mardi 12 novembre 2019
Accueil / A la une / Un toxicomane condamné pour l’incendie de la haie de la Gendarmerie de Limoges
La haie incendiée (Photo DR)

Un toxicomane condamné pour l’incendie de la haie de la Gendarmerie de Limoges

L’explication n’a pas convaincu grand monde mais l’essentiel est que l’affaire soit résolue. L’incendiaire de la  haie de thuyas qui borde la caserne Jourdan de Limoges le 16 août dernier a été identifié, arrêté et.. condamné. Jugé en comparution immédiate ce lundi 27 aout, cet homme de 23 ans a été condamné à 2 ans de prison dont un avec sursis. Il devra se soigner, trouver un travail et indemniser les victimes : 12.144 euros à la gendarmerie nationale et 3.400 euros au propriétaire de la voiture brûlée – un gendarme-  précise  le Populaire du Centre. 
France 3 Nouvelle Aquitaine ajoute qu’il était en état de récidive légale.
Le parquet, en estimant qu’il s’agissait d’un geste délibéré contre la gendarmerie avait requis 4 ans de prison dont 1 an avec sursis.
“Quand j’ai lu Le Populaire le lendemain, j’ai eu un doute. Je ne comprends pas, je n’ai rien contre la gendarmerie. Je suis déçu. J’ai envie de me faire soigner pour mes problèmes d’addictions”, a expliqué le prévenu à la barre, peut-on lire dans le compte-rendu du Populaire du Centre.

Le 16 août dernier, une partie de la haie entourant caserne de gendarmerie Jourdan à Limoges était partie en fumée vers 4 heures du matin.

31 pieds de thuyas et l’avant de la voiture personnelle d’un gendarme avaient été détruits.

Un grand bravo aux enquêteurs de la section de recherches de Limoges et de la brigade de recherches qui ont identifié l’auteur et ce notamment grâce à l’exploitation de différentes images de vidéosurveillance et du téléphone portable du suspect.

Ce dernier a été interpellé lors d’une opération menée par 25 militaires dont ceux du PSIG “Sabre” de Limoges.

Un deuxième incendie suspect en l’espace de quelques mois

Les enquêteurs avaient logiquement cherché à établir un lien avec un précédent sinistre survenu dans la nuit lundi 18 au mardi 19 septembre 2017. Cinq véhicules de Gendarmerie stationnés à l’intérieur de la caserne Jourdan avaient brûlé. Un tract anonyme revendiquant l’incendie avait été publié sur Twitter. Un individu proche de l’ultra-gauche a été interpellé et écroué.

Lire aussi sur L’EssorVoitures de Gendarmerie incendiées à Limoges : un suspect “proche de l’ultra-gauche” en prison

D.C

 

A voir également

Le nombre de gendarmes blessés à la suite d’une agression en forte hausse en 2018

Selon l’ONDRP, le nombre de gendarmes blessés en 2018 à la suite d’une agression est en forte hausse de 20%. Une tendance inquiétante.

Un commentaire

  1. FERRY

    Ultra ou extrême bof bof.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *