dimanche 25 octobre 2020
Accueil / A la Une / Un gendarme retrouvé mort à son domicile de fonction dans le Var
Gendarmes lors d'une cérémonie aux Invalides (Ph: M.GUYOT/ESSOR)
Gendarmes lors d'une cérémonie aux Invalides (Ph: M.GUYOT/ESSOR)

Un gendarme retrouvé mort à son domicile de fonction dans le Var

Un gendarme de la brigade territoriale des Arcs a été retrouvé mort, ce dimanche 17 novembre, dans la soirée. La piste du suicide est priviligiée.

Selon le quotidien régional Var-Matin, qui a révélé l’information, il s’agit d’un militaire de 37 ans, père d’une petite fille de dix ans. Il se serait donné la mort avec son arme de service. Son corps aurait été retrouvé par ses camarades.


Afficher une carte plus grande
Lire aussi sur L’Essor: “J’ai pensé à commettre l’irréparable”: un gendarme témoigne à propos du suicide

Interrogé, le procureur de la république de Draguignan, Patrice Camberou, a précisé au média local que l’enquête s’achemine vers un suicide lié, semble-t-il, à un état dépressif″. Ce lundi, une autopsie est prévue afin de confirmer l’origine du décès. Var-Matin ajoute qu’une cellule psychologique a été mise en place. Selon le décompte de L’Essor, il s’agirait du 15e suicide d’un gendarme en France cette année. En 2018, 33 militaires de la Gendarmerie avaient mis fin à leurs jours.

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. niout

    On ne peut que compatir à la douleur dans un tel drame. Cependant a chaque fois il faudrait s’interroger outre sur les causes réelles, si les conséquences d’un management trop dur inadapté n’aurait pas favoriser le passage à l’acte ou simplement si la psychologie fragile de son auteur victime est la cause. Est ce que les procédures de recrutement sont assez fines pour permettre de détecter une propemsion à une certaine fragilité psychologique. Avec a disposition permananente d’un moyen létal efficace, il faudrait s’assurer et garantir à tous que les “nouvelles recrues heureux élu soient réellement bien équilibrés pour disposer d’un tel pouvoir.
    On pourrait penser que les difficultés professionnelles du métier, les conditions de travail, le ressenti dans l’environnement déstabilise pour ne pas dire perturbe le comportement. Notre Institution poursuit dignement sa tâche alors qu’elle manque d’effectifs de moyen et de reconnaissance et surtout d’une humanité interne…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.