dimanche 21 juillet 2019
Accueil / A la une / Tulle : la promotion garde Ravoyard officiellement baptisée (Vidéos et diaporama)
La 20ème promotion de sous-officiers de l'école de Gendarmerie de Tulle officiellement baptisée (crédit photo : DR)
La 20ème promotion de sous-officiers de l'école de Gendarmerie de Tulle officiellement baptisée (crédit photo : DR)

Tulle : la promotion garde Ravoyard officiellement baptisée (Vidéos et diaporama)

La 20ème promotion de l’école des sous-officiers de la Gendarmerie de Tulle a été baptisée le jeudi 26 juillet après neuf mois de formation. Cette sortie était présidée par le général de corps d’armée Thibault Morterol, commandant des écoles de la Gendarmerie, et accompagné par le général de division François Bonavita, commandant la région de gendarmerie du Limousin.

Le major de la promotion, le gendarme Thomas Makowski s’est vu remettre de la part du président Jean Even la plaquette d’honneur de l’UNPRG et les neuf premiers ont reçu des abonnements à L’Essor de la Gendarmerie Nationale de la part du journal et de l’UNPRG, par l’intermédiaire de son représentant Rémi Touil Wahib.

 

Le capitaine Legros-Quenelle, commandant de cette 2ème compagnie a reçu la médaille souvenir de l’UNPRG de la part du président Jean Even, pour les très excellentes relations entretenues avec cet officier de Gendarmerie.

Lire aussi sur L’Essor : Tulle : la promotion Valdemoro officiellement baptisée (vidéos)

Les 128 nouveaux gendarmes ont reçu leur affectation au niveau national.

La compagnie était composée de 128 élèves : 24 personnels féminins et 104 masculins.

Recrutement civil : 40 élèves gendarmes ; 

Recrutement armée de l’air : 1 élève gendarme ;

Recrutement armée de terre : 9 élèves gendarmes ;

Recrutement marine : 2 élèves gendarmes ;

Gendarmerie (GAV + réserve) : 76 EG ;

Niveau des études : Bacheliers : 128 élèves gendarmes ; Diplômés (à partir de bac+2) : 45 élèves gendarmes ;

Répartition en sortie d’école :

Départementale : 80
Mobile : 38
Garde républicaine : 10

Le classement

Major promo- Thomas Makowski

2- Léo Lepetit

3- Kevin Julliat

4- Mégane Hardy

5- Julien Blanc

6- Xavier Pommeret

7- Christophe Buchye-Fau

8- Lucas Thebault

9- Marion Reynaud

Le parrain : le garde René Ravoyard, un Jurassien résistant et déporté

Né d’Armand-Louis Ravoyard et de Marie-Georgette Tonnot le 29 août 1907 à Vaudrey dans le Jura, René Jules Ravoyard grandit à la ferme familiale de la rue de Geai. Il effectue son service national au 18ème régiment du Génie de Nancy en 1927 où il devient sapeur-télégraphiste de 2ème classe.

Attiré par le métier des armes, il s’engage par la suite à la 4ème légion de garde républicaine mobile et y effectue sa formation en tant qu’élève-garde au centre d’instruction de Belfort en 1931. Il termine sa formation le 1er février 1932 et se marie avec Paule- Henriette Petitjean le 24 mai 1932. Ils auront deux enfants : Bernard né en 1933 et Pierre né en 1935.

Nommé garde au peloton à pied 390 de Courbevoie le 9 avril 1936, il intègre par la suite la 8ème légion de garde républicaine mobile en tant que garde à l’état-major de Besançon le 6 juillet 1938.

Lorsque la guerre éclate, il participe à la campagne de l’intérieur du 2 septembre 1939 au 9 mai 1940 puis est stationné dans la zone des armées au front, du 10 mai au 25 juin 1940. Le lendemain, prêt à partir au combat à tout moment il est sur le pied de guerre.

Finalement détaché à l’école de la garde de Guéret le 1er novembre 1943, il s’engage cependant dans la Résistance au sein des Forces Françaises de l’Intérieur de la Creuse du 6 juin au 18 juillet 1944. Suite à la bataille de Lavilatte, il est finalement fait prisonnier le 19 juillet 1944.

Il sera ensuite déporté de camps de concentration en camps de concentration, d’abord interné à la Tour Zizim de Bourganeuf puis au camp de de Natzweiler-Struthof le 30 août 1944. Il sera ensuite expédié au camp de Dachau le 5 septembre 1944 puis au camp de travail d’Haslach le 16 septembre 1944 et pour finir au camp de Vaihingen le 15 février 1945.

Libéré du camp par le corps-franc Pommiès le 7 avril 1945, il meurt des suites de sa déportation à la maison Coutrier de Vaudrey le 11 juin 1945. Il sera inhumé au cimetière de Vaudrey le 14 juin 1945.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A voir également

Photo d'illustration (Ph: M.GUYOT/ESSOR)

Réforme des retraites: les gendarmes tirent leur épingle du jeu

Retraites à jouissance immédiate et bonifications des gendarmes seront maintenues. Les primes seront en plus intégrées au calcul de la pension.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *