mercredi 19 mai 2021
Accueil / A la Une / Pour l’UNPRG les réservistes sont indispensables
Des réservistes de la gendarmerie des Alpes Maritimes à l'entraînement en août 2016. (Photo D.C L'Essor)
Des réservistes de la gendarmerie des Alpes Maritimes à l'entraînement au tir en août 2016. (Photo D.C L'Essor)

Pour l’UNPRG les réservistes sont indispensables

L’UNPRG, première association de gendarmes, retraités,  actifs et réservistes qui rassemble 30000 adhérents, a réagi à l’affaire Benalla avec le communiqué suivant.

L’Union Nationale des Personnels et Retraités de la Gendarmerie (UNPRG)  prétend défendre les réservistes de la Gendarmerie qui quotidiennement réalisent un travail remarquable au profit de la Gendarmerie Nationale.

Les réservistes opérationnels sont indispensables à la Gendarmerie nationale pour assurer l’intégralité de ses missions dans la durée.

Ils sont issus de la société civile, sélectionnés, formés et entraînés au service de l’Institution ou ils sont issus des retraités de la Gendarmerie.

Au nombre de 30 000, les réservistes opérationnels assurent tous les types de mission à l’exception des missions de maintien ou de rétablissement de l’ordre.

Certaines missions simples de police judiciaire sont réalisées par les réservistes ayant la qualité d’agents de police judiciaire adjoints.

Chaque jour, 2 800 réservistes opérationnels participent à la lutte contre les cambriolages ou le terrorisme, à la surveillance générale sur le territoire.

Cette ressource de réservistes opérationnels permet la souplesse nécessaire à un renforcement conjoncturel. L’adaptation des effectifs aux besoins passe souvent par l’utilisation de cette ressource.

La Gendarmerie Nationale bénéficie d’une réserve opérationnelle de grande qualité que beaucoup lui envie. Elle fournit un remarquable travail.

La réserve de la Gendarmerie comprend également un second pilier : la réserve citoyenne.

Les membres de la réserve citoyennes sont bénévoles. Ils sont agréés au regard des niveaux d’expertise utiles à l’institution pour faciliter et améliorer ces relations quotidiennes avec la société civile.

Le grade attribué au réserviste citoyen n’autorise à aucune mission opérationnelle et encore moins à des fonctions d’encadrement des troupes sur le terrain. Ils ne sont pas autorisés non plus à porter un uniforme ou des effets d’uniforme.

Les réservistes citoyens reçoivent au moment de leur agrément une plaque portant leur grade avec mention “ad honores”. C’est à dire pour l’honneur.

L’UNPRG souhaitait clarifier ces points et rappeler, voire expliquer la différence entre un réserviste opérationnel et un réserviste citoyen de la Gendarmerie Nationale.

Le réserviste doit respecter les valeurs portées par la Gendarmerie Nationale, des valeurs de probité, d’honneur et de déontologie professionnelle.

Alors, quand certains mélangent les statuts, les grades, pour semer le trouble et la confusion, avec la volonté coupable de ternir l’image des 30 000 réservistes, l’UNPRG s’indigne et prend la défense d’hommes et de femmes fiers de porter l’uniforme de la Gendarmerie dans le cadre des missions de réserve.

Les réservistes opérationnels méritent notre soutien et ils méritent surtout d’être respectés pour leur engagement au service de la France.

Henri MARTINEZ,

Président national de l’Union Nationale des Personnels et Retraités de la Gendarmerie

Crowdfunding campaign banner

5 Commentaires

  1. Lesaigneur

    Blablablas. La plupart des membres de l UNPRGN n ont jamais travaillé avec des réservistes et ne savent pas ce que c est. Ils font le nombre et permettent d afficher de la présence sur le terrain mais dans les faits ils ne font que de la représentation stérile.

    • La rédaction

      C’est votre point de vue, mais l’UNPRG compte beaucoup de réserviste dans ses rangs.

  2. Covache

    Il faut sanctionner et retrouver tous les responsables de cette sordide histoire ainsi que ceux qui ont gratifié et contribué à offrir des galons de lieutenant colonel à cette homme de 26:ans à l’époque.
    C est du jamais vu chez les officiers et quel mauvais exemple pour tout l ensemble des sous officiesr de carrière et de réserve Gendarmerie qui doivent attendre leurs galons parfois plus de 20 ans.
    Honteux et scandaleux.
    Signé un ancien sous officier de gendarmerie.

  3. Capitaine caverne

    Une petite précision il existe des cas assez nombreux ou pour des raisons de services certains réservistes citoyens peuvent porter l uniforme .
    Il s agit en général soit d anciene réservistes operationels soit d anciens gendarmes d actives .
    Je connais le cas d un réserviste citoyen qui travaille gratuitement pour la gendarmerie nationale a un poste fixe régulièrement (2 ou 3 jours par semaine) il est en uniforme n exerce aucun commandement mais fait un travail qui nécessiterait un niveau de compétence induisant un salaire que son groupement ne peut se permettre .Pour cela le commandant de région lui a expressément permis de porter l uniforme une bien maigre compensation pour son travail d autant plus que l achat de l uniforme est à ses frais. ….en gros ce réserviste paye pour travailler juste pour l honneur …..on est bien loin d un Benalla

  4. Retraité

    Il faudrait savoir combien de militaires d’active on pourrait recruter avec le budget consacré aux réserves et combien de journées de gendarmes d’active sont consacrées à la gestion des réserves. Je pense que l’on aurait une surprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.