lundi 14 octobre 2019
Accueil / A la une / Un défilé du 14 juillet aux couleurs du maintien de l’ordre
Les hommes du CNEFG répètent le défilé sur les Champs-Elysées (Ph: CNEFG de Saint-Astier)
Les hommes du CNEFG répètent le défilé sur les Champs-Elysées (Ph: CNEFG de Saint-Astier)

Un défilé du 14 juillet aux couleurs du maintien de l’ordre

Le traditionnel défilé du dimanche 14 juillet est très attendu du côté de la Dordogne. Pour la première fois, les gendarmes du Centre national d’entraînement des forces de gendarmerie (CNEFG) de Saint-Astier vont défiler seuls sur la plus belle avenue du monde.

Les militaires du CNEFG avaient déjà défilé en 2012 mais ils étaient à l’époque associés à la Garde républicaine. Cette année, en revanche, 76 gendarmes de Saint-Astier auront l’avenue pour eux. Ils défileront en 16ème position, devant les 1er et 2ème régiment d’infanterie de la Garde. Ces derniers seront aux ordres de leurs commandants respectifs, les colonels Alain-Jérôme Dedeban, et Jean-Pierre Aussenac.

Le général de brigade Stéphane Bras a salué cette présence dans le défilé. Pour le commandant du centre spécialisé dans le maintien de l’ordre de la Gendarmerie, interviewé par France Bleu Périgord, c’est “une forme de reconnaissance“. A titre personnel, il termine ainsi en beauté son temps à la tête du CNEFG (1). Les gendarmes de Saint-Astier marcheront avec dix militaires de la Guardia civil espagnole avec qui un jumelage existe depuis 2001.

Le CNEFG de Saint-Astier fête ses 50 ans

Si les gendarmes de Saint-Astier défilent, c’est parce que le centre de formation fête ses 50 ans. Créé en 1969, il forme chaque année au rétablissement et au maintien de l’ordre entre 13.000 et 15.000 officiers et sous-officiers.

A lire aussi sur L’Essor: A l’occasion des 50 ans de Saint-Astier, le ministre annonce un nouveau schéma national de maintien de l’ordre

Dans les bureaux, la présence des spécialistes de la Gendarmerie dans le maintien de l’ordre aura une forte valeur symbolique. Ces derniers mois, de très violents affrontements ont opposé gendarmes et policiers aux Gilets jaunes sur cette avenue. Une situation de crise où le professionnalisme des gendarmes mobiles a été salué.

La promotion du Centenaire de l’EOGN sur les rangs

Les gendarmes du CNEFG ne seront pas les seuls membres de l’Arme à défiler ce 14 juillet. L’Ecole des officiers de la Gendarmerie nationale, qui fête son centenaire, sera présente dans le cortège des écoles. C’est d’ailleurs la promotion du Centenaire (125ème) qui défile aux ordres du colonel Benoît Gautier, directeur de l’enseignement. 120 élèves seront derrière le drapeau de l’EOGN.

Après les officiers, au tour des sous-officiers représentés cette année par l’école de Gendarmerie de Rochefort (Charente-Maritime) qui célèbre ses 20 ans. Les 72 élèves sous-officiers du corps de soutien technique et administratif (CSTAGN) de la promotion gendarme Etevenard (2) défileront derrière le général Dominique Chappot de la Chanonie, chef de corps.

Les motocyclistes de Fontainebleau à l’honneur

Les motocyclistes du Centre national de formation à la sécurité routière de la Gendarmerie nationale (CNFSR) de Fontainebleau (Seine-et-Marne) défileront également. Le chef d’escadron Cyrille Cousi, chef de la section des formations initiales sera à la tête de 31 motocyclistes de la 157e formation.

La fanfare du régiment de cavalerie de la Garde républicaine sera comme d’habitude présente. 33 musiciens défileront aux ordres du capitaine Jacques Le Blay, trompette-major. La fanfare a la particularité d’être la seule au monde à jouer au trot enlevé. Le reste du régiment défile pour sa part au trot assis. Cette année, ils seront 237 cavaliers sur les champs derrière le colonel Philippe Delapierre, commandant du régiment de cavalerie.

Enfin, le défilé des hélicoptères mettra à l’honneur trois appareils des Forces aériennes de la Gendarmerie (FAG). Deux d’entre eux, un EC145 et d’un EC135 viennent de la section aérienne (SAG) de Vélizy-Villacoublay (Yvelines) où se trouve le commandement des FAG. Le dernier, un EC135 provient de la SAG de Tours (Indre-et-Loire).

(1) Le général Stéphane Bras prendra le commandement de la Gendarmerie de Guyane le 1er août prochain.

(2) de la brigade de Clichy, décédé en portant secours à une personne en danger en août 1874.

A voir également

Le port autonome de Papeete sur l'île de Tahiti (Ph: Rbouissou/CC BY-SA 3.0)

Panne de courant à Tahiti: les gendarmes sur le pont

Une panne de courant a touché Tahiti, la principale île de la Polynésie française. Gendarmes et policiers ont dû gérer la circulation, faute de feux tricolores

2 Commentaires

  1. Arnoux

    Ce qui est leur force c’est d’être des militaires avec tout ce que cela implique. Certains cherchent à les civiliser pour faire plaisir à l’Europe. Son maillage rurale est remarquabĺe. Etc..

  2. La GENDARMERIE c’est le plus vieux corps de l’armée française pratiquement 850 ans d’existence par filiation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *