mercredi 17 juillet 2019
Accueil / A la une / Trafic d’armes entre les USA et la France et un atelier clandestin mis au jour par les gendarmes

Trafic d’armes entre les USA et la France et un atelier clandestin mis au jour par les gendarmes

Après celles de fin 2017 et de juin 2018, la section de recherches (SR) d’Angers vient de réaliser une nouvelle fois une très belle affaire de trafic d’armes. Assistée des groupements de gendarmerie du Maine-et-Loire, de Mayenne et de la Sarthe,  un trafic d’armes en bande organisée en provenance des  Etats-Unis,  a été mis au jour dans le cadre d’une enquête pilotée par la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Rennes.

Lire aussi sur L’EssorTrafic d’armes : 900 armes saisies, 400 gendarmes mobilisés, 50 gardes à vue

Quatre personnes ont été mises en examen pour “infraction à la législation sur les armes de catégorie A et B en bande organisée et participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation de délits punis de 10 ans d’emprisonnement“. Elles ont été écrouées.

Avec l’aide d’Europol et avec le soutien de l’antenne GIGN de Dijon, une opération d’envergure a été menée le mardi 26 février dans le Loiret, la Nièvre, la Savoie, la Seine-et-Marne et le Val-de-Marne. Elle a permis d’interpeller sept suspects et de mettre la main sur les armes.

Les saisies sont spectaculaires : une soixantaine d’armes de poing, dont près d’une dizaine de pistolets-mitrailleurs de type Uzi et une vingtaine d’armes d’épaule, selon le  communiqué du parquet.

450 armes écoulées

Mais, ce qui est inédit, c’est la découverte d’un  “véritable atelier de confection  d’armes à Nemours” (Seine-et-Marne), avec une cinquantaine d’armes de poing  prêtes ou en cours de préparation.  Deux cadres du bâtiment,  des quinquagénaires discrets,  précise Ouest France,  travaillaient dans cet atelier clandestin. Ils pouvaient revendre les pièces entre 2 000 et 2 500 euros l’unité à des délinquants de banlieue.
9 bâtons de dynamite d’origine suisse et plusieurs grenades  défensives ont été trouvées dans une cache  enterrée chez un autre suspect.
Les armes de poing étaient achetées “en toute légalité” aux Etats-Unis et étaient ensuite envoyées en France “en toute illégalité” sous la  forme de pièces détachées réparties en de multiples petits colis vers de  nombreuses adresses”, détaille  le parquet.
Une personne a ainsi été interpellée début février aux Etats-Unis par les policiers de la sécurité intérieure (HSI) alors qu’elle tentait “d’envoyer des  colis contenant une vingtaine de carcasses et canons de pistolets-mitrailleurs Uzi“.
Trois jours plus tard, trois autres colis étaient interceptés à l’aéroport de Roissy, contenant “30 culasses, canons, tiges guides et ressorts récupérateurs de pistolets Beretta 92S”. Les enquêteurs estiment que 450 armes ont ainsi pu être écoulées.
L’affaire avait débuté dans le Morbihan. Lors d’une perquisition, les enquêteurs de la SR avaient été très intrigués par un habitant de Seine-et-Marne qui faisait commerce d’un nombre important d’armes. Les gendarmes ont tiré les fils de la pelote qui les a conduits aux États-Unis.

Lire aussi sur L’Essor : un gigantesque trafic d’armes mis au jour par la Gendarmerie

D.C

 

A voir également

Exemple de conversation avec la brigade numérique (Crédit photo:GT/L'Essor).

Révolution numérique: le nouveau visage de la Gendarmerie (dossier)

[DOSSIER] La Gendarmerie s'empare de l'outil numérique et développe de nouvelles armes et de nouveaux moyen de communications.

Un commentaire

  1. CAROL Philippe

    Bonjour,
    Hé bien , félicitations Messieurs, avec le démantèlement de soit disant ” collectionneurs” à Carcassonne la semaine dernière qui eux aussi avaient quasiment 1 tonnes d’armes, de munitions, et d’explosifs, sachant que 2 anciens militaires du 3 ème RPIMA faisaient partie du lot , je doute qu’ils faisaient cela pour la collection ou pour le sport en stand de tir. A savoir que vous mettiez hors circuit ces gens là, me fait plaisir à un point que vous imaginez même pas. Au moins, on est sur que cela nous ferons pas d’attentats et ne pourrons pas fournir d’autres personnes pour le faire non plus, idem pour les revendre à des bandits, voir à des gamins.
    Trafiquants d’armes HS = sécurité Nationale renforcer, à la bonne heure. Félicitations et grands respect à vous Messieurs.
    Cordialement, Paramicalement, Philippe C.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *