samedi 26 septembre 2020
Accueil / A la Une / Refus d’obtempérer près de Tarascon-sur-Ariège : un chauffard sans permis condamné à 18 mois de prison
Contrôle routier par la brigade territoriale autonome (BTA) de Mer dans le Loir-et-Cher. Photo d'illustration (N.D/L'Essor).

Refus d’obtempérer près de Tarascon-sur-Ariège : un chauffard sans permis condamné à 18 mois de prison

Un homme de 29 ans originaire de Cadarcet a été condamné ce lundi 24 avril d’abord à 18 mois de prison dont six mois avec sursis par le tribunal correctionnel de Foix pour des faits remontant au 9 mars dernier. Il était prévenu de “violences, conduite sans permis et refus d’obtempérer“.  Ce jour là, il avait  foncé en voiture sur les gendarmes à Ornolac, près de Tarascon-sur-Ariège rapporte La dépêche. 

La peine est assortie d’une mise à l’épreuve de deux ans, avec obligation de soins, de travailler, d’indemniser les deux gendarmes à hauteur de 2000€ et 500 €, et d’une interdiction de conduire.

Le chauffard avait été interpellé six jours après les faits, à la sortie du tribunal de Tarbes, où il comparaissait pour vols le 15 mars et avait été admis en hôpital psychiatrique dans un premier temps.

Le 9 mars, à Tarascon-sur-Ariège, l’individu qui circulait sans permis et à vive allure dans les rues de la ville à la recherche de son ex-compagne s’en était d’abord pris à un piéton , lequel avait alors prévenu les gendarmes.

Les militaires l’ont repéré à Ornolac et ont tenté de l’arrêter en lui barrant la route avec leur voiture. Mais le chauffard a d’abord fait croire qu’il ralentissait afin de s’arrêter mais a subitement accéléré lorsqu’un gendarme est sorti de la voiture, une herse à la main. Manquant de heurter le militaire, le véhicule du fuyard a heurté au passage la portière de la voiture de Gendarmerie.

“Les courses-poursuites, j’en fais depuis que j’ai 12 ans, c’est un jeu pour moi” a-t-il déclaré lors de sa première audition devant les gendarmes rapporte encore la Dépêche.

Un refus d’obtempérer qui rappelle la mort du major Rusig

Le tribunal est allé au delà des réquisitions du procureur, qui avait demandé 14 mois de prison dont deux avec sursis.

Comme l’a rappelé le journal local, ce dossier de refus d’obtempérer, un véritable fléau pour la Gendarmerie, n’est pas sans rappeler le drame survenu le 26 novembre ayant vu le major Christian Rusig, commandant de la brigade de  Tarascon être mortellement fauché par un récidiviste.

Lire aussi sur L’EssorGendarme tué en Ariège : le chauffard, un repris de justice, roulait sans permis. 

“J’ai eu la sensation de revivre la même scène, j’ai cru que mon collègue était passé sous la voiture” s’est exprimé l’une des deux gendarmes à la barre du  tribunal peut on encore lire dans la Dépêche.

Le second militaire s’est dit, pour sa part, “heureux d’être en vie”.  

 

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *