samedi 26 septembre 2020
Accueil / A la Une / Réserve budgétaire, réservistes et véhicules: les mauvais points du budget 2020 de la Gendarmerie
Questions au gouvernement à l'Assemblée nationale le 6 mars 2019 (Ph. M.GUYOT/ESSOR)
Questions au gouvernement à l'Assemblée nationale le 6 mars 2019 (Ph. M.GUYOT/ESSOR)

Réserve budgétaire, réservistes et véhicules: les mauvais points du budget 2020 de la Gendarmerie

Le budget de la Gendarmerie pour 2020 inquiète la députée LREM Aude Bono-Vandorme. L’élue vient de partager ses craintes avec ses pairs. L’Assemblée nationale va examiner dans quelques jours en séance publique le projet de loi de finances 2020.

Lire aussi sur L’Essor: Une hausse des effectifs à relativiser pour la Gendarmerie en 2020

Rapporteure pour avis de la commission de la défense sur les crédits de la Gendarmerie de la commission pour la troisième année consécutive, la députée connaît désormais bien son sujet. Ce mercredi 23 octobre, elle a souligné les points inquiétants qui fragilisent le budget des gendarmes. Tout d’abord, l’élue de l’Aisne s’est émue du taux de la réserve de précaution. Ce dernier, “en raison du poids des dépenses contraintes, comme le paiement des loyers ou les factures de fluides, (…) équivaut, en fait, à un taux de mise en réserve d’environ 8 % sur le budget effectivement manoeuvrable”, explique-t-elle. La conséquence? Les responsables répercutent cette mise en réserve budgétaire sur l’entretien des véhicules et des casernes, avec les conséquences que l’on connaît.

 [youtube https://www.youtube.com/watch?v=DpX0cM2B-BY]

Diminution du budget de la réserve de la Gendarmerie en 2020

Ensuite, la députée remarque la baisse, “en nette diminution”, de la dotation de la réserve opérationnelle. “Une réflexion approfondie me semble devoir être conduite quant à l’avenir de celle-ci, s’agissant tant de son financement que de son emploi, précise Aude Bono-Vandorme. Pourquoi ne pas imaginer que des réservistes effectuent, en lieu et place de sous-traitants privés, les contrôles de vitesse à bord de véhicules banalisés équipés de radars embarqués ?” Cette stratégie d’une externalisation de la réserve est déjà en œuvre. Le coup de pouce des réservistes à l’administration pénitentiaire, annoncé dans nos colonnes, sera ainsi financé par le ministère de la Justice qui prendra en charge le coût de cette mission.

Lire aussi sur L’Essor: Extractions judiciaires: les premières missions des réservistes de la Gendarmerie en cours de planification

Les finances ne sont pas en baisse uniquement pour les réservistes. Le budget des nouveaux véhicules s’annonce particulièrement contraint. Les 1.600 achats seulement prévus sont “bien inférieurs tant aux besoins qu’aux engagements annoncés par le ministre lui-même”.

GT

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *