mercredi 30 septembre 2020
Accueil / A la Une / Rennes : les gendarmes mettent au jour un système international de blanchiment
Billets de 50 €
Photo d'illustration (S.D L'Essor).

Rennes : les gendarmes mettent au jour un système international de blanchiment

Les gendarmes rennais ont mis au jour un vaste système de blanchiment, établi dans plusieurs pays d’Europe et du Moyen-Orient et brassant des milliards d’euros, a-t-on appris lundi auprès de la gendarmerie, confirmant une information parue dans le quotidien Le Télégramme.

En deux ans, l’enquête a permis de découvrir 120 millions d’euros de flux suspects, dont on soupçonne qu’ils ont été blanchis, autrement dit “des mouvements financiers non justifiés sur des comptes, dont on ne connaît pas l’origine et qui rebondissent vers d’autres comptes”, a indiqué la section de recherches (SR) de la gendarmerie de Rennes à l’AFP.

Au début…une banale arnaque aux faux encarts publicitaires

Confiée à un juge d’instruction de la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) rennaise, une information judiciaire pour association de malfaiteurs et escroquerie et blanchiment en bande organisée a été ouverte en avril 2015. Plusieurs interpellations ont été menées en France et à l’étranger, en septembre 2015, puis au printemps 2016, selon la gendarmerie. D’après le parquet de Rennes, six personnes ont été mises en examen dans le cadre de cette enquête.

Les investigations débutent à Rennes à l’automne 2014, à partir d’une banale arnaque aux faux encarts publicitaires, a-t-on expliqué à la SR de Rennes. Les gendarmes remontent alors la piste jusqu’en Slovaquie et découvrent que 40 millions d’euros ont transité dans les caisses d’une entreprise locale, financée par 25 autres sociétés, toutes immatriculées en France.

Hommes de paille et “kit de garde à vue”

Derrière ces sociétés, et des centaines d’autres, des gérants de paille. Ces prête-noms sont souvent recrutés dans la communauté des commanditaires et dans des quartiers populaires, a précisé la gendarmerie. Souvent rémunérés autour de 1.000 à 2.000 euros par mois, ces hommes de paille, dont la mission est d’ouvrir et de représenter les sociétés fictives, sont même préparés au pire: en cas d’arrestation, ils disposent d’un “kit garde à vue”, fournissant “la liste des questions posées par les enquêteurs avec les réponses à donner en cas de garde à vue”.

Escrocs, trafiquants de drogue, entrepreneurs…: les clients de ce réseau de blanchiment sont de toute espèce, expliquent les enquêteurs, selon lesquels “le blanchiment est une véritable industrie, avec une organisation pyramidale, comme dans le trafic de stupéfiants”.

D’après les gendarmes bretons, l’organisation prélevait une commission de l’ordre de 20% des sommes transitant via son réseau de blanchiment.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *