lundi 1 mars 2021
Accueil / A la Une / Oise : 36 armes saisies lors d’une perquisition après des violences conjugales
Interpellé par les gendarmes d'Estrées-Saint-Denis, l'homme possédait 36 armes chez lui. (Crédit-photo : Gendarmerie de l'Oise)
Interpellé par les gendarmes d'Estrées-Saint-Denis, l'homme possédait 36 armes chez lui. (Crédit-photo : Gendarmerie de l'Oise)

Oise : 36 armes saisies lors d’une perquisition après des violences conjugales

Sollicités pour porter assistance à une femme victime de violences conjugales, les gendarmes d’Estrées-Saint-Denis (Oise) ont finalement découvert sur un arsenal. Soit 36 armes de tous calibres !

Le 14 janvier, les militaires ont réalisé cette découverte dans le cadre d’une perquisition dans la maison d’un couple de personnes âgées à Orvillers-Sorel (Oise). Appelés par une retraitée, qui affirme craindre pour sa vie suite à des violences conjugales, ils se rendent sur place. L’époux, 71 ans, a dans un premier temps disparu, puis “a été interpellé quelques minutes après, à proximité immédiate”, raconte la Gendarmerie de l’Oise.

Trente armes détenues illégalement

Mise en sécurité, la femme évoque alors la présence de six armes déclarées dans la maison. La perquisition des gendarmes de la brigade territoriale d’Estrées-Saint-Denis en révèle six fois plus.  “Nous avons découvert 36 armes, allant du fusil à la carabine en passant par l’arme de poing. Trente sont détenues illégalement. Plus de 400 cartouches accompagnaient cette collection” précise le capitaine François Parézys de la Compagnie de Compiègne sur Le Parisien.

Lire aussi : Un gigantesques trafic d’armes mis au jour par le Gendarmerie

L’homme placé sous contrôle judiciaire

Collectionneur, l’homme arrêté fréquente les vide-greniers et les brocantes. Accusé de violences conjugales et de détention illégale d’armes à feu, il a été placé en garde à vue 48 heures. Le septuagénaire échappe à la détention provisoire mais devra, dès le mois de février, répondre de ses actes devant le tribunal de Compiègne. Placé sous contrôle judiciaire, il a interdiction d’entrer en contact avec son épouse et de retourner au domicile conjugal.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.