L'Essor

Un gendarme réserviste fauché par un véhicule volé dans le Puy-de-Dôme

Contrôle routier par la brigade territoriale autonome (BTA) de Mer dans le Loir-et-Cher. Photo d'illustration (N.D/L'Essor).

Contrôle routier par la brigade territoriale autonome (BTA) de Mer dans le Loir-et-Cher. Photo d'illustration (N.D/L'Essor).

Un réserviste de la Gendarmerie a été percuté ce mercredi 4 novembre devant le lycée Jean Zay de Thiers, dans le Puy-de-Dôme, par le conducteur d’un véhicule volé ayant refusé d’obtempérer. Le gendarme de réserve est grièvement blessé, mais ses jours ne sont pas en danger.

Les militaires effectuaient une mission de sécurisation des abords de l’établissement scolaire. Vers midi, alors que les élèves commencent à sortir de cours, les gendarmes interceptent une communication radio signalant le vol d’un véhicule à proximité. Il s’agit d’un utilitaire de La Poste dérobé quelques minutes plus tôt. Les gendarmes mettent alors en place un poste d’interception.

Lire aussi: Confinement, terrorisme: comment la Gendarmerie s’appuie sur ses réservistes

Le réserviste projeté à 30 mètres

Apercevant un véhicule correspondant au signalement, ils lui intiment l’ordre de s’arrêter. Mais le conducteur du véhicule qui circulait à vive allure refuse d’obtempérer et percute l’un des gendarmes pour poursuivre sa route. Le militaire, un réserviste âgé de 32 ans, est alors projeté à une vingtaine de mètres, selon la cheffe d’escadron Séverine Lucano, commandant la compagnie de gendarmerie de Thiers. D’après nos informations, aucune trace de freinage n’a d’ailleurs été relevée sur place. Un technicien en identification criminelle effectuait ainsi des constatations ce midi.

Parallèlement, la Gendarmerie a déclenché une importante opération de recherche. Elle a mobilisé l’ensemble des unités de la compagnie, appuyées par deux pelotons de surveillance et d’intervention locaux. Après avoir abandonné le véhicule endommagé, le conducteur et les autres occupants ont pris la fuite à pied.

Cinq mineurs interpellés

Tous ont finalement pu être interpellés en début d’après-midi. Au total, cinq mis en cause ont été placés en garde à vue. Venus apparemment en train de Clermont-Ferrand, ce sont des mineurs. Le procureur de la République de Clermont-Ferrand Éric Maillaud a indiqué dans l’après-midi que le conducteur n’était âgé que de 14 ans!

L’image du parebrise du véhicule volé, diffusée par le journal local La Montagne, témoigne de la violence du choc. Les secours ont transporté le réserviste blessé, dans un état préoccupant, à l’hôpital de Clermont-Ferrand. Son pronostic vital n’est toutefois pas engagé. Sérieusement blessé, il souffre de multiples fractures et contusions, notamment aux jambes, au bassin et à la tête. Ses trois camarades, physiquement indemnes mais en état de choc, ont également fait l’objet d’une prise en charge.

Cellule psychologique

Un choc également ressenti au lycée Jean Zay. D’après son proviseur, contacté par L’Essor, l’établissement en lui-même ne semblait pas ciblé. Néanmoins, les faits ayant eu lieu à l’heure de sortie des classes, de nombreux élèves, enseignants et auxiliaires scolaires y ont assisté. Le responsable a ainsi demandé au rectorat la mise en place, d’ici demain matin, d’une cellule psychologique.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a tenu à apporter son soutien au réserviste blessé dans un message publié sur Twitter. De son côté, l’Anorgend a publié un communiqué sur sa page Facebook. L’association souhaite “un prompt rétablissement” au camarade.