mardi 18 mai 2021
Accueil / A la Une / Résistance violente à l’évacuation de Bure : deux opposants en prison (VIDEO)

Résistance violente à l’évacuation de Bure : deux opposants en prison (VIDEO)

Ils s’en sont violemment pris aux gendarmes lors de l’opération d’évacuation conduite jeudi à Bure. Deux opposants au projet d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse), convoqués en comparution immédiate vendredi par le tribunal correctionnel de Bar-le-Duc, ont été placés en détention provisoire jusqu’à leur procès prévu le 19 mars.

L’homme de 24 ans et la femme de 30 ans ont sollicité un délai pour préparer leur défense.
Ils ont été placés en détention provisoire conformément aux réquisitions du parquet, eu égard à “l’absence de garanties suffisantes de représentation et au risque de renouvellement des faits”.

L’homme a été interpellé jeudi à l’aube lors de l’évacuation par 500 gendarmes du bois Lejuc, épicentre de la contestation au projet de centre
d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse). Il est soupçonné d’avoir jeté en direction des forces de l’ordre un objet enflammé et d’avoir
fait usage de violence. Il a ensuite refusé de se soumettre au prélèvement de signalétique.
La jeune femme est poursuivie pour avoir “résisté avec violence” aux forces de l’ordre lors d’une perquisition jeudi en fin de matinée à la “Maison de
résistance”, à Bure, à la suite de dégradations dans le village et à l’encontre des gendarmes.

Les deux prévenus n’ont décliné leur identité que quelques minutes avant l’audience, a souligné le procureur, Olivier Glady.

Sur les sept opposants placés en garde à vue jeudi lors de l’évacuation du bois Lejuc et lors d’une perquisition à la “Maison de résistance”, “une seule
personne a donné sa véritable identité” sans difficulté, a-t-il détaillé.

 “C’est une construction volontaire, délibérée, d’anonymat avec ensuite l’idée qu’on se dirige vers l’impunité”, a observé le procureur, soulignant
que “ce comportement judiciaire (était) adopté par nombre d’opposants”.

Sur les cinq autres gardes à vue, deux personnes ont été relâchées. Deux hommes de 21 et 23 ans, ainsi qu’une femme de 60 ans, seront convoqués devant le tribunal correctionnel le 12 juin pour outrages et/ou rébellion sur agent dépositaire de l’autorité publique.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.