jeudi 28 mai 2020
Accueil / A la une / Répression accrue contre l’usage du téléphone au volant tenu en main
Illustration sécurité routière (Crédit photo:MG/L'Essor).
Des gendarmes lors d'un contrôle (Crédit photo:MG/L'Essor).

Répression accrue contre l’usage du téléphone au volant tenu en main

Vous utilisez votre téléphone au volant? En plus d’être dangereux, c’est interdit. Et un nouveau tour de vis a été donné ce vendredi par un décret publié au Journal officiel du 21 mai.

Suspension de permis pour le téléphone au volant avec certaines infractions

Le texte, qui rentre en vigueur ce vendredi, liste une série d’infractions. Les forces de l’ordre pourront retenir le permis de la personne qui les commet en tenant en main son téléphone.  “Cette rétention pourra être suivie d’une suspension (…) pour une durée maximale de six mois”, explique la Sécurité routière.

Il s’agit dans tous les cas de comportements dangereux. Ainsi, on y trouve fait de ne pas rouler au plus à droite de la chaussée, de ne pas utiliser son clignotant ou de ne pas respecter les distances de sécurité. On y retrouve également le franchissement ou le chevauchement d’une ligne blanche ou d’une bande d’arrêt d’urgence.

Lire aussi: La très ferme posture de Castaner sur la sécurité routière

Le texte sanctionne de la même manière le fait de, téléphone en main, griller un feu, dépasser, même faiblement, la vitesse autorisée, ou de ne pas l’adapter aux circonstances. Par ailleurs, les dépassement dangereux, du mauvais côté ou sans visibilité  ainsi que le fait d’accélérer quand on est dépassé sont logés à la même enseigne.

Enfin, le décret mentionne le non-respect des stop et cédez le passage ainsi que de la priorité piéton.

Fin de l’éthylotest obligatoire dans les véhicules

Ce texte  met en oeuvre les mesures du  Comité interministériel de la sécurité routière (CISR), du 9 janvier 2018. Parmi les autres mesures qu’il prévoit, figurent l’allongement de  la durée maximale de la mesure d’éthylotest anti-démarrage alternatif. Il prévoit en outre que les  emplacements de stationnement situés cinq mètres en amont des passages piétons sont réservés aux seuls cycles et engins de déplacements personnel, à l’exclusion des deux et trois roues à moteur.

Enfin, le décret met fin à une curiosité juridique en  supprimant l’obligation de détenir un éthylotest. Cette interdiction était en effet inutile puisqu’aucune sanction ne l’accompagnait.

MG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *