Covid-19, a annoncé ce lundi 29 juin 2020 la Gendarmerie.

(Illustration L'Essor)
(Illustration L’Essor)

Son décès remonte à la semaine dernière, le mercredi 24 juin. L’Institution vient d’annoncer la triste nouvelle, ce lundi. Le gendarme François-Xavier Pepin était marié et père de deux enfants. Atteint par la Covid-19, il était hospitalisé depuis début avril à l’hôpital Henri-Mondor de Créteil. Appartenant à la direction du renseignement et de la sécurité de la Défense, le sous-officier travaillait au Centre national des habilitations de la Défense, basé à Malakoff. Il vivait avec sa famille à la caserne Mohier de Maisons-Alfort.

Dans un message adressé aux gendarmes, le général Christian Rodriguez, directeur général de la Gendarmerie, présente “ses condoléances attristées à la famille du défunt”. Il adresse également son soutien aux personnels de l’unité à laquelle appartenait le gendarme Pepin. “Les personnels de la Gendarmerie respecteront une minute de silence, le 7 juillet à 10 heures”, a fait savoir l’Arme dans un message diffusé en interne. Un hommage qui se déroulera “depuis leur poste de travail et dans le strict respect des mesures barrières”.

Lire aussi: Un gendarme décède des suites du Covid-19

Quatre décès de gendarmes, victimes de la Covid-19

Le gendarme Pepin est le quatrième militaire de l’Arme à décéder des suites de la pandémie du coronavirus. Le 25 mars, le maréchal des logis-chef Patrick Guigon s’éteignait dans son logement de service à la caserne de Maisons-Alfort, dans le Val-de-Marne. Ce sous-officier de 51 ans avait une épouse et trois enfants.

Deux semaines plus tard, le 5 avril c’est un réserviste qui succombait lui aussi à la maladie. Le maréchal des logis-chef de réserve Cyril Boulanger avait 37 ans. Cet agent de sûreté de la RATP travaillait au Groupe de protection et de sécurisation des réseaux (GPSR). Il laisse une compagne et deux garçons âgés de 11 ans et 18 mois.

Lire aussi: Avec le décès de Cyril Boulanger, la Gendarmerie de nouveau frappée par le coronavirus

Un gendarme équipé d'un masque offert par les "makers" des Yvelines (Photo: DR).
Un gendarme équipé d’un masque offert par les “makers” des Yvelines (Photo: DR).

Enfin, le 27 avril au soir, le major Patrick Dimmers, décédait à son tour. Âgé de 57 ans, il souffrait déjà d’une autre maladie. Il était hospitalisé à l’Institut Gustave Roussy de Villejuif depuis une dizaine de jours, quand son état de santé s’était subitement aggravé. Il laisse derrière lui une femme et deux enfants.

Un lourd tribut, donc, payé par les gendarmes depuis le début de la crise sanitaire. En avril, le patron des gendarmes avait rappelé que près de 500 de ses personnels avaient été dépistés positifs à la Covid-19. L’Arme avait même dû fermer temporairement ou confiner plusieurs unités.

Lire aussi: Covid-19: nouveau décès d’un gendarme en Ile-de-France

Crowdfunding campaign banner

2 Commentaires

  1. Lellig

    Qu’il repose en paix. Mes condoléances à la famille, aux proches, aux amis et à la Gendarmerie.
    Une pensée particulière pour ses enfants qui auront besoin de beaucoup de soutien.

  2. Pierre MAIRET

    J’aimerais connaître le statut des gendarmes décédés du Civid – 19 … Mort en service ou mort de maladie ???

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *