mardi 1 décembre 2020
Accueil / A la Une / Un jardin Arnaud Beltrame au coeur de Paris
Le cercueil d'Arnaud Beltrame dans la cour d'honneur des Invalides (Crédit:MG/L'Essor)
Le cercueil d'Arnaud Beltrame dans la cour d'honneur des Invalides (Crédit:MG/L'Essor)

Un jardin Arnaud Beltrame au coeur de Paris

Un nouveau jardin verra le jour au printemps au cœur de Paris sous le nom d’Arnaud Beltrame. Situé sur le site d’une ancienne caserne de Gendarmerie, ce jardin portera donc le nom de l’officier, mort en héros en mars 2018 dans l’Aude.

Le conseil de Paris avait en effet décidé au mois de novembre 2019 de baptiser ce jardin du nom du colonel Beltrame. Mais la cérémonie aura lieu seulement au printemps. Soit après les élections municipales dans la capitale, période de réserve oblige.

Du capitaine Paoli au colonel Arnaud Beltrame

Caserne des Minimes
Caserne des Minimes

La caserne des Minimes dans le quartier du Marais est à deux pas de la place des Vosges. La Gendarmerie l’a libérée en 2017 à la demande de la Ville de Paris. Les cinq bâtiments de la caserne, conservés, sont réaménagés pour accueillir 70 logements sociaux et une crèche. Et les murs d’enceinte et les grilles démolis pour laisser l’accès à ce nouveau jardin qui portera donc le nom du colonel Beltrame.

Autrefois, la cour abritait dans sa cour la statue du capitaine Paoli. C’est le fondateur de la Caisse nationale du gendarme il y a 130 ans.  Quant à la statue, elle a fait le voyage en 2018 vers l’une des cours de l’Ecole des officiers de la Gendarmerie à Melun.

Lire aussi: Au cimetière de Ferrals-les-Corbières, l’hommage continu à Arnaud Beltrame (reportage)

Actuellement, la France compte près de 300 rues, bâtiments (écoles, lycées), espaces municipaux au nom d’Arnaud Beltrame, a dit à L’Essor Nicolle Beltrame, la mère de l’officier. Celui-ci a été tué par un terroriste le 23 mars 2018 à Trèbes (Aude) après avoir pris la place d’une otage.

Un autre jardin parisien, le square Claude Nicolas Ledoux attenant au nouveau Musée de la Libération place Denfert-Rochereau dans le sud de la capitale, honorera lui un offIcier de la 2ème DB. Une allée du square portera en effet au printemps le nom de Claude Mademba-Sy. Cet officier d’une longue lignée de tirailleurs sénégalais avait été le seul noir présent dans la 2ème DB, lors de la libération de Paris en août 1944. Jusqu’à sa mort en 2014, il avait été un ardent défenseur de l’égalité des pensions militaires entre anciens tirailleurs et anciens combattants français

PMG

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. BOUTON

    J’ai habité dans cette caserne quand mon père était commandant de la LGDIF en 1993

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.