lundi 30 novembre 2020
Accueil / A la Une / Un sénateur propose de sous-traiter le parc automobile des gendarmes
Gendarme et véhicule (Photo S.D L'Essor).
Illustration (SD/L'Essor).

Un sénateur propose de sous-traiter le parc automobile des gendarmes

Va-t-on vers une privatisation du parc automobile de la Gendarmerie ? Pour le sénateur LR Philippe Dominati, cette option doit désormais être envisagée sérieusement.

L’élu de Paris a fait les comptes dans son rapport pour avis sur les crédits 2020 de la mission ″Sécurités″. ″Sur environ 60.000 véhicules détenus par les deux forces de sécurité intérieure, l’externalisation de 40.000 d’entre eux pourrait constituer un objectif réaliste à moyen terme″, calcule-t-il. Les gendarmes ont déjà recours au privé pour leurs véhicules. Deux écoles, Tulle et Rochefort, ont ainsi sous-traité le transport des élèves à un autocariste. De même, en région parisienne la RATP transporte des gardes républicains.

Lire aussi sur L’Essor: Les véhicules saisis, une manne pour les gendarmes

Le kilométrage moyen du parc automobile : 110.000 km

Le parc automobile de la Gendarmerie est fort de près de 27.000 véhicules. Ces derniers sont âgés en moyenne de sept ans pour un kilométrage de 110.000 km. Or l’Arme peine à atteindre le seuil minimal de renouvellement du parc automobile. Il faudrait environ 2.800 véhicules par an pour maintenir à niveau le parc. Et si les gendarmes saisissent de nombreux véhicules (environ 3.900 sur les neuf premiers mois de l’année), le nombre de véhicules attribués ″reste faible″, se désole le sénateur.

D’où l’option du recours au privé soutenue par le sénateur. Ce dernier estime que les forces de sécurité intérieures pourraient aller encore plus loin, comme en Allemagne ou au Royaume-Uni. Cette piste était auparavant exclue pour des questions de principe et en raison des modifications particulières qu’il fallait opérer sur ces véhicules″ pour installer le matériel de communication, rappelle Philippe Dominati. Mais, précise le sénateur, les nouveaux outils mobiles comme Neogend ne rendent “plus nécessaire ces modifications″.

L’option du sénateur pourrait recevoir un renfort de poids. Une mission de l’inspection générale de l’administration est en cours. Le périmètre de l’externalisation reste à déterminer, un socle stratégique de véhicules détenus par les forces devant sans doute demeurer″, tempère toutefois le sénateur.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.