mercredi 23 septembre 2020
Accueil / A la Une / Un album numérique pour rendre hommage au colonel Beltrame
Inauguration le 26 février 2020 du jardin Arnaud Beltrame dans une ancienne caserne de Gendarmerie à Paris. De gauche à droite, la Maire de Paris Anne Hidalgo, le maire du IIIe arrondissement Pierre Aidenbaum, et la mère du colonel Beltrame, Nicolle Beltrame (Photo: J-B.Gurliat/Mairie de Paris)
Inauguration le 26 février 2020 du jardin Arnaud Beltrame dans une ancienne caserne de Gendarmerie à Paris. De gauche à droite, la Maire de Paris Anne Hidalgo, le maire du IIIe arrondissement Pierre Aidenbaum, et la mère du colonel Beltrame, Nicolle Beltrame (Photo: J-B.Gurliat/Mairie de Paris)

Un album numérique pour rendre hommage au colonel Beltrame

C’est le travail d’une bénévole anonyme et qui tient à le rester. Elle rassemble,  jour après jour, des photos, dans un album numérique. Photos de rues, de ronds-points, de squares et de jardins. De bâtiments scolaires ou sportifs et de salles ou de stèles. Toutes en hommage au colonel Arnaud Beltrame.

Début mars, cet album numérique contenait près de 310 endroits en France dédiés à l’officier de Gendarmerie. Il y a bientôt deux ans, le 23 mars 2018, il était mortellement blessé à Trèbes (Aude) par un terroriste. Il avait volontairement pris la place d’une otage dans le supermarché.

Derniers hommages en date, ceux de Bègles et de Paris. A Bègles, en banlieue de Bordeaux, un espace de la Maison du combattant porte le nom d’Arnaud Beltrame depuis le 26 février. Le même jour à Paris, la maire de Paris Anne Hidalgo a dévoilé en petit comité – période de réserve électorale oblige – une plaque en présence de Nicolle Beltrame, la mère de l’officier. Une plaque dans un  jardin, créé dans la cour de l’ancienne caserne de Gendarmerie des Minimes dans le Marais. Cette caserne, en plein centre de la capitale, va désormais accueillir des logements sociaux et une crèche.

Lire aussi: Un jardin Arnaud Beltrame au cœur de Paris

Album ouvert le 30 mai

L’album numérique a été ouvert le 30 mai 2018. Il débute par la photo d’une armoire électrique urbaine à Port-Marly (Yvelines) recouverte d’une fresque représentant Arnaud Beltrame. Plus de 300 photos d’inauguration ont donc suivi. A Trédion (Morbihan) où réside Nicolle Beltrame. A Etampes, ville où est né Arnaud Beltrame en 1973. A Trèbes, lieu de la prise d’otages. A Ferrals-les-Corbières (Aude) où l’officier s’était installé avec sa future épouse. Dans l’ambassade de France à Bagdad où il avait servi quelques mois. A Avranches (Manche) où il avait commandé la compagnie de gendarmerie…

Des plaques également posées dans de grandes villes; du nord au sud, comme Lille et Marseille; de l’ouest à l’est, comme Vannes et Strasbourg. Dans des petits villages, comme celui de Saint-Antonin du Var (800 habitants), dans des bourgs comme Pordic (Côtes-d’Armor) et ses 7.000 résidents. Et bien entendu, dans des rues menant à la brigade ou à la compagnie de de gendarmerie de dizaines de communes.

Aidée par une autre bénévole, la créatrice de cet album numérique le complète plusieurs fois par semaine. “J’habite à une trentaine de kilomètres de Trèbes”, explique-t-elle à L’Essor. “Le geste d’Arnaud Beltrame m’avait beaucoup touché même si je ne le connaissais pas ainsi que les autres victimes”. Un travail de bénédictin qui contient la liste de ces lieux, accompagnés chaque fois d’une photo. Mais aussi des hommages de Patrick Bruel ou Omar Sy, des messages du pape François ou du président américain Donald Trump, des dessins d’enfants. Sans compter la couverture des cinq livres parus sur le colonel Beltrame.

Un travail salué par Nicolle Beltrame. La mère de l’officier de Gendarmerie n’a qu’un souhait. Elle l’a dit à L’Essor: “Que toutes ces villes et ses villages s’imprègnent des valeurs d’Arnaud Beltrame !”.

PMG

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *