dimanche 27 septembre 2020
Accueil / A la Une / Terra Nova propose que les maires notent les commandants de brigade de gendarmerie et les commissaires de police…

Terra Nova propose que les maires notent les commandants de brigade de gendarmerie et les commissaires de police…

Identifier le policier par son nom lors des contrôles et établir un récépissé, permettre au maire d’évaluer “son” commissaire ou le commandant de brigade de sa ville : telles sont les propositions de Terra Nova pour améliorer les relations police/population qui surviennent en plein malaise policier.

Dans un rapport rendu public mercredi, le “think tank” (cercle de réflexion) classé à gauche dresse un constat qu’il qualifie de “sombre” sur les liens entre la police et les citoyens. “Le niveau général des opinions sur les forces de l’ordre est globalement favorable”, écrivent les rapporteurs mais “il existe au sein de certaines catégories de la population un niveau de défiance élevée vis-à-vis de la
police”.

Il est “alimenté par la logique d’action de la police elle-même” où, ajoutent-ils sans référence aux manifestations de la base policière de ces derniers jours après l’attaque de policiers dans l’Essonne, il “existe un malaise”. Les policiers “se sentent mal-aimés, non respectés et non soutenus”, assène le think tank.

Il plaide pour la promotion d’une “police du contact”, de valorisation des “missions de prévention, d’information et d’accueil”, suggérant par exemple de “diversifier le recrutement des gardiens de la paix” et d’agir sur leur formation.

Il appelle de ses vœux un “redressement des liens avec les partenaires territoriaux” et un “partenariat” plus étoffé notamment avec les associations.  “Les municipalités (y) jouent un rôle essentiel” et il faut “consolider cette évolution”, écrivent les rapporteurs.

Est ainsi proposé – ce qui devrait faire bondir policiers et gendarmes – que les maires puissent “évaluer” le commissaire ou commandant de brigade de gendarmerie de leurs villes. Et “porter une appréciation” sur leur fiche d’évaluation annuelle.

Tout aussi iconoclaste est la proposition que le nom du policier effectuant, par exemple, des contrôles d’identité figure sur l’uniforme, alors que depuis 2012 et l’arrivée de la gauche au gouvernement, il y a seulement le matricule.”Pouvoir identifier le policier par son nom permettrait de personnaliser la relation, de l’humaniser en quelque sorte”, selon Terra Nova.

De même il relance l’idée, qui avait fait débat lors de la mise en place du matricule, d’un “récépissé ou un système électronique avec reçu” qui fournirait “des traces matérielles permettant plus de transparence dans la conduite des contrôles”.

“Il faudrait aussi pouvoir récompenser et promouvoir les agents ayant eu une action de prévention” ou “d’amélioration des relations police/population, ce qui n’est pas le cas actuellement”, écrit encore le cercle de réflexion.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *