vendredi 19 avril 2019
Accueil / A la une / Sous-officier du corps technique et administratif (CSTAGN): les modalités de sélection
Fourreau de maréchal des logis du corps de soutien (Capture d'écran)

Sous-officier du corps technique et administratif (CSTAGN): les modalités de sélection

Les nouvelles modalités du recrutement des sous-officiers du corps de soutien technique et administratif de la Gendarmerie nationale (CSTAGN) sont publiées au Journal officiel de ce mardi 16 avril 2019.

Arrêté du 8 avril 2019 relatif au recrutement des sous-officiers du corps de soutien technique et administratif de la Gendarmerie nationale

Lire aussi sur L’EssorRecrutement, formation, solde: ce qui va changer pour le CSTAGN

Le ministre de l’Intérieur,
Vu le code de la défense, notamment son article L. 4132-1 ;
Vu le code de la sécurité intérieure, notamment ses articles L. 114-1 et L. 421-2 ;
Vu le décret n° 2008-953 du 12 septembre 2008 modifié portant statut particulier des corps de sous-officiers et officiers mariniers de carrière des armées et du soutien technique et administratif de la Gendarmerie nationale, notamment son article 11-1 ;
Vu l’arrêté du 4 août 2010 modifié pris pour l’application dans la Gendarmerie nationale des articles 5 et 18 du décret n° 2008-953 du 12 septembre 2008 portant statut particulier des corps de sous-officiers et officiers mariniers de carrière des armées et du soutien technique et administratif de la Gendarmerie nationale ;
Vu l’arrêté du 20 décembre 2012 modifié relatif à la détermination et au contrôle de l’aptitude médicale à servir du personnel militaire ;
Vu l’arrêté du 12 septembre 2016 modifié fixant les conditions physiques et médicales d’aptitude exigées des personnels militaires de la Gendarmerie nationale et des candidats à l’admission en Gendarmerie,
Arrête :

Article 1

Les épreuves de sélection prévues à l’article 11-1 du décret susvisé sont organisées au titre de chacune des spécialités fixées à l’article 1er de l’arrêté du 4 août 2010 susvisé.
Les programmes, les conditions d’organisation et de déroulement ainsi que les coefficients des épreuves sont fixés, par spécialité, aux annexes I à III du présent arrêté.

Article 2

Les modalités d’inscription sont fixées en annexe IV du présent arrêté.

Article 3

Tout candidat militaire qui s’est vu accorder par le directeur des personnels militaires de la Gendarmerie nationale une dérogation aux conditions médicales et physiques d’aptitude au titre de l’article 10 de l’arrêté du 12 décembre 2016 susvisé peut bénéficier d’aménagements dans le déroulement des épreuves en fonction de l’infirmité présentée.

Article 4

Le processus de sélection est divisé en trois phases :
1° La première phase est constituée d’épreuves écrites ;
2° La deuxième phase comporte des épreuves orales et sportives ;
3° La troisième phase consiste à soumettre le candidat ayant réussi les épreuves de la deuxième phase à une visite d’expertise médicale initiale et à une enquête administrative préalable à la décision de recrutement.
A l’issue de chacune des deux premières phases, le candidat est ajourné ou autorisé à poursuivre la procédure de recrutement.
Les épreuves sont destinées à apprécier les compétences et aptitudes professionnelles du candidat pour la spécialité choisie.
La liste des pièces à fournir par les candidats convoqués en deuxième phase est fixée en annexe V du présent arrêté.

Article 5

Le candidat est convoqué pour subir les épreuves de sélection par l’autorité organisatrice des épreuves désignée par le directeur des personnels militaires de la Gendarmerie nationale.
L’autorité organisatrice des épreuves désigne les personnels civils et militaires de la Gendarmerie nationale chargés, sous la responsabilité d’un officier, de la surveillance des épreuves.

Article 6

L’épreuve écrite fait l’objet d’une correction unique.
Les épreuves sont notées de 0 à 20.
Toute note inférieure à 6 sur 20 à l’une des épreuves est éliminatoire, à l’exception de la note résultant des épreuves de sport qui est éliminatoire si elle est inférieure à 3 sur 20.
Les tests psychométriques et l’entretien avec un psychologue ne sont pas considérés comme des épreuves. Ils ne sont pas notés et ne nécessitent pas de préparation particulière.
Les tests psychométriques permettent de préparer l’entretien avec un psychologue.
L’entretien avec un psychologue constitue une aide à la décision du jury.

Article 7

Le candidat ne peut postuler qu’à une seule spécialité au titre de chaque session de sélection.

Article 8

Tout candidat qui ne se présente pas à l’une des épreuves, s’y présente après l’heure fixée pour le début des épreuves, n’effectue pas l’épreuve ou ne remet pas de feuille de composition à l’issue, reçoit la note zéro pour cette épreuve.
Toute infraction au règlement, fraude ou tentative de fraude à l’occasion de l’une de ces épreuves entraîne l’attribution de la note zéro pour l’épreuve considérée.

Article 9

La nature, les conditions de déroulement et le barème des épreuves de sport sont définis en annexe III du présent arrêté.
Elles se déroulent sous le contrôle de militaires de la Gendarmerie nationale.
Le candidat doit présenter, le premier jour des épreuves de sport pour lesquelles il est convoqué :
1° Un certificat médical de moins d’un an mentionnant l’aptitude du candidat à subir l’épreuve sportive, pour les candidats civils ;
2° Un certificat médical d’aptitude au service en cours de validité, pour les candidats militaires.

Article 10

Sous réserve qu’il fournisse les pièces justificatives nécessaires, une dérogation, totale ou partielle, aux conditions médicales et physiques d’aptitude peut être accordée par le directeur des personnels militaires de la Gendarmerie nationale au candidat militaire présentant une infirmité résultant d’une blessure, d’un accident ou d’une maladie imputable au service. Le candidat qui bénéficie d’une telle dérogation peut être dispensé d’une partie ou de la totalité de l’épreuve sportive. Le candidat doit alors fournir un certificat médical établi par un médecin militaire précisant expressément les épreuves qu’il n’est pas apte à effectuer.
Si le candidat militaire n’est pas apte à effectuer au moins deux épreuves de sport, il est dispensé de l’ensemble des épreuves de sport et sa moyenne générale est calculée sur l’ensemble des épreuves de la sélection sans tenir compte du coefficient affecté aux épreuves de sport.
Si le candidat militaire est apte à effectuer au moins deux épreuves de sport, la note qui lui est attribuée est la moyenne des notes obtenues aux épreuves effectuées.

Article 11

La candidate enceinte ou venant d’accoucher et bénéficiant du délai légal postnatal est dispensée des épreuves de sport. Sa moyenne générale est calculée sur l’ensemble des épreuves de sélection sans tenir compte du coefficient affecté aux épreuves de sport.
Avant le début des épreuves de la deuxième phase, elle doit adresser à la direction générale de la Gendarmerie nationale, par voie postale, un certificat médical datant de moins de quatre semaines établi par un médecin agréé et justifiant de son état.

Article 12

Les candidats effectuent obligatoirement les épreuves de sport dans le même ordre.
Si les conditions atmosphériques l’imposent, l’autorité organisatrice des épreuves peut décider de différer une ou plusieurs épreuves.

Article 13

Le candidat ayant satisfait aux épreuves de sélection est autorisé à souscrire un contrat d’engagement en qualité de sous-officier du corps de soutien technique et administratif de la Gendarmerie nationale par décision du ministre de l’intérieur, sous réserve de satisfaire aux conditions physiques et médicales d’aptitude requises et de présenter un comportement qui n’est pas incompatible avec l’exercice des fonctions ou des missions des militaires de la Gendarmerie nationale.

Article 14

Les dispositions du présent arrêté sont applicables à compter du recrutement organisé au titre de la session de septembre 2019.

Article 15

Le présent arrêté abroge l’arrêté du 7 novembre 2017 relatif au recrutement des sous-officiers du corps de soutien technique et administratif de la Gendarmerie nationale.

Article 16

Le directeur général de la Gendarmerie nationale est chargé de l’exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Nature, forme et programme de l’épreuve écrite de la première phase par spécialité

Spécialités :Administration et gestion
du personnel
Gestion logistique
et financière
Auto-engins
blindés
Affaires immobilièresArmurerie et pyrotechnieRestauration
collective
Epreuve de mise en situation professionnelle
(durée 2 heures ; coefficient 2) :
Cette épreuve consiste pour le candidat à répondre à plusieurs questions ou commandes, avec ou sans documentation. Le candidat pourra être amené à produire des réponses ou des documents de différentes natures.
Epreuve visant à évaluer les connaissances du candidat dans le domaine de l’administration et la gestion du personnel, ses capacités d’analyse et de synthèse, ainsi que ses qualités rédactionnelles et son niveau d’orthographe.
Pas de programme particulier.
Epreuve visant à évaluer les connaissances techniques et professionnelles du candidat dans le domaine de la gestion logistique et financière.
Cette épreuve porte sur le programme défini au I de la présente annexe.
Epreuve visant à évaluer les connaissances techniques et professionnelles du candidat dans le domaine des auto-engins blindés.
Cette épreuve porte sur le programme défini au II de la présente annexe.
Epreuve visant à évaluer les connaissances techniques et professionnelles du candidat dans le domaine des affaires immobilières.
Cette épreuve porte sur le programme défini au III de la présente annexe.
Epreuve visant à évaluer les connaissances techniques et professionnelles du candidat dans le domaine de l’armurerie et de la pyrotechnie.
Cette épreuve porte sur le programme défini au IV de la présente annexe
Epreuve visant à évaluer les connaissances techniques et professionnelles du candidat dans le domaine de la restauration collective.
Cette épreuve porte sur le programme défini au V de la présente annexe.

I. – Programme relatif à l’épreuve de mise en situation professionnelle de la spécialité gestion logistique et financière

1° Finances :

– l’analyse des besoins ;
– l’expression de besoins, la préparation, la gestion et le pilotage d’un budget de fonctionnement ;
– la gestion des charges locatives ;
– les principes fondamentaux de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF) ;
– les principes fondamentaux de la gestion budgétaire et comptable publique.

2° Marchés publics :

– le besoin à satisfaire et la procédure adaptée ;
– les documents constitutifs et les pièces contractuelles ;
– les opérations de passation et d’attribution du marché ;
– la notification du marché ;
– le suivi du respect des clauses ;
– les principes généraux de la commande publique et les procédures de mise en œuvre des marchés publics.

3° Matériels :

– la coordination et l’analyse des commandes de matériels ;
– la gestion du suivi des stocks.

4° Comptabilité :

– le contrôle interne et comptable au sein des sections contrôle comptable et budgétaire (SCCB) ;
– le principe de sincérité budgétaire des comptes de l’Etat.

5° Hygiène Sécurité Incendie Environnement (HSIE) :

– les règles générales HSIE ;
– les règles applicables en matière de santé et de sécurité ;
– la gestion et le suivi des extincteurs.

II. – Programme relatif à l’épreuve de mise en situation professionnelle de la spécialité auto-engins blindés

1° La technique automobile :

– la métrologie mécanique ;
– les instruments de mesure nécessaires à la pratique de la mécanique (pied à coulisse, micromètre, comparateur, clé dynamométrique, jauge d’épaisseur).

2° Motorisation essence et diesel :

– le principe du cycle à 4 temps ;
– l’architecture et les différents constituants d’un moteur ;
– la distribution, la lubrification, le refroidissement des moteurs ;
– les principes de l’injection ;
– les notions de pollution et de dépollution ;
– le principe du moteur diesel ;
– le circuit d’alimentation diesel ;
– les lois d’injection ;
– les pompes d’injection ;
– les différents types d’injecteurs ;
– le système d’injection à rampe commune ;
– la suralimentation ;
– les méthodes de recherche de pannes sur les différents circuits diesel.

3° Electricité générale :

– les principes fondamentaux d’électricité en courant continu ;
– la symbolisation des schémas électriques ;
– le circuit de charge et ses composants ;
– le circuit de démarrage et ses composants (y compris la batterie) ;
– le circuit de préchauffage et ses composants ;
– les différents accessoires ;
– les principes de la climatisation.

4° Suspension :

– la constitution, le marquage et les usures de pneumatiques ;
– l’organisation générale de la suspension ;
– le fonctionnement et le diagnostic des différents types de suspension.

5° Freinage :

– la réglementation et l’organisation du freinage ;
– les différents composants d’un circuit de freinage hydraulique ;
– les différents composants électroniques constituant l’ABS et l’ESP.

6° Direction :

– la composition et le fonctionnement de la direction ;
– les angles du train avant.

7° Transmission :

– l’organisation de la transmission ;
– les embrayages, les boîtes de vitesses, les boîtes de transfert, les ponts et différentiels, les arbres de transmission et les réducteurs.

8° Hydraulique :

– les propriétés des fluides hydrauliques ;
– les phénomènes liés à la pression et au débit ;
– la composition des circuits hydrauliques ;
– les générateurs, récepteurs, organes de commande et appareils de régulation ;
– la détection de charge ;
– la direction assistée ;
– la suspension hydropneumatique ;
– les transmissions hydrostatiques et hydrodynamiques.

9° Sécurité santé au travail dans un atelier automobile :

– le traitement des déchets ;
– les équipements individuels et collectifs ;
– le risque incendie ;
– l’outillage dangereux ;
– le stockage des produits dangereux.

III. – Programme relatif à l’épreuve de mise en situation professionnelle de la spécialité affaires immobilières

1° Mathématiques :
a) Les suites arithmétiques et le raisonnement par récurrence :

– la définition ;
– le Calcul de Un, ;
– la représentation graphique ;
– le sens de variation ;
– la somme des termes consécutifs.

b) L’étude de fonctions, limites – asymptotes, dérivée, primitives :

– les fonctions puissances ;
– les fonctions circulaires ;
– les fonctions polynomiales du 1er degré et du 2e degré.

c) La résolution d’équations :

– les fonctions circulaires ;
– les fonctions polynomiales du 1er degré et du 2e degré.

d) Le calcul de surfaces et de volumes :

– les surfaces telles que : carré, rectangle, parallélogramme, losange, trapèze, triangle quelconque, triangle rectangle, triangle isocèle, triangle équilatéral, cercle, pentagone, hexagone, octogone ;
– les volumes tels que : cube, parallélépipède, prisme droit, pyramide, cône, cylindre, sphère, ellipsoïde.

e) Les statistiques :

– la moyenne arithmétique ;
– la médiane ;
– le minimum ;
– le maximum ;
– la somme ;
– l’écart-type ;
– le nombre de valeurs.

2° Physique-chimie :
a) L’application d’une force ou d’un couple à un solide :

– l’effet d’une force ;
– l’effet d’un couple ;
– le frottement entre solides ;
– le frottement d’un fluide ;
– la force de gravitation ;
– le travail et la puissance d’une force ;
– le travail et la puissance d’un couple ;
– la force et l’accélération linéaire ;
– lle couple et l’accélération angulaire ;
– le transfert d’énergie par le travail.

b) Le comportement des fluides :

– la pression, la pression absolue, la pression relative ;
– le théorème fondamental de l’hydrostatique ;
– le théorème de Pascal ;
– les unités de mesure de pression ;
– les différents états de l’eau et les changements d’état ;
– les échanges d’énergie et les changements d’états.

c) Les ondes électromagnétiques :

– les propriétés (UV, visible, IR, micro-ondes, ondes hertziennes, période, fréquence, longueur d’onde, célérité, énergie transportée) ;
– le rayonnement et l’énergie.

d) L’électricité :

– la tension, l’intensité, et la résistance ;
– le courant continu et alternatif ;
– la puissance réelle et la puissance apparente ;
– l’énergie électrique et la consommation ;
– la capacité d’une batterie ou d’une pile.

e) Les acides et les bases :

– le pH ;
– les acides et les bases ;
– l’équilibre acido-basique ;
– les réactions acido-basiques.

IV. – Programme relatif à l’épreuve de mise en situation professionnelle de la spécialité armurier pyrotechnicien

1° Mécanique générale :

– la métrologie :
– l’utilisation des instruments de mesure nécessaires à la pratique de la mécanique générale (pied à coulisse, micromètre, comparateur, clé dynamométrique, jauge d’épaisseur, cales étalon).
– la machine-outil :
– la technologie machine et les principes généraux de l’usinage ;
– l’utilisation des machines conventionnelles (tour à métaux, fraiseuse), perceuse à colonne, touret ;
– le choix des outils adaptés et calculer les vitesses de coupe et d’avance ;
– le dessin industriel :
– les fondamentaux (normes) du dessin industriel ;
– les dessins techniques ;
– la désignation des matériaux :
– la désignation normalisée des matériaux métalliques ;
– la classification des métaux et alliages suivant leurs désignations normalisées.

2° Armurerie :

– les bases de l’armurerie, savoir manipuler et sécuriser une arme ;
– la nomenclature des pièces principales d’une arme ;
– les différents systèmes de fermeture et de fonctionnement courant des armes ;
– l’identification des armes ;
– la législation en vigueur relative à la fabrication, au commerce, à l’acquisition et à la détention des armes ;
– la classification des armes.

3° Balistique et pyrotechnie :

– la composition d’une munition ;
– les principales munitions (petit calibre) militaires et civiles ;
– l’identification d’une munition.

V. – Programme relatif à l’épreuve de mise en situation professionnelle de la spécialité restauration collective

1° Comptabilité et fiscalité :

– les bases juridiques ;
– les principes comptables ;
– les objectifs de la comptabilité ;
– produits et charges d’exploitation ;
– les stocks ;
– l’immobilisation ;
– les opérations financières ;
– les provisions ;
– les états comptables ;
– le compte de résultat ;
– le bilan ;
– les impôts directs ;
– les impôts indirects ;
– la définition de la taxe sur la valeur ajoutée ;
– les principes de calcul de la taxe sur la valeur ajoutée ;
– les formulaires de déclaration.

2° Sécurité alimentaire :

– le plan de maîtrise sanitaire ;
– le système d’analyse des dangers et points critiques pour leur maîtrise (système HACCP) ;
– les allergènes.

3° Technologies et méthodes culinaires :

– le vocabulaire professionnel ;
– les tailles et découpes ;
– les potages ;
– les fonds et sauces ;
– les préparations, appareils et les farces de base ;
– les cuissons ;
– les pâtes de base ;
– les crèmes de base ;
– les produits de la pêche ;
– les œufs ;
– les viandes de boucherie ;
– les volailles ;
– les abats ;
– les fromages ;
– les différentes gammes ;
– les compositions et valeurs nutritives.

4° Service et commercialisation :

– les différentes formules de restauration ;
– l’équipement du restaurant ;
– le personnel du restaurant ;
– l’accueil au restaurant ;
– les types de services ;
– les vins.

5° Législation du travail :

– les règles d’hygiène, de sécurité et de prévention des accidents du travail ;
– les grands principes du droit du travail.

ANNEXE II
NATURE ET FORME DES ÉPREUVES ORALES ET SPORTIVES DE LA DEUXIÈME PHASE

SpécialitésAdministration et gestion du personnelGestion logistique et financièreAffaires immobilièresArmurerie et pyrotechnieRestauration collective
Epreuve d’entretien avec un jury
(durée : 25 minutes ; coefficient 4) :
Entretien ayant pour objectif d’évaluer les connaissances techniques et professionnelles du candidat dans le domaine de la spécialité postulée.
Il vise également à évaluer les aptitudes, les motivations et les facultés d’expression et de raisonnement du candidat.
Entretien avec un psychologue
(durée : 30 minutes) :
Entretien visant à évaluer les capacités d’adaptation du candidat à l’emploi postulé. Cet entretien, non noté, n’est pas considéré comme une épreuve, il constitue une aide à la décision du jury.
Afin de préparer cet entretien, le candidat est soumis à des tests psychométriques sous forme de questionnaires à choix multiples qui ne sont pas considérés comme des épreuves et pour lesquels aucune préparation n’est nécessaire.
Epreuves de sport définies en annexe III du présent arrêté
(coefficient 1) :
– Une épreuve de course à pied de 3 000 mètres ;
– Une épreuve d’abdominaux ;
– Une épreuve d’appuis faciaux.

 

 

SpécialitéAuto-engins blindés
Epreuve d’entretien avec un jury
(durée : 20 minutes ; coefficient 2) :
Entretien ayant pour objectif d’évaluer les connaissances techniques et professionnelles du candidat dans le domaine de la spécialité auto-engins blindés Il vise également à évaluer les aptitudes, les motivations et les facultés d’expression et de raisonnement du candidat.
Epreuve pratique
(durée : 30 minutes ; coefficient 2) :
Epreuve destinée à vérifier les connaissances pratiques du candidat.
Elle est réalisée en atelier et constituée soit de la réparation d’une panne électrique simple, soit de la réparation d’une panne mécanique simple. Durant son intervention, le candidat doit expliquer la démarche suivie pour comprendre la panne et la réparer.
Des questions peuvent être posées par le ou les examinateurs.
Entretien avec un psychologue
(durée : 30 minutes) :
Entretien visant à évaluer les capacités d’adaptation du candidat à l’emploi postulé. Cet entretien, non noté, n’est pas considéré comme une épreuve, il constitue une aide à la décision du jury.
Afin de préparer cet entretien, le candidat est soumis à des tests psychométriques sous forme de questionnaires à choix multiples qui ne sont pas considérés comme des épreuves et pour lesquels aucune préparation n’est nécessaire.
Epreuves de sport définies en annexe III du présent arrêté
(coefficient 1) :
– Une épreuve de course à pied de 3 000 mètres ;
– Une épreuve d’abdominaux ;
– Une épreuve d’appuis faciaux.

ÉPREUVES DE SPORT

Affectée d’un coefficient 1, la note de sport est calculée à partir des notes obtenues aux trois épreuves de sport définies ci-dessous en fonction des coefficients propres à chacune.
Cette note est éliminatoire si elle est inférieure à 3 sur 20.

Les épreuves de sport sont effectuées dans l’ordre suivant :
1° Epreuve de course à pied de 3 000 mètres (coefficient 2) :
Il s’agit d’une course de 3 000 mètres, effectuée sur une piste d’athlétisme avec départ en ligne et par groupes d’un effectif inférieur ou égal à vingt.
Les candidats sont en tenue de sport. Les chaussures à pointes sont autorisées.
2° Epreuve d’abdominaux (coefficient 1) :
Le candidat est allongé sur le dos, genoux et hanches fléchis à 90°. Les pieds, en appui contre un mur ou sur une chaise, sont tenus par un partenaire ou bloqués contre un espalier. Les épaules décollées du sol, les coudes fléchis, les mains sur la face avant des épaules, les bras en contact avec la poitrine et le menton placé contre le sternum. Au signal, le candidat réalise une flexion du tronc jusqu’au contact des coudes avec les cuisses puis retour à la position de départ, les épaules et la tête ne doivent à aucun moment toucher le sol. La position des mains, des coudes et des bras doit rester inchangée tout au long de l’épreuve (contact permanent des bras avec la poitrine et de la région lombaire avec le sol).
3° Epreuve d’appuis faciaux (coefficient 1) :
Il s’agit, en appui facial, corps tendu, de fléchir les bras de telle sorte que la poitrine touche une cale (10 cm de haut pour les candidats masculins, 20 cm de haut pour les candidats féminins), revenir à la position en appui, membres complètement tendus, cela sans interruption. Le militaire qui évalue ne compte que les mouvements exécutés correctement (corps rectiligne).

Barème des épreuves de sport

NoteCourse à pied de 3 000 mètresAppuis faciauxAbdominaux
HommesFemmesHommesFemmesHommesFemmes
2012’0014’0040255040
1912’1514’2038244838
1812’3014’4036234636
1712’4515’0034224434
1613’0015’2032214232
1513’2015’4030204030
1413’4016’0028193828
1314’0016’3026183626
1214’2017’0024173424
1114’4017’3022163222
1015’0018’0020153020
915’3018’3018142818
816’0019’0016132616
716’3019’3014122414
617’0020’0013102212
518’0021’001282010
419’0022’00106189
320’0023’0084168
221’0024’0063147
122’0025’0042126
0> 22’00> 25’00< 4< 2< 12< 2

 

Nota. – En cas de performance intermédiaire, la note à attribuer est celle qui correspond à la performance immédiatement inférieure. Les épreuves non effectuées, non terminées ou dont les performances sont inférieures à celle de la note 1 sont notées zéro.

ANNEXE IV
MODALITÉS D’INSCRIPTION

I. – Par voie électronique sur le site internet du recrutement de la Gendarmerie nationale http://www.lagendarmerierecrute.fr, rubriques : “inscription en ligne”, “déposer un dossier”, “corps de soutien technique et administratif de la Gendarmerie nationale”, puis choisir la spécialité.

La procédure d’inscription par internet se déroule comme suit :
1° Le candidat indique son identité ainsi que les différents renseignements nécessaires à la constitution de son dossier de candidature ;
2° Des écrans informatifs guident le candidat tout au long du cheminement de la saisie des données et indiquent, à la fin de la saisie, les opérations à effectuer pour que la candidature soit valable, les délais de rigueur ainsi que l’adresse du service chargé de l’organisation de la sélection ;
3° Pour procéder à la validation de son inscription, un écran informatif présente de façon récapitulative les données saisies. Le candidat les vérifie, les confirme ou les modifie puis procède à la validation. Un écran informatif indique au candidat le numéro d’enregistrement qui lui est attribué. Ce numéro d’enregistrement sera nécessaire pour modifier ultérieurement, le cas échéant, les informations de son dossier de candidature. Une confirmation d’inscription est envoyée à chaque candidat à l’adresse électronique indiquée lors de son inscription ;
4° Après la validation, le candidat peut modifier sa candidature ;
5° Après la validation de son inscription, la date et l’heure de la validation de la candidature sont enregistrées en même temps que les autres données ;
6° Les modifications peuvent être apportées immédiatement, sans condition de délai ;
7° Ces opérations doivent être effectuées avant la date de clôture des inscriptions ;
8° Durant la période d’inscription, le candidat peut à tout moment supprimer sa candidature. Un candidat qui a supprimé une candidature à l’une des spécialités et souhaite à nouveau déposer un dossier pour la même spécialité devra le faire après téléchargement du dossier en application du processus présenté au b de cette annexe.

II. – Dépôt d’un dossier de candidature :

Le dossier de candidature peut être soit téléchargé sur le site internet du recrutement de la Gendarmerie http://www.lagendarmerierecrute.fr, soit retiré auprès d’une brigade de Gendarmerie, d’un centre d’information et de recrutement ou d’un centre de recrutement, concours et sélection.
Le dossier d’inscription rempli doit être adressé pour la métropole au centre de sélection et de concours dont relève le candidat et, pour l’outre-mer, au centre de recrutement, concours et sélection dont relève le candidat (la liste des différents centres est disponible dans le dossier d’inscription).

ANNEXE V
LISTE DES PIÈCES À FOURNIR PAR LES CANDIDATS CONVOQUÉS EN DEUXIÈME PHASE

Le jour de leur convocation, les candidats doivent se présenter munis d’une pièce d’identité et fournir une copie des pièces listées ci-après, soit au centre de sélection et de concours dont ils relèvent pour les candidats de métropole, soit au centre de recrutement, concours et sélection dont ils relèvent pour les candidats ultramarins :
1° Une photocopie recto-verso d’une pièce d’identité en cours de validité, et pour les candidats nés à l’étranger, un extrait d’acte de naissance ;
2° Une photocopie du certificat individuel de participation à la journée défense et citoyenneté (JDC) ou à la journée d’appel de préparation à la défense (JAPD) pour les candidats de moins de vingt-cinq ans, ou une photocopie du certificat de service national ou de l’attestation de dispense ;
3° Une photographie d’identité en couleur conforme aux conditions d’acceptabilité requises pour tout document officiel ;
4° Un curriculum vitae ;
5° Une des pièces suivantes permettant de justifier que le candidat, autre que volontaire dans les armées en service au sein de la Gendarmerie nationale (1), remplit l’une des conditions de service exigées pour s’inscrire aux sélections :
a) Une photocopie du diplôme du baccalauréat ou d’un diplôme ou titre enregistré et classé au moins au niveau IV dans le répertoire national des certifications professionnelles prévu par les articles R. 335-12 et R. 335-23 du code de l’éducation ;
b) Pour les adjoints de sécurité de la police nationale en activité : une attestation de l’autorité d’emploi justifiant d’au moins un an de service en cette qualité, au 1er janvier de l’année des épreuves de sélection ;
c) Pour les militaires des forces armées autres que la gendarmerie nationale servant en vertu d’un contrat, en activité ou en détachement : une fiche de synthèse des systèmes d’information des ressources humaines (SIRH) propre à chaque armée (ou un état signalétique et des services militaires) justifiant d’au moins quatre ans de service en cette qualité, au 1er janvier de l’année des épreuves de sélection ;
d) Pour les réservistes de la gendarmerie nationale : un état signalétique et des services militaires ;
e) Pour les candidats justifiant d’une expérience professionnelle d’au moins trois années : les documents attestant de cette expérience.
6° Pour les candidats mineurs non émancipés : le consentement du représentant légal.

(1) Pour les candidats gendarmes adjoints volontaires, l’administration vérifie via Agorha dans leur fiche individuelle de renseignements qu’ils justifient d’au moins un an de service au 1er janvier de l’année des épreuves de sélection et de la détention du diplôme de gendarme adjoint.

Fait le 8 avril 2019.

Pour le ministre et par délégation :

Le directeur des personnels militaires de la Gendarmerie nationale,

A. De Oliveira

A voir également

Tarn-et-Garonne: un motocycliste de la Gendarmerie se tue hors service dans un accident

Marié et père de trois enfants, l'adjudant Didier Terrisse, 50 ans, servait comme motocycliste à la brigade motorisée de Moissac.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !