jeudi 29 octobre 2020
Accueil / A la Une / Blessé, l’adjudant David Garcia a sauvé 17 personnes pendant la tempête Alex
L'adjudant David Garcia, commandant la brigade de proximité de Tende (Alpes-Maritimes) racontant son expérience. (Capture d'écran / BFM TV)
L'adjudant David Garcia, commandant la brigade de proximité de Tende (Alpes-Maritimes) racontant son expérience. (Capture d'écran / BFM TV)

Blessé, l’adjudant David Garcia a sauvé 17 personnes pendant la tempête Alex

Ce vendredi 3 octobre, alors que la tempête Alex commence à faire les premiers dégâts dans la région, l’adjudant David Garcia a participé au sauvetage de 17 personnes prises par les eaux et la boue dans la vallée de la Roya (Alpes-Maritimes).

Il est des héros très discrets, mais dont les actes parlent pour eux. L’adjudant David Garcia, commandant la brigade de proximité de Tende, est probablement de ceux-là. Humble jusque dans le témoignage qu’il livre aux médias ainsi qu’au président de la République, quelques jours après le passage de la tempête Alex sur les Alpes-Maritimes, et alors qu’il est toujours à la manœuvre, il se souvient.

Lire aussi: Tempête Alex: le gendarme porté disparu a été retrouvé vivant

17 personnes échappent à une mort certaine en pleine tempête Alex

“J’ai pris un débris en plein visage pendant la tempête. J’ai fait faire sept points de suture et je suis retourné sur le secteur de Vievola.” C’est là qu’un agent des routes lui fait signe et lui demande de l’aide. Avec la policière municipale de la commune, ils essayent de porter secours à un groupe de personnes bloquées. “La situation était assez catastrophique. Il y avait 17 personnes prises dans une vague de boue jusqu’à la taille. Parmi elles, des personnes âgées et des enfants. On a du les porter.” Tous les trois parviennent finalement à les extraire.

Une fois les personnes mises en sécurité, les trois sauveteurs décident de poursuivre leur chemin pour sécuriser le bas du secteur et embarquent à bord du véhicule du service départemental des routes. Mais rapidement, l’écoulement d’eaux les bloque. “On s’est retrouvé piégés dans le courant d’eau qui s’est vite transformé en cascade et se heurtait à la voiture.” Ils s’extraient du véhicule qui commence à se déporter, entrainé par le courant. Et quelques instants après, la route s’effondre derrière eux, à l’endroit où se trouvait le groupe auparavant. Tous ont ainsi échappé, à quelques minutes près, à une mort certaine.

Mais l’agent des routes, la policière municipale et le gendarmes sont bloqués à leur tour. Ils trouvent alors refuge dans une cabane vide où ils passeront la nuit avant de rejoindre le lendemain matin le village de Tende. A pied, il leur faudra plus de cinq heures pour effectuer le périple par des chemins de montagne. Finalement, ils l’atteignent vers midi. La commune, située à seulement quelques kilomètres de la frontière franco-italienne, figure parmi les plus touchées. Mais contrairement à la brigade de Saint-Martin-Vésubie, dans la vallée voisine, celle de Tende a tenu le coup. C’est donc avec un grand soulagement qu’ils sont accueillis par les autres gendarmes, sans nouvelle d’eux depuis la veille.

Lire aussi: Tempête Alex: le lourd tribut des gendarmes des Alpes-Maritimes

Lors de sa venue dans les Alpes-Maritimes à la rencontre des sinistrés et des services de secours et de sécurité, Emmanuel Macron s'est entretenu avec l'adjudant David Garcia. (Capture d'écran LCI)
Lors de sa venue dans les Alpes-Maritimes à la rencontre des sinistrés et des services de secours et de sécurité, Emmanuel Macron s’est entretenu avec l’adjudant David Garcia. (Capture d’écran LCI)

Un engagement altruiste de longue date pour David Garcia

Lors de la visite d’Emmanuel Macron à Tende, mercredi 7 octobre, les deux hommes se sont entretenus plusieurs minutes. Le président de la République a tenu à saluer son geste. Une action que le gendarme qualifie d’évidente en se confiant à une équipe de journalistes de LCI. “S’il y a un danger pour la population, on doit être prêt au sacrifice ultime pour sauver la population. C’est ça la Gendarmerie. C’est ça ma vie.”

Cet engagement pour les autres, David Garcia l’a, semble-t-il, inscrit dans les gènes. Déjà, il y a quelques années, il avait décidé de venir en aide à un jeune garçon atteint d’une tumeur au cerveau. Avec l’un de ses camarades, il avait alors entrepris un défi sportif. Relier les 435 kilomètres qui séparent Narbonne de Castelnau-de-Médoc et récolter des dons au profit d’Anaël, alors âgé de 6 ans.

LP

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.