mercredi 23 septembre 2020
Accueil / A la Une / Prises de vues aériennes interdites au dessus de l’Elysée
Les gardes républicains dans la cour du palais de l'Elysée. (MG/L'Essor)
Les gardes républicains dans la cour du palais de l'Elysée. (MG/L'Essor)

Prises de vues aériennes interdites au dessus de l’Elysée

Gardes républicains de l’Elysée à vos jumelles! Il est désormais officiellement interdit de prendre des vues aériennes au dessus de l’Elysée et de deux autres bâtiments de la présidence de la République.

Un arrêté du Premier ministre, publié ce vendredi au Journal officiel, énumère 319 “zones interdites à la prise de vues aérienne par appareil photographique, cinématographique ou tout autre capteur“.

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=5E662CFD58A5B57D4A173ABCA2091976.tplgfr30s_3?cidTexte=JORFTEXT000041459817&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000041459812

Faute d’autorisation spéciale, la prise de vue aérienne de l’un de ces 319 sites est passible d’un an d’emprisonnement et 75.000 euros d’amende.

Ce texte, daté du 22 janvier 2010, abroge l’arrêté du 1er mars 2019 qui détaillait déjà 291 sites interdits de prises de vues aériennes. Curieusement les bâtiments de la Présidence ne figuraient pas dans cet arrêté, ni d’ailleurs dans les précédents arrêtés.

Quatre sites de la présidence de la République

C’est donc chose faite avec le nouvel arrêté qui énumère quatre sites parisiens – avec leurs limites géographiques précises – interdits aux prises de vues par drones et autre aéronef. Il s’agit évidemment du Palais de l’Elysée (Hôtel d’Eveux et jardin). Il y a également les bâtiments du Quai Branly, sur la Seine près de la Tour Eiffel, où sont logés de hauts responsables de l’Elysée. Il y a également l’Hôtel de Marigny, en face du palais, qui abrite les hôtes étrangers et les bureaux du coordonnateur national du renseignement et de la lute contre le terrorisme Pierre de Bousquet de Florian.

Lire aussi: Interdiction des prises de vue au dessus du fort de Brégançon (version actualisée)

https://lessor.org/officiel/interdiction-des-prises-de-vue-au-dessus-du-fort-de-bregancon/

Parmi les nouveaux entrants sur cette liste, on remarque le Fort de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) qui abrite la Gendarmerie. Enfin une trentaine d’établissements pénitentiaires qui ne figuraient déjà parmi ces sites interdits rejoignent les autres maisons d’arrêt ou centrales déjà présentes dans les listes précédentes.

La liste des sites interdits aux prises de vues aériennes, jointe à cet arrêté, compte également les centrales nucléaires, les centres de recherches ou d’essais de la Défense, les hôpitaux militaires, les bases aériennes, les casernes ou les bâtiments des services de renseignements.

La première liste rendue datait de janvier 2017 (157 sites). Celle d’avant remontait au 15 mai 2007 à l’époque où les drones n’existaient pas. Son contenu n’avait pas été publié car elle était alors classifiée “Confidentiel Défense“.

PMG

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *