mardi 20 octobre 2020
Accueil / A la Une / Retours positifs pour les nouvelles caméras-piétons des gendarmes
Une caméra piéton de l'entreprise Exavision, un spécialiste français de cet équipement. Crédit photo: Exavision.
Une caméra piéton de l'entreprise Exavision, un spécialiste français de cet équipement. Crédit photo: Exavision.

Retours positifs pour les nouvelles caméras-piétons des gendarmes

Est-ce enfin le bout du tunnel pour le laborieux déploiement des caméras-piétons? Un nouveau type de matériel est en cours de test, et bonne nouvelle, les premiers retours sont positifs.

Expérimenté pour la première fois il y a neuf ans, le déploiement des caméras-piétons tarde toujours à se concrétiser Place Beauvau. Un équipement pourtant très attendu. Elles doivent en effet permettre d’apaiser les interventions et de rassurer gendarmes et policiers avec l’enregistrement d’images. Faute d’avoir reçu des caméras-piétons, des gendarmes du Val d’Oise nous avaient même expliqué, il y a plus d’un an, utiliser parfois des caméras Go-Pro pour pouvoir, le cas échéant, se défendre d’une accusation de violences.

Lire aussi: 5.000 caméras-piétons bientôt livrées à la Gendarmerie

Une meilleure image et une meilleure batterie

Mais voilà, cet équipement censé être généralisé pour le 1er juillet prochain ne donne pas toujours satisfaction. Des policiers font état par exemple d’une autonomie qui laisse largement à désirer. “En théorie, l’autonomie est de quatre heures avec enregistrement par batterie, chaque caméra étant dotée de deux batteries, expliquait à des députés Laurent Noulin, référent national en charge des CRS. En pratique, les remontées du terrain font état d’une autonomie de quinze à vingt minutes par batterie, ce qui pose un gros problème d’efficacité. Le matériel est donc parfaitement inadapté.” C’est la société Allwan security qui avait remporté, il y a deux ans, l’appel d’offres du ministère de l’Intérieur. La Place Beauvau avait alors commandé 10.000 caméras-piétons. Un marché alors estimé à environ 2,4 millions d’euros.

Un problème qui concerne également les gendarmes. Cependant, l’Arme a peut être une solution. Un nouveau matériel est en cours de test. “Les retours sont plutôt positifs, et ils ne portent pas uniquement sur la gestion de la batterie”, précise David Ramos, vice-président de l’Association professionnelle nationale des militaires GendXXI, devant les députés de la commission d’enquête sur le maintien de l’ordre. Plus précisément, “les retours sont extrêmement positifs concernant l’image, la capacité de la batterie, la facilité de mise en œuvre et la conscience que l’on a de son bon démarrage”. Affaire à suivre donc.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.