mercredi 23 septembre 2020
Accueil / A la Une / Un chauffard ivre fauche un gendarme en Franche-Comté et prend la fuite
Les gendarmes se sont mobilisés pour retrouver le camion transportant le cannabis (Photo d'illustration (N.D/L'Essor).
Le refus d'obtempérer s'est produit après un contrôle (Photo d'illustration (N.D/L'Essor).

Un chauffard ivre fauche un gendarme en Franche-Comté et prend la fuite

Un chauffard a fauché volontairement un gendarme lors d‘un refus d’obtempérer ce dimanche à Fontaine dans le Territoire-de-Belfort. Ivre, le conducteur a voulu éviter un contrôle et a pris la fuite. Il est en garde à vue pour «tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’autorité publique”. Le militaire de 49 ans souffre de blessures aux jambes. Leur degré de gravité n’est pas connue à ce stade.

Lire aussi : Refus d’obtempérer: un gendarme ouvre le feu près de Toulouse

Les faits surviennent peu avant 11h00 ce dimanche matin à Fontaine, un village de 600 habitants. Les gendarmes viennent d’être dépêchés aux abords d’une rave party non déclarée. Ils procèdent à des contrôles d’alcoolémie et des dépistages de stupéfiants relate France 3.

Le gendarme blessé, un adjudant de 49 ans, et ses collègues sont en train de contrôler sur le bas côté de la chaussée, une voiture occupée par trois personnes. Soudain, une seconde voiture arrive en trombe.

Son conducteur accélère et, selon la presse locale qui cite différentes sources, fait un écart sur la route pour heurter le militaire. Le véhicule prend ensuite la fuite. La Gendarmerie donne l’alerte et son dispositif permet de retrouver le fuyard dans un chemin forestier.

 Le chauffard accuse un taux de 2,54 g par litre de sang

Très excité selon L’Est républicain, il se rebelle et outrage les militaires. Le dépistage d’alcoolémie révèle le taux de 2,54 g par litre de sang.

Pour le général Stéphane Gauffeny, commandant les gendarmes de Franche-Comté, les faits relèvent d’une tentative d’homicide. “Nous userons de toute la rigueur nécessaire pour bâtir une procédure de tentative d’homicide. Je m’y suis engagé auprès du procureur général de Besançon que j’ai appelé”, déclare-t-il à la presse, accompagné du colonel Florent Villalonga, commandant de groupement.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *