dimanche 27 septembre 2020
Accueil / A la Une / Nice : la reconnaissance de Bernard Cazeneuve à l’ensemble des policiers et des gendarmes de France

Nice : la reconnaissance de Bernard Cazeneuve à l’ensemble des policiers et des gendarmes de France

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a fait part vendredi de son “admiration” et de sa “reconnaissance” aux forces de l’ordre intervenues lors de l’attentat commis le 14 juillet, lors d’une cérémonie organisée à Nice lors d’un hommage à un policier tué dans l’attaque.

En pleine polémique avec les autorités locales autour du dispositif de sécurité déployé le 14 juillet, le ministre de l’Intérieur a salué “des policiers, des femmes et des hommes qui ont fait le serment de protéger les Français, (qui) ont immédiatement réagi avec un courage qui force l’admiration”, lors de cette cérémonie qui s’est déroulée en dehors de toute présence médiatique.

“Ils ont tout fait pour s’interposer, en prenant des risques énormes, mais toujours avec lucidité et sang-froid. Ce sont nos policiers qui, avec le concours de citoyens héroïques, ont arrêté la course folle du camion lancé à pleine vitesse”, a déclaré le ministre, selon la retranscription de son discours fourni par son ministère.

“Je veux exprimer mon admiration et ma reconnaissance à l’ensemble des policiers et des gendarmes de France, aux policiers de Nice et à leurs camarades gendarmes qui sont venus leur prêter main forte, dans la nuit du 14 juillet dernier”, a ajouté le ministre, soulignant qu’il pensait aussi aux personnels de la police municipale de Nice. A aucun moment au cours de sa brève visite le ministre ne s’est exprimé face à la presse.

Lundi, alors qu’ils étaient venus participer sur la Promenade des Anglais à une minute de silence, plusieurs membres du gouvernement menés par le Premier ministre Manuel Valls avaient été hués au sein du cortège officiel, dans lequel se trouvait aussi le 1er adjoint LR au maire de Nice Christian Estrosi. La cérémonie privée à laquelle a assisté vendredi Bernard Cazeneuve dans l’enceinte de la caserne Auvare de Nice s’est déroulée en présence de l’épouse du défunt de 48 ans, la commissaire Delphine Lallemand, et de nombreux collègues d’Emmanuel Grout, qui était directeur départemental adjoint de la police aux frontières des Alpes-Maritimes depuis 2004.

Le policier tué, qui avait fait ses classes à l’Ecole nationale supérieure de police de Saint-Cyr au Mont d’Or, s’occupait d’un services de 400 fonctionnaires de police et avait la responsabilité de l’aéroport de Nice, premier aéroport de province, a rappelé le ministre. Il était également en première ligne dans cette zone frontalière sur la problématique des flux de migrants. Emmanuel Grout avait débuté sa carrière dans le Val d’Oise, avant d’être muté à Nice pour son premier poste de commissaire, en qualité d’adjoint au chef du service de sécurité de proximité, qui compte 770 fonctionnaires de police.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *