jeudi 28 mai 2020
Accueil / A la une / Oui, les gendarmes peuvent bien porter un masque de protection, mais dans certaines conditions
Le nouveau masque de protection fabriqué par la société Ouvry (Crédit photo: Ouvry).
Le nouveau masque de protection fabriqué par la société Ouvry (Crédit photo: Ouvry).

Oui, les gendarmes peuvent bien porter un masque de protection, mais dans certaines conditions

Les gendarmes peuvent-ils porter un masque de protection? Alors que la pandémie provoquée par le coronavirus frappe durement la France, les militaires, comme de nombreux agents publics et salariés, se posent cette question.

Le général d'armée Christian Rodriguez (Capture d'écran Linkedin).
Le général d’armée Christian Rodriguez (Capture d’écran Linkedin).

L’auteure du tweet intégré ci-dessus se trompe pourtant. Oui, le port d’un masque de protection est bien possible pour les gendarmes. Mais de façon limitée. L’explication? Faute de stocks de masques de protection disponibles, la Gendarmerie a très vite donné des directives pour économiser cette denrée rare. “Nous devons en responsabilité, ne pas porter ces masques de manière préventive mais seulement si nous sommes menacés par un contact rapproché avec une personne contaminée, soulignait sur son blog Christian Rodriguez, aux débuts de la crise sanitaire du Covid-19. Un masque utilisé à mauvais escient aujourd’hui, c’est un masque qui manquera lorsqu’il sera indispensable demain.”

Lire aussi: Ces précieux masques de protection attendus par les gendarmes

Les conditions pour porter un masque de protection

Concrètement, la direction générale demande aux gendarmes de privilégier les gants réglementaires d’intervention. Ils peuvent cependant revêtir un masque de protection en cas d’intervention à domicile, par exemple en cas de violences intra-familiales. Enfin, seuls les gendarmes présentant des symptômes d’infection au Covid-19 peuvent porter le masque en permanence. Des directives visiblement pas appliquées de la même façon partout.

Gendarme lors d’une intervention (Photo DC/L’Essor)

“La politique est simple: pas de masque sur les contrôles, sauf suspicion de Covid-19, explique ce gendarme départemental. Pour les interventions, on peut le mettre sans difficulté.” Comme par exemple pour les ivresses publiques et les violences intrafamiliales, où les gendarmes anticipent une interpellation et donc un contact. Mais la compagnie de ce gendarme doit se débrouiller avec de maigres stocks. Ils viennent de recevoir cette semaine une grosse centaine de masques de protection. Auparavant, les gendarmes faisaient avec le système D. Des dons ou des masques utilisés en police technique et scientifique.

Le fiasco des masques

Pourquoi une telle carence? Le débat sur les responsabilités de ce fiasco, qui dépasse la Gendarmerie, a déjà commencé. Dans l’urgence, les personnels hospitaliers étant en première ligne dans la crise sanitaire, la Place Beauvau a dû confier son stock de 1,4 million de masques FFP2 aux soignants. Des masques en très majorité issus des entrepôts de la Gendarmerie. L’Arme avait dans ses armoires un million de masques, contre 100.000 dans ceux de la Police.

Un don qui a suscité la colère des syndicats de Police. Certains avaient ainsi appelé au retrait des agents, faute de protection. Il faut dire que les consignes de la Police étaient visiblement moins souples que chez les gendarmes. En témoigne ce message radio diffusé sur twitter le 18 mars demandant, sans distinction, “à tous les effectifs employés sur le terrain, de retirer les masques de protection”. Les gendarmes sont eux restés plus discrets sur ce sujet. Ce qui ne veut pas dire qu’ils ne sont pas inquiets au vu du nombre de cas de militaires contaminés.

Lire aussi: La Gendarmerie approche la barre des cent gendarmes contaminés par le coronavirus

Un gendarme dénonce une situation aberrante

Un militaire a ainsi confié son désarroi à nos confrères d’actu.fr. Ce gendarme du Calvados regrette une “situation aberrante, comme si notre uniforme nous protégeait du virus”. “Nous sommes dans l’incompréhension totale, explique-t-il. J’ai eu l’occasion de contrôler des personnels soignants. Ils ne comprennent pas non plus pourquoi nous ne portons pas de masque. Ils nous disent que ce virus est très dangereux. Pourquoi on ne les écoute pas ?”

Les consignes du port du masque seront-elles amenées à évoluer, le temps que les stocks des unités en masques et gel hydroalcoolique se reconstituent? Les régions de Gendarmerie sont actuellement réapprovisionnées au jour le jour. La semaine dernière, la direction générale indiquait attendre en tout 340.000 masques. La Poste avait annoncé de son côté avoir donné 300.000 masques au ministère de l’Intérieur. Soit un total, pour la Place Beauvau de près de 1,1 million de masques, selon Christophe Castaner.

Un chiffre important mais encore bien en deçà de ce qu’il faudrait pour équiper quotidiennement chaque agent du ministère de l’Intérieur. Ce que suggère à demi mot Interpol. L’organisation internationale de coopération policière basée à Lyon remarque que le port du masque pour les agents de police en contact avec la population “peut être recommandé“. Mais, ajoute-t-elle prudemment, seulement “si ceux-ci sont disponibles”.

GT.

10 Commentaires

  1. Erick

    Mon fils, gendarme mobile, est actuellement en mission de contrôle en région parisienne depuis 3 semaines. Interrogé ce jour sur le port du masque, il m’a dit qu’ils avaient pu en porter ces deux derniers 2 jours, mais que ce n’était plus possible depuis ce matin, car leur stock allait être donné aux hôpitaux.

    • GRADLON

      Le secrétaire d’état L Nunez indique que les Fdo peuvent porter leurs masques en contrôle lorsqu’ils ont des soupçons de contamination de la personne contrôlée
      J’ignorais que les policiers et gendarmes avaient reçu une formation de virologie leur permettant de détecter les cas cités
      À moins qu’ils n’aient reçu une formation de voyants chez madame Irma

      • Salmigondis66

        Toujours le même discours: on nous donne des directives pour nous protéger sans nous en donner les moyens. Tout ceci dans l’unique but de dégager nos grands chefs de toutes responsabilités. Sachez bien tous que nous avons interdiction de porter un masque, que nos gants sont ceux d’intervention et que le gel hydro se résume à 300ml pour 6 personnels. L’état et la hiérarchie se moquent de nous et de nos familles. Ils ne savent que nous priver de nos libertés fondamentales sous pretexte de notre statut de militaires: interdiction de se protéger, obligation de rester dans nos logements de fonction. Par contre nous continuons à faire le sale boulot avec toujours plus d’heures à la clé. Le gouvernement devrait avoir honte de mépriser autant ses fdo car la parole se libère.

  2. Julesdenface

    On parle de 1 600 personnels soignants contaminés pour le moment.
    Sans protection et au contact du public, les chiffres des gendarmes contaminés vont forcément augmentés.

    Un syndicat de policiers a porté plainte contre l’exécutif:
    https://actu17.fr/coronavirus-un-syndicat-de-police-depose-plainte-contre-edouard-philippe-christophe-castaner-et-laurent-nunez/

  3. Pepito

    C’est bien clair : le but est de ne pas nous en faire porter car il n y en a pas assez.
    Pourquoi prendre les fdo pour des idiots en leur racontant qu ils se trompent, qu ils le peuvent ? On n assume pas quoi? Des éventuels malades ou pire, décès à venir chez les fdo ?
    Un gendarme ou policier a appris à dépister un covid 19 lors d un contrôle ? Il est plus efficace qu un test pcr ? Non mais sérieux ! Les gens que nous contrôlons nous le disent :ils n ont pas honte. Ils vous prennent vraiment pour des c….
    À moins de mettre un thermomètre dans le c.. des gens en contrôle..
    Ce qui m agace, c’est la mauvaise fois. Je préfère qu on me dise de ne pas en mettre. Mais pas qu on me prenne pour un idiot. Personnellement, je n en prends pas du tout. Je ne suis pas le seul.
    Nous concernant, rien n a changé à l unité question prévention mis à part gel et gants. Si on doit l attraper, on l attrapera. Perso je n ai pas peur de ça.
    Je ne porterai un masque que lorsque j aurai de la fièvre,pour ne pas contaminer les gens.
    C est un petit coup de gueule car je déteste que l on nous prenne pour des idiots devant des millions de gens.

    • claude 34

      Les gendarmes comme les soignants et bien d’autres prennent des risques lorsqu’ils effectuent des contrôles.
      La question ne se pose pas .Ils doivent donc se protéger et porter un masque.
      S’il n’y en a pas assez pour tous ,il faut le dire. Si on leur pique leur dotation pour la fournir à d’autres il faut le dire aussi et dans ce cas , la hiérarchie doit en assumer les conséquences et en porter la responsabilité.

  4. LEGRIX

    Je rentre d’un voyage au Vietnam (du 10 au 18 mars sans problème, du 19 au 22 mars + ou – confinés au pays dans l’attente du retour (visites et circulation touristique de + en + limitées).
    Au cours du séjour, plusieurs contrôles de police EQUIPES DE MASQUES avec parfois des VISIÈRES recouvrant le visage ! 2 contrôles de police effectués conjointement avec équipe ‘médicale’ pour prise de température (frontale) et déclaration sur l’honneur des déplacements effectués sur la quinzaine précédente.
    Services publics, toutes écoles, jardins et aires de jeux enfants fermés. Les hôtels et restaurants se ferment ‘rapidement’. Espace public : rues, jardins publics ouverts. A Saigon, le plus grand jardin public est ouvert aux promeneurs, sportifs (de tous genres).
    Beaucoup de magasins sont toujours ouverts avec pour restrictions lavage des mains en entrée et sortie et le port du masque par tous. Les conditions de vie notamment l’usage des ‘mobylettes’ conduisent 98 % de la population au port du masque en tous lieux !
    Pour résumer : à l’instar des habitants très – disciplinés – , nous avons continuellement porté un masque de protection et nous nous sommes lavés les mains plus de dix fois par jour (gel désinfectant souvent fourni par l’hôtel, le magasin, le chauffeur de car, etc.).

  5. celine

    C’est inadmissible les caissières ont le droit de porter des masques, nos gendarmes sont de la chair a canon, ont les envois partout sans rien ! ils peuvent contracter la maladie et la transmettre a leur proches, proches qui doivent rester confinés dans des logements souvent plus que précaires. Si vous devez vous engager dans la gendarmerie franchement réfléchissez bien avant de signer !

  6. Paul Bismuth

    Il serait plus que temps d’avoir des protections adéquates pour les gendarmes. Les professionnels de santé montrent à quel point c’est dangereux d’envoyer au contact du public des gens sans protection:
    https://www.lefigaro.fr/flash-actu/coronavirus-une-quinzaine-de-deces-de-soignants-rendus-publics-20200410

    Car tous les pays du monde en veulent en même temps:
    https://www.lepoint.fr/monde/la-guerre-des-masques-s-enlise-dans-les-tranchees-chinoises-08-04-2020-2370646_24.php

  7. Mathieu

    Le stock de masque de la Gendarmerie a été donné aux soignants au début de la crise en France. De fait, il n’en reste plus suffisamment pour les équiper en permanence sur le terrain. Il faudrait 2 ou 3 masques par personnel et par jour de travail, impossible à l’heure actuelle!

    Et il est facile de donner l’ordre aux Gendarmes de ne pas mettre de masque, ce sont des militaires, ils resteront muets, aucun syndicat pour défendre leur cause, leur santé, leurs proches…

    Qu’on ne leur donne pas de masque car il n’y en a pas, soit! Mais les empêcher de s’équiper par eux-même, sous peine de sanction… C’est lamentable!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *