mardi 15 octobre 2019
Accueil / A la une / Un an ferme pour un Gilet jaune ayant visé avec un laser un hélicoptère de la Gendarmerie
Essor triple meurtre Drôme hélicoptère
Une formation de pilote d'hélicoptère impose une durée de lien au service de 8 ans Photo d'Illustration (DC/L'Essor).

Un an ferme pour un Gilet jaune ayant visé avec un laser un hélicoptère de la Gendarmerie

Une catastrophe a t-elle a été évitée de peu le samedi 19 janvier à Toulouse lors de la dernière manifestation des Gilets jaunes ?

Toute porte à le croire selon les débats qui ont lieu le lundi 21 janvier devant le tribunal correctionnel de Toulouse devant lequel a comparu un Gilet jaune prévenu d’avoir pointé avec un faisceau laser un hélicoptère EC 135 des forces aériennes de la Gendarmerie qui survolait la place du capitole.

Le prévenu a été condamné à 30 mois d’emprisonnement, dont 18 mois avec sursis soit un an ferme, rapporte France 3 Occitanie.

Le parquet en rappellant “la dangerosité de l’arme utilisée, un laser puissant qui peut produire des lésions irréversibles sur les yeux et qui a inondé la cabine de pilotage contraignant le pilote à remettre les gaz à deux reprises après avoir perdu de l’altitude” avait requis 3 ans de prison ferme contre ce travailleur indépendant de 31 ans.

“Possible que demain il y ait 40 lasers”

Présent à l’audience, le pilote a expliqué comment le suspect a été repéré avec l’aide de la caméra thermique. Ce dernier a également visé avec son laser des policiers en civil et d’autres en tenue et équipés de lanceurs de balles de défense “afin de les empêcher de blesser des manifestants avec leurs armes”.

Lire aussi sur L’EssorAveuglé par un laser, l’équipage d’un avion de chasse dépose plainte à la gendarmerie

Mon acte est répréhensible mais je suis juste une personne, un Gilet jaune. Certes, le laser c’est pas bien mais si demain on apprend que quelqu’un a été condamné pour un laser, il est possible que samedi prochain il y ait 40 lasers” a déclaré à l’audience le prévenu.

A voir également

Photo d'illustration (Ph: M.GUYOT/ESSOR)

Un gendarme mobile se donne la mort à Sathonay-Camp

Un adjudant s'est donné la mort dans l'enceinte de la caserne du groupement de Gendarmerie mobile 1/5 de Sathonay-Camp, dans le Rhône, ce samedi 12 octobre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *