dimanche 1 novembre 2020
Accueil / A la Une / Un jeune gendarme, Joachim Kaczmarek, perd la vie lors d’un stage de formation motocycliste
Gendarmes lors d'une cérémonie aux Invalides (Ph: M.GUYOT/ESSOR)
Gendarmes lors d'une cérémonie aux Invalides (Ph: M.GUYOT/ESSOR)

Un jeune gendarme, Joachim Kaczmarek, perd la vie lors d’un stage de formation motocycliste

La Gendarmerie est en deuil après la mort de Joachim Kaczmarek, samedi dernier.

Le jeune gendarme est mort à la suite d’un stage de formation motocycliste qu’il effectuait à Fontainebleau. Affecté à la brigade de proximité de Roisel (Somme), le militaire avait seulement 26 ans. Il était pacsé et sans enfant. Ancien gendarme adjoint volontaire, il était devenu gendarme en 2016 après avoir réussi le concours de sous-officier. La fondation “Maison de la Gendarmerie” a ouvert une cagnotte pour soutenir sa compagne. Vous pouvez y accéder en cliquant sur ce lien.

Lire aussi: Emouvante fin de stage pour les motocyclistes du CNFSR

Une chute en sortie de courbe

Dans un communiqué, le ministère de l’Intérieur a précisé les circonstances de l’accident. Le gendarme Kaczmarek, explique la Place Beauvau, a chuté à la sortie d’une courbe lors d’un exercice d’instruction sur une route de Seine-et-Marne, jeudi 24 septembre. Le militaire a alors percuté un véhicule circulant en sens inverse qui n’est pas parvenu à éviter le gendarme.

Les secours ont ensuite évacué Joachim Kaczmarek, dans un état grave, en hélicoptère vers l’hôpital militaire de Percy, dans les Hauts de Seine. Mais les services médicaux n’ont rien pu faire pour le jeune gendarme, qui est mort de ses blessures dans la nuit du samedi 26 septembre. 

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, et la ministre déléguée Marlène Schiappa, ont présenté leurs condoléances aux proches du militaire. “Ce drame qui vient endeuiller la Gendarmerie nationale témoigne de l’engagement quotidien et des risques auxquels l’ensemble des forces de sécurité intérieure sont confrontées, y compris pour continuellement se former et s’entrainer afin d’exécuter leurs missions en toutes circonstances et pour la protection de la population”, déclarent-ils.

Crowdfunding campaign banner

4 Commentaires

  1. P.

    Encore un jeune prometteur qui nous quitte trop tôt. Sincères condoléances à sa concubine et sa famille.
    Je m’interroge tout de même sur le nombre de décès lors des formations motos à Fontainebleau. Je veux bien croire que piloter une moto est dangereux mais n’y t’il pas un problème de pédagogie.

    • marc jouglas

      S’il n’a pas maîtrisé sa moto à la sortie d’une courbe??? Il roulait peut-être un peu trop vite, son pneu roue avant à peut-être éclaté, etc… L’enquête le dira.. mais je ne vois pas de problème..il doit s’agir d’un accident comme il arrive tant d’autres.

  2. remanjon

    Je m’incline devant le malheur qui frappe la famille du jeune Joachim et au delà la gendarmerie.
    Ayant commandé cette belle école de FTBL, je sais que les cadres du CNFSR sont également tragiquement atteints dans leur chair car je connais leurs capacités techniques et pédagogiques et surtout leur détermination à amener les stagiaires vers la réussite pour une sortie de stage heureuse.

  3. J’ai été 7 ans instructeur (5 ans puis 2 ans et détaché 3 mois) au CNFPMG de Fontainebleau comme sous-officier puis officier.
    J’adresse tout d’abord mes très sincères condoléances à la famille du Gendarme Joachim KACZMARCK.
    J’affirme que la formation des motocyclistes de la gendarmerie est très pointue et exigeante, qu’un élève n’est autorisé à poursuivre sa formation sur route qu’après certains exercices et avis des instructeurs. La décision ils ne la prennent pas à la légère, c’est une lourde responsabilité.
    Dans son commentaire (P) dit s’interroger sur le nombre de décès lors de la formation des motocyclistes de la Gendarmerie. Heureusement ils ont été extrêmement rares, en sept ans PAS UN SEUL…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.