mardi 20 avril 2021
Accueil / A la Une / Une réserve de la Police à 30.000 personnes: pourquoi la promesse de Gérald Darmanin risque de rester un vœu pieux
Les forces de l'ordre sont de plus en plus accusées de violences policières. (Illustration: J.Macou/Pixabay)
Les forces de l'ordre sont de plus en plus accusées de violences policières. (Illustration: J.Macou/Pixabay)

Une réserve de la Police à 30.000 personnes: pourquoi la promesse de Gérald Darmanin risque de rester un vœu pieux

Pour rapprocher la population et la Police, Gérald Darmanin propose à cette dernière de s’inspirer de la réserve opérationnelle de la Gendarmerie. L’histoire montre pourtant que, dans ce domaine, il y a loin entre les annonces et leur concrétisation.

Après plusieurs affaires de violences policières illégitimes, le ministre de l’Intérieur présentait ce lundi 31 novembre ses propositions de réforme à l’Assemblée nationale. Il les a déclinées en sept “péchés capitaux”, parmi lesquels figurait le lien avec la population.

30.000 personnes dans la réserve la Gendarmerie

Pour améliorer celui-ci, Gérald Darmanin estime qu’il faut développer la réserve opérationnelle de la Police nationale, pour l’amener au niveau de celle de l’Arme, soit 30.000 personnes. 

Lire aussi: Ce que veut changer Gérald Darmanin pour les policiers et les gendarmes

“Il y a quelque chose qui se passe dans la Gendarmerie nationale et qui se passe difficilement dans la Police, c’est la réserve”, a expliqué le ministre de l’Intérieur aux députés de la commission des lois. 

“Je souhaite que nous portions à 30.000 également le nombre de policiers nationaux qui, chaque année, [pourraient] être dans la réserve, afin de mieux brasser, de mieux embrasser même, les aspirations de la population”, a ajouté Gérald Darmanin.

Objectif 40.000 réservistes en 2012

Alors, demain, tous policiers? Le précédent de la Gendarmerie devrait inciter à la prudence face aux annonces du ministre. Rappel: pendant des années les ministres de tutelle ont martelé que la réserve opérationnelle de la Gendarmerie devait comporter 40.000 réservistes en 2012.

Pourtant, dès 2007, intervient une “première rupture dans la montée en puissance de la réserve opérationnelle (…) en raison d’insuffisances budgétaires. L’année 2008 confirme cette tendance, avec une baisse de 10 % du budget consacré aux activités de la réserve opérationnelle”,  regrettait, dès 2009, un rapport du Sénat sur “L’avenir de la Gendarmerie”.

Lire aussi: Réserve budgétaire, réservistes et véhicules: les mauvais points du budget 2020 de la Gendarmerie

La réserve opérationnelle est alors de 25.000 personnes. Elle ne quittera plus ce plateau jusqu’en 2016. Cette année là, au lendemain de l’attentat de Nice, la Garde nationale est lancée en grande pompe. Derrière l’effet d’annonce, il n’y a pourtant qu’une structure chargée de dynamiser la communication sur les réserves existantes.

Objectif 40.000 réservistes en 2018

Un certain nombre de mesures incitatives se mettent en place. Surtout, les objectifs sont ambitieux. La réserve opérationnelle de la Gendarmerie doit ainsi faire passer son effectif de 25.000 en 2016 à 40.000 en 2018.  Mais cet objectif sera vite revu à la baisse et l’Institution ne revendique aujourd’hui que 30.000 réservistes.

Lire aussi: Réserve: ce qui a changé depuis deux ans et l’arrivée du général Olivier Kim

La raison est principalement financière. Pour recruter, former, employer et fidéliser des réservistes, il faut en effet abonder les budgets. L’augmentation des crédits de la réserve qui a suivi ces annonces n’a “jamais été à la hauteur des ambitions affichées”, écrivait la Cour des comptes en avril 2019. Elle précisait que cette augmentation avait “depuis cédé le pas face à d’autres priorités”.

Matthieu Guyot

Crowdfunding campaign banner

3 Commentaires

  1. Hirondelle

    L’effort de recrutement déployé pour atteindre l’objectif initial de 40.000 réservistes a effectivement été coupé en 2007 pour des considérations budgétaires. Les attentats de 2015 ont modifié la donne.
    Il convient d’avoir à l’esprit que tant dans la gendarmerie que dans la police, le souhait des personnels a toujours été une augmentation des effectifs d’active ce qui aurait été insignifiant au regard du budget alloué.
    La seule différence pouvait exister dans l’expression de cette opposition de la part même de la hiérarchie policière départementale.
    Comparativement à la gendarmerie, les réservistes de la police sont essentiellement issus des rangs des retraités ce qui n’offre pas budgétairement un même volume d’emploi.
    Enfin, le rôle attribué à la réserve police n’est pas le même qu’en gendarmerie. On devrait d’ailleurs pouvoir s’étonner de l’emploi qui est fait actuellement de réservistes sur le ressort de commissariat, dans la mesure où ils peuvent assurer des interventions nocturnes sur des évènements que l’effectif de la vacation policière ne peut pas traiter dans l’instant de leur dénonciation. Des interventions qui ne ressortent pas en outre de l’objet de leur mise en place sur le terrain !
    Nécessité faisant force de loi cela modifierait il la perception de la PN sur la nécessité de réaliser l’effort de nature à disposer de sa propre réserve.

  2. Korrigan

    Oui il y a un problème d’emploi mais aussi d’attractivité pour ce qui concerne la Police
    Les sondages récents relatifs à la considération des citoyens vis à vis de la Gendarmerie et à la Police sont la pour le montrer
    81 et 69 pour cent respectivement
    On progresse cependant
    La Police adopte l’organisation de la Gendarmerie en unifiant le commandement dans les départements sauf les crs toujours à part et il est envisagé de créer un corps à deux niveaux au lieu de trois
    Enfin lapsus révélateur du ministre de l’intérieur lors de son audition à l’assemblée
    Je cite”il manque des sous officiers (sic) à l’encadrement de la Police”
    On progresse on progresse

  3. Boughnim

    Pensez vous qu’un policier de carrière a envie de bosser avec un réserviste non armé ?? Lors d’interventions le policier ne sera pas rassuré de savoir que son collègue réserviste n’est pas armé et équipé pour intervenir c’est tout simplement une honte voilà pourquoi personne ne s’engage et ne s’intéresse surtout qu’il y a aucun concours interne via la réserve de la police nationale voilà pourquoi elle constitue de retraités ou de personnes qui ne sont là que par curiosité avec aucun un but prédéfini car c’est flou et non sérieux de demander à rentrer dans une réserve non armé non homologuée et qui n’offre pas de perspective pour un réserviste de 34 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.