mercredi 17 juillet 2019
Accueil / A la une / Un général Tchadien arrêté par l’office Gendarmerie des crimes contre l’humanité
Ecusson de l'OCLCH
Écusson de l'OCLCH.

Un général Tchadien arrêté par l’office Gendarmerie des crimes contre l’humanité

Un important chef rebelle tchadien, et deux autres hommes ont été arrêtés par les gendarmes et policiers de l’office central de lutte contre les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre. (OCLCH). Le général Mahamat Nouri a été arrêté lundi matin à son domicile du Val-de-Marne. Les enquêteurs agissaient dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte par le parquet le 10 mai 2017 pour “crimes contre l’humanité, complicité de ces crimes, et association de malfaiteurs criminelle”. Les trois hommes sont soupçonnés d’être liés à des exactions commises entre 2005 et 2010 pendant la crise au Tchad et au Darfour.

Une compétence universelle

Le pôle crimes contre l’humanité et crimes de guerre du tribunal de Paris s’était saisi du dossier tchadien en vertu d’une compétence universelle. Celle-ci l’autorise à poursuivre des suspects s’ils sont sur le territoire français.

Une enquête discrète de cet office piloté par la Gendarmerie

Les enquêteurs de l’office ont conduit une discrète enquête au Tchad et au Soudan. L’opération d’interpellations a été conduite ce lundi matin dans le Val-de-Marne, en Mayenne et en Indre-et-Loire.

L’OCLCH est  le benjamin des 14 offices centraux du ministère de l’Intérieur. (10 pour la Police, 4 pour la Gendarmerie). Il est aussi le plus petit. Installé au fort de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), il est dirigé par le colonel Eric Emeraux. Il compte 19 hommes et femmes (15 gendarmes et 4 policiers).

Lire aussi sur L’Essor: Génocidaires et semeurs de haine dans le viseur de l’OCLCH

Considéré, selon France 24, comme l’un des plus influents chefs rebelles tchadiens opposé au régime d’Idriss Déby Itno, le général Nouri est le président fondateur de l’Union des forces pour la démocratie et le développement (UFDD). Proche de l’ancien président Hissène Habré, il a occupé d’éminentes fonctions: ministre de la Défense de 2001 à 2003 puis ambassadeur en Arabie  Saoudite.

Il a été condamné à mort au Tchad. Après avoir été expulsé du Soudan, il s’est exilé au Qatar avant de s’installer en France.

A voir également

Exemple de conversation avec la brigade numérique (Crédit photo:GT/L'Essor).

Révolution numérique: le nouveau visage de la Gendarmerie (dossier)

[DOSSIER] La Gendarmerie s'empare de l'outil numérique et développe de nouvelles armes et de nouveaux moyen de communications.

Un commentaire

  1. niout

    Bravo et vives félicitations à nos fins limiers pour tout leur énorme travail glorieux . Ils démontrent par là leur grande compétence tout le sérieux de leurs actes et leurs profondes valeurs humaine et morale
    Ce qui est complètement effarant, c’est de savoir comment ce criminel a pu être autorisé à venir s’établir sur le territoire national. Pourquoi, sans qu’une enquête préalable sur sa “fuite” ne soit conduite, il a profité de notre protection, dont il aura bien profité en attendant qu’on lui rappelle son lourd passé. Souhaitons que l’humidité de plus sombres nos prisons lui rappellera le froid glacial des cadavres de toutes ses victimes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *