vendredi 14 décembre 2018
Accueil / A la une / Un réserviste décoré de la médaille de la Gendarmerie
le général d'armée Richard Lizurey décerne la médaille de la gendarmerie nationale au colonel de réserve René MESURE lors de la cérémonie de remise de décorations à la Direction générale de la Gendarmerie nationale

Un réserviste décoré de la médaille de la Gendarmerie

C’est, à notre connaissance, l’un des rares réservistes à arborer sur sa poitrine la prestigieuse médaille de la Gendarmerie qui s’ajoute à la rosette d’officier de la Légion d’honneur, à la croix du combattant, à la médaille d’outre mer et à la médaille d’or des services militaires volontaires.

Le colonel de réserve René Mesure, président d’honneur de l’association nationale des réservistes de la Gendarmerie (ANORGEND) dont il est le fondateur,  a en effet reçu des mains du directeur général cette décoration lors d’une cérémonie de remise de médailles à Issy-les-Moulineaux. (*) . Elle lui a été attribuée par la ministre des armées  à titre exceptionnel “en reconnaissance des ses activités et travaux remarquables au services au sein de l’Arme”.

Conseiller réserve du chef du Sirpa et conseiller communication du directeur général depuis 2000,  le colonel Mesure est une figure de la réserve de la Gendarmerie qu’il a intégrée en 1985. Atteint par la limite d’âge, il va poser définitivement le képi dans quelques mois.

Saint-Cyrien et bigor

Enfant de troupe à l’école militaire préparatoire d’Aix en Provence, Saint-Cyrien de la promotion Darthenay, (1974-1976), puis de l’école d’application d’artillerie de Draguignan, il a d’abord été bigor au 11 ème Régiment d’artillerie de marine. (RAMa)

Instructeur commando au fort de Penthièvre pour la 9 ème division d’infanterie de marine,  chef de section, il a notamment mis en place des troupes destinées au nettoyage des plages bretonnes suite à la catastrophe de l’Amoco Cadiz puis a été projeté au Tchad dans le cadre de l’opération Tacaud, où il obtiendra la croix de la valeur militaire avec citation à l’ordre de la division. Il a d’ailleurs écrit un livre sur son expérience. (*)

Après avoir avoir quitté l’armée d’active pour raisons personnelles, il a immédiatement rejoint la réserve comme capitaine à l’état-major de la 53 ème division militaire territoriale. Il a ensuite été détaché des troupes de Marine pour emploi dans la réserve de la Gendarmerie qu’il a définitivement intégrée en 1994.

Il a été successivement adjoint réserve au groupe II/22 de Gendarmerie mobile de Grasse, adjoint réserve au groupement de gendarmerie Mobile de Saint-Malo où il a été promu chef d’escadron, adjoint réserve au service immobilier de la circonscription  Ile- de- France, commandant l’état-major tactique 101 à la légion de Gendarmerie Mobile Ile de France,  conseiller réserve auprès de la direction générale et officier rédacteur à la section défense, officier d’état-major à la légion de Gendarmerie PACA puis de nouveau conseiller réserve à la direction générale affecté auprès du chef de bureau de la reconversion.

Spécialiste de communication de crise

Au sein du SIRPA, où il avait la la gestion, le recrutement et l’animation des réservistes du SIRPA, il a participé à de nombreuses activés et missions particulières.

Ainsi c’est lui qui a initié l’idée et effectué les premières démarches pour la mise en place du musée de la gendarmerie à Saint- Tropez.

Spécialiste de la communication de crise, il a mis en place des média training et des exercices de crise pour les officiers communication région de la Gendarmerie, créé une formation à la communication de crise pour les proviseurs et et principaux dans le cadre du partenariat avec le ministère de l’éducation nationale, formé à la communication de crise les forces de sécurité Qatari et saoudienne, et participé à plusieurs reprise à la cellule communication de la cellule interministérielle de crise (CIC)  Beauvau lors de grands évènements. Intervenant au profit du MBA de l’EOGN, cet auditeur de l’IHEDN est aussi depuis 2010 un “pilier” de la Gendarmerie au sein du CHEMI (centre des hautes études du ministère de l’intérieur), où il a mis en place au profit des auditeurs des exercices de communication de crise, des média training et au profit de hauts cadres dirigeants du ministère souhaitant se reconvertir dans le secteur privé des exercices de training à l’entretien d’embauche et ou à la présentation d’un projet.

Dans le privé, René Mesure est consultant indépendant dans le domaine de la logistique, la sûreté,  la structuration commerciale, le management et développement de projets, le coaching de dirigeants et la communication de crise. Il a été auparavant cadre dirigeant dans de grandes entreprises de logistique et de transport et de sécurité.

Deux généraux décorés de la médaille de la Gendarmerie

Lors de cette cérémonie, le général de division Jean-Claude Goyeau, directeur adjoint de la coopération internationale, (DCI) et le général de brigade Philippe de  Boysère, promu général de division en 2 ème section ont également reçu la médaille de la Gendarmerie.  Tous deux ont reçu cette décoration avant leur départ du service actif.

Un policier, le contrôleur général Christophe Fichot, adjoint au chef du service des technologies et des systèmes d’information de la sécurité intérieure STISI2 a également reçu cette haute distinction.

Par ailleurs, M. Frédéric Debove, colonel de la réserve citoyenne, professeur de droit, notamment coresponsable du master de droit et stratégies de la sécurité, directeur de l’Institut de droit et d’économie de Melun et M. Arnaud Coupry, administrateur civil et chargé de mission à la DGGN  ont reçu les médailles d’argent et de bronze de la sécurité intérieure.

D.C

(*)Tchad 1978, opération TACAUD, journal de marche d’un lieutenant d’artillerie de marine 

Tchad 1978, Opération Tacaud ISBN : 978-2-343-07637-9 mars 2016 152 pages

 

le général d’armée Richard Lizurey décerne la médaille de la gendarmerie nationale au colonel de réserve René Mesure. A sa droite, les généraux de Boysère et Goyeau.

A voir également

Quand les députés oublient les gendarmes… dans une loi qui les concerne !

L'Assemblée nationale voulait permettre pour les policiers et les gendarmes d'anonymiser le recueil de la plainte. La formulation adoptée oublie pourtant les gendarmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !