samedi 6 juin 2020
Accueil / A la une / Trois jeunes arrêtés à Pau, soupçonnés d’avoir percuté deux motards de la Gendarmerie
Motards de la Gendarmerie. Photo prise à Ouistreham le 6 juin 2014 (Crédit photo SD/L'Essor)
Motards de la Gendarmerie. Photo prise à Ouistreham le 6 juin 2014 (Crédit photo SD/L'Essor)

Trois jeunes arrêtés à Pau, soupçonnés d’avoir percuté deux motards de la Gendarmerie

Trois personnes ont été arrêtés ce mardi 19 mai au petit matin à Pau. Les enquêteurs les soupçonnent d’avoir été à bord d’un véhicule qui avait percuté deux de leurs collègues motards de la Gendarmerie, trois semaines plus tôt. 

Le véhicule percute les deux motards de la Gendarmerie

L’affaire commence le 27 mars à Soumoulou, une petite commune à une quinzaine de kilomètres à l’est de Pau. Un habitant prévient les gendarmes qu’une voiture suspecte est garée près du stade. Lorsque deux motocyclistes tentent d’en contrôler les occupants, ceux-ci prennent la fuite. Le conducteur démarre en effet à vive allure mais ils s’engagent rapidement dans une impasse. 

Les gendarmes se placent en travers de la route pour lui couper toute retraite. Mais le conducteur n’hésite pas à forcer le barrage improvisé. Les deux militaires sont touchés, dont l’un aux cervicales, ce qui lui vaudra deux 2 jours d’incapacité totale de travail. 

Volé, le véhicule est retrouvé brûlé

Malgré une chasse à l’homme mobilisant notamment un hélicoptère et des barrages routiers, le conducteurs et ses passagers disparaissent. Le véhicule, qui s’avérera volé, est retrouvé le lendemain brûlé à douze kilomètres de là, à Lamarque-Pontacq, dans les Hautes-Pyrénées. 

Lire aussi: Prison ferme pour l’homme qui avait volontairement renversé un gendarme près de Belfort

L’enquête est confiée à la brigade de recherches de Lescar dans le cadre de l’information judiciaire ouverte pour violences volontaires avec arme par destination sur personnes dépositaires de l’autorité publique. C’est ainsi  que les gendarme ont interpellé trois suspects dans le quartier d’Ousse des Bois à Pau. Le plus âgé des suspects a 22 ans, selon La République des Pyrénées, qui révèle l’information. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *