samedi 23 février 2019
Accueil / A la une / Pourquoi les blindés de la Gendarmerie n’ont pas été mobilisés le 1er décembre
Véhicules blindés à roues de la Gendarmerie (VBRG) en manœuvre au Centre national d'entraînement des forces de Gendarmerie (CNEFG) de Saint-Astier (Dordogne). La réparation et l’entretien de ces véhicules est l’une des missions des sous-officiers du Corps de soutien technique et administratif (CSTAGN) de la spécialité Auto-Engins Blindés. M. GUYOT/ESSOR

Pourquoi les blindés de la Gendarmerie n’ont pas été mobilisés le 1er décembre

Illustration (MG/L’Essor).

Les blindés de la Gendarmerie auraient-ils dû être mis en action, ce samedi 1er décembre à Paris ? Les policiers et gendarmes ont dû faire face à de 3.000 à 5.000 manifestants venus en découdre. Le ministère de l’Intérieur a ainsi déploré, ce lundi 3 décembre à l’Assemblée nationale, des “scènes d’une rare brutalité” et la “radicalisation violente” de certains “Gilets jaunes”.

La situation a même été jugée quasi-insurrectionnelle par de nombreux commentateurs. Autant d’éléments qui ont incité le député (LR) des Bouches-du-Rhône Eric Diard à questionner l’exécutif sur l’emploi des véhicules blindés à roues de la Gendarmerie (VBRG). Les violences ont été, remarque l’élu, “crescendo” depuis les premières actions des “Gilets jaunes” le 17 novembre.

Pas utile

Richard Lizurey (Capture d'écran Sénat).
Richard Lizurey (Capture d’écran Sénat).

Présent à l’audition de Christophe Castaner par la commission des Lois de l’Assemblée nationale, le directeur général s’est montré catégorique. Pour le patron des gendarmes, le général d’armée Richard Lizurey, les conditions d’engagement des engins blindés n’étaient pas réunies. Samedi dernier, “il n’apparaissait pas utile d’engager à ce stade les véhicules blindés, qui restent à la disposition du Préfet de police ou du Gouvernement s’il y avait lieu d’intervenir à l’avenir”, explique le patron des gendarmes.

Des escadrons du groupement blindé de gendarmerie mobile (GBGM) de Satory étaient toutefois bien présents à Paris, mais à pied. Les blindés de cette unité, une trentaine d’engins sur les 71 que compte l’Arme, sont restés dans leurs hangars à Versailles.

“Les véhicules blindés à roues doivent être engagés dans des situations particulières, face à des tirs directs sur les troupes – cela permet de progresser sous le blindage – ou pour pousser un certain nombre de barricades qui auraient pu être installées”, a rappelé Richard Lizurey lundi soir devant les députés. Quatre de ces blindés vieillissants, entrés en service en 1974, ont par exemple été déployés lors de l’opération de maintien de l’ordre à Notre-Dame-des-Landes. L’emploi de ces véhicules avait alors été jugé “déterminant”.

Lire aussi sur L’Essor : Les quatre enseignements de l’opération de maintien de l’ordre à Notre-Dame-des-Landes

Dernier recours

L’engagement des engins blindés de la Gendarmerie est très symbolique: il permet à l’exécutif de marquer la volonté de l’Etat. La capacité blindée du GBGM, créée en 1933 et sous cette dénomination depuis 1967, est dédiée aux situations d’ordre public particulièrement dégradées. Il peut être chargé de la protection des principaux organes gouvernementaux. En clair, il s’agit du dernier recours de l’Etat avant de faire appel à l’armée.

Leur utilisation est donc très encadrée. L’autorisation d’emploi est délivrée par le Premier ministre, le préfet de zone de défense et de sécurité ou le préfet du département. Elle doit prendre “la forme d’un document écrit préalable à leur emploi”, précise la circulaire du 22 juillet 2011 qui encadre l’emploi de la gendarmerie mobile.

Gabriel Thierry.

A voir également

Guyane : un ancien commandant d’une brigade condamné à 6 mois ferme pour aide à l’orpaillage clandestin mais relaxé pour corruption

Jugé le 10 janvier par le tribunal correctionnel de Cayenne, un ancien commandant de la …

13 Commentaires

  1. Marcault

    En tant que simple citoyen, qui des fois n est pas parfait, je vous remercie de votre dévouement.
    Vous etes l honneur de la France.
    Ne doutez jamais de vous, de l estime et du respect qu ont une grande majorité de francais pour vous.
    Vous etes les gardiens de notre liberté.
    MERCI

    • Valjean

      Je plussoie ! L’heure est trouble, mais la rue est pour l’instant occupée par une toute petite minorité de la population, et votre mission est de protéger l’Etat français. Vous le faites avec dévouement et sans faille. vous êtes notre honneur, à nous les silencieux de cette nation millénaire.

    • Muet

      Nous comptons sur vous ,sachez que vous êtes la France

  2. Defali heddy

    Oui un grand respect à ce corps d’élite.
    Nous vous soutenons et merci pour votre devouement

  3. nono56

    Mdr…
    Le minimum…c’est au moins de les pré-positionner dans un laps de temps suffisant pour qu’ils viennent appuyer les FO en cas tirs sur elles !
    Ce général est un politique…et qui viendra verser sa larme sur le cercueil des futures victimes qui auraient pu être très certainement épargnées !

    • Levert78

      Juste une précision des blindés étaient prépositionnés dans Paris prêts à intervenir

    • Guy Albrecht

      Non, il s agit d’un homme intelligent.

  4. Didier ROLLAND

    En temp que simple citoyen je suis de famille a avoir gendarmes mobiles c r s. Je vous remercie de votre dévouement vous etes l honneur de la france vous etes les gardiens de la la france est de nos libertés. Chapeau merci courage est en salaire vous meriter plus vous tous merci merci mesdames messieurs courage a vous tous.

  5. acr

    Pitoyable cette réponse. On préfère que les forces de l’ordre se fasse “exploser” par les manifestants alors que l’on possède des VB.

  6. Patrick

    Des blindés dans l’espace public, dans la ville Monde de Mme Hidalgo, c’est sûr ca va faire une bonne pub à Paris et à la France. C’est le signe d’une situation dégradée et d’un pouvoir autoritaire voir dictatorial.
    Aucune suriprise, le DGN invité sur Cnews demain matin (ven 7/12) pour annoncer le déploiement d’une bonne dizaine de VBRG autour des avenues de la Place de l’Etoile… Cette nuit l’Elysée qui dit redouter une violence particulière, les syndicats de police qui évoquent des “renseignements” sur l’utilisation d’armes à feu par les poussins pour casser et pour tuer !!! Une beau concert de Fake News pour essayer reprendre la main après l’acte 4. Ce que les autorités n’arrivent pas à comprendre c’est que les poussins eux-mêmes ne controlent pas leur mouvement. Personne ne sait ce qu’ils vont faire. Annoncer de manière aussi grossière la présence de blindés à Paris 3 jours avant la manifestation c’est pas très malin sur le plant stratégique. Maintenant un blindés à roue c’est agile, mais les pneus ca brule bien. Mais apparemment ca suffit à contraindre des zadistes ca devrait cadrer des poussins ! Sinon après y a la grenade défensive ou le lance-flamme.

  7. Jack21

    Mon général,
    En tant qu’ancien sous-officier de la gendarmerie, je peux vous dire que vous avez été très mauvais dans la gestion et la mise en œuvre de l’emploi de la force publique le samedi 1er décembre 2018.
    Vous savez que les “VBRG” ne sont pas réservés uniquement pour les défilés du 14 juillet, mais peuvent être employés pour le maintien et rétablissement de l’ordre.
    Vous dites qu’il faut des situations particulières pour l’utilisation des blindés et je vous cite, “les conditions d’engagement des engins blindés n’étaient pas réunies. Samedi dernier”.
    Je ne sais pas ce qu’il vous faut. J’ai entendu un policer, 20 ans de service, dire qu’il n’a jamais connu de manif aussi dure et éprouvante.
    Vous préférez user vos personnels de peur d’abîmer les “VB”.
    Vos blindés vous auriez pu les utiliser en barrage fixe et ainsi économiser du personnel.
    Suite à la réforme de restriction de personnel, il serait bon de revoir vos circulaires et de les mettre à jour pour palier au manque d’effectifs. Vous êtes prêt à faire appel à l’armée pour garder les édifices publics, mais vous refusez d’utiliser dans un premier temps vos moyens propres. Les fourgons pompe lanceur d’eau, je ne les ai pas vus non plus. Conditions particulières aussi ? Vous n’êtes plus dans le coup.

    J.B.

  8. talour

    Vous êtes les garants de l’ordre dans la république en dernier recours avant l’armée.
    Bravo pour votre dévouement;

  1. Pingback : Gabon Next News

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement notre dernier dossier : « il y a 10 ans, le rattachement de la Gendarmerie au Ministère de l‘Interieur »

Vous n’êtes pas (encore) abonné à notre magazine « L’Essor de la Gendarmerie Nationale », je vous propose de recevoir, gratuitement, notre dossier du mois de janvier, en tiré à part.


Il vous suffit pour cela de nous retourner, en un clic, le simple bulletin ci-dessous :