dimanche 27 septembre 2020
Accueil / A la Une / Un nouveau gendarme officier de liaison à EDF à la mission de sécurité des centrales nucléaires
La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire dans le Cher (Photo/SD/L'Essor).

Un nouveau gendarme officier de liaison à EDF à la mission de sécurité des centrales nucléaires

L’électricien EDF accueille un nouveau gendarme. Le lieutenant-colonel Nicolas Nanni vient d’arriver, au début du mois d’août, à la très sensible mission sécurité de la division production nucléaire du géant énergétique français.

Nicolas Nanni sera pour les trois prochaines années l’officier de liaison de cette mission sécurité. Il succède au lieutenant-colonel Richard Pelatan, qui rejoint la direction générale comme chef de bureau adjoint au bureau défense et sécurité nationale. Le lieutenant-colonel Nanni était jusqu’ici le commandant de la compagnie de Sens.

Lire aussi: Yonne: la Sainte-Geneviève fêtée à la compagnie de Sens (vidéo)

Le gendarme, passé par l’Ecole de guerre – promotion Général Gallois -, connaît bien le sujet. Il avait notamment commandé le peloton spécialisé de protection de la Gendarmerie (PSPG) de Golfech. L’unité surveille la centrale nucléaire de cette commune du Tarn-et-Garonne. A l’époque, comme le relate cet article de La Dépêche du midi, l’officier avait dû gérer d’inquiétants survols de drones sur ce site sensible.

Plus d’un millier de gendarmes sécurisent EDF

La mission sécurité de la division production nucléaire est chargée de la protection physique des sites nucléaires. Un domaine où la Gendarmerie joue un rôle majeur. En 2018, la sécurité des centrales nucléaires représentait 1.024 gendarmes répartis dans vingt pelotons. EDF les finance à hauteur de 88 millions d’euros.

Lire aussi: Les députés veulent plus de gendarmes pour protéger les réacteurs nucléaires

Nicolas Nanni n’est pas le seul gendarme à EDF. Un autre officier de liaison issu de l’Arme travaille en effet avec le directeur de la sécurité, l’ancien policier Emile Perez. Une structure plus stratégique que la mission sécurité qui s’intéresse par exemple à l’intelligence économique. Les deux services ont toutefois, rappelait un rapport parlementaire, des “relations régulières avec la section sécurité nucléaire du bureau de la défense et de la sécurité nationale à la Direction générale de la gendarmerie nationale”.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *