L'Essor

Un G7 sans violences, le franc succès des forces de sécurité

Le G7 était organisé par la France à Biarritz.

Mission accomplie. Malgré quelques échauffourées à Bayonne, le G7 de Biarritz s’est déroulé dans le plus grand calme. Un franc succès à mettre au compte des 13.200 gendarmes et policiers mobilisés pour la protection du sommet. L’événement réunissait les sept plus puissants chefs d’Etat dans les Pyrénées-Atlantiques du 24 au 26 août.

Une réussite saluée à l’Intérieur par Christophe Castaner et Laurent Nuñez. “Ce succès“, indique sur Twitter le ministre de l’Intérieur, est “le fruit” du professionnalisme et de l’engagement des gendarmes et des policiers. Le gouvernement redoutait la présence de “black bloc“.

Lire aussi sur L’Essor: les gendarmes menacés avant un G7 sous haute surveillance

Depuis plusieurs mois, plusieurs groupes contestataires appelaient à mener des actions en marge du sommet. Quelques affrontements sporadiques ont bien eu lieu. Mais ils sont survenus plus tard dans la journée de samedi, via des manifestations sauvages à Bayonne. Soixante-huit personnes seront interpellées.

Manifestation pacifique

Quant à elle, faisant suite aux trois jours du contre-sommet à Urrugne, la manifestation anti-G7 organisée à Hendaye s’est déroulée pacifiquement, comme le souhaitaient ses organisateurs. Sept autres événements pacifiques étaient également prévus le dimanche. Des rassemblements annulés dès samedi soir par les organisateurs, qui ont fustigé un “dispositif policier surdimensionné”.

[googlemaps https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m14!1m12!1m3!1d92749.54141217863!2d-1.643237107494598!3d43.40998711117727!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1566832006499!5m2!1sfr!2sfr&w=600&h=450]

Planification

Pour la Gendarmerie, ce succès dans la gestion de la sécurité de l’événement est à mettre au crédit d’une minutieuse planification entamée un an auparavant. Et, dix jours avant le début du sommet, les contrôles aux abords de la ville ont débuté. Menés avec la Guardia civil espagnole, les gendarmes étaient à l’affût d’armes ou d’objets dangereux.

Durant les trois jours du sommet, policiers et gendarmes ont également interpellé systématiquement les individus cagoulés. L’importance du dispositif a visiblement dissuadé les manifestants violents.

Camille Chatelain

Exit mobile version