lundi 28 septembre 2020
Accueil / A la Une / Un syndicat de policiers critique le jour de repos donné aux gendarmes pour la Sainte Geneviève
Capture d'écran du site du SCSI.

Un syndicat de policiers critique le jour de repos donné aux gendarmes pour la Sainte Geneviève

Le Syndicat des cadres de la sécurité intérieure – CFDT (SCSI – CFDT, majoritaire chez les officiers) critique le jour de repos exceptionnel donné aux 100.000 gendarmes à l’occasion de la Sainte Geneviève, leur patronne.

Cette décision a été prise fin octobre par le directeur général de la Gendarmerie, le général d’armée Richard Lizurey.

Le SCSI-CFDT se dit « respectueux des traditions et de toutes les religions » mais « laisse néanmoins chacun imaginer la polémique nationale immédiatement déclenchée si le directeur général de la police nationale accordait un jour de repos à tous ses personnels pour honorer une sainte dans un pays où la laïcité est quotidiennement au centre de tous les débats ».

« Les gendarmes, relève le syndicat, ont bénéficié d’un protocole identique aux policiers en avril 2016 et d’un protocole pour la sécurité publique en octobre 2017 ».

« L’ensemble des policiers nationaux épuisés par une année difficile ne devraient-ils pas eux aussi bénéficier d’une journée de repos exceptionnelle ?», conclut le SCSI-CFDT.

La Sainte Geneviève, patronne des gendarmes par un décret papal de 1962, figure dans le calendrier au 3 janvier. Les cérémonies religieuses ou civiles, laissées à l’initiative des écoles, des compagnies, des groupements, des régions et de la DGGN se déroulent autour de la date du 26 novembre.

Elles réunissent actifs, réservistes, retraites de l’Arme et autorités locales.

Crowdfunding campaign banner

3 Commentaires

  1. Harmonie Canizares

    Le jour où les policiers feront autant d’heures par semaines que leurs collègues gendarmes. Peut être qu’à ce moment là, ils pourront s’attaquer aux jours exceptionnels de repos!

  2. JC21

    Tout est bon pour critiquer et tenter d’enfoncer la gendarmerie. Peut-être devrait-on rappeler aux syndicats de police la différence de traitement des cas et des mobiles. Les 1ers logés à l’hôtel et les seconds dans des cantonnements bien loin du même confort… Les temps de trajet entre l’hôtel et leur lieu d’emploi comme du temps de travail.. Et ce n’est qu’un exemple. Toutefois il faut être juste et reconnaître que les syndicats de police ont parfois fait, par ricochet, progresser les conditions de vie ou de travail des gendarmes.
    Messieurs les syndicalistes, battez-vous pour obtenir un jour de repos en vous servant de l’exemple de la gendarmerie plutôt que de vouloir démonter l’institution. L’herbe est toujours plus verte chez le voisin…. Surtout quand on ne regarde que ce que l’autre a de mieux et qu’on oublie ses propres avantages.

  3. DRAILLET

    On ne mélange pas l’eau avec de l’huile,ni les statuts d’ailleurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *