vendredi 18 octobre 2019
Accueil / A la une / Militaires tués en Guyane en luttant contre l’orpaillage illégal: leurs biographies

Militaires tués en Guyane en luttant contre l’orpaillage illégal: leurs biographies

Trois militaires du 19ème régiment du génie de Besançon (Doubs) participant à l’opération Harpie ont trouvé la mort mercredi en Guyane. Ils ont été victimes d’émanations toxiques dans un puits creusé par des orpailleurs illégaux. Cinq autres ont été blessés dans ce drame qui est la pire perte humaine de l’armée en Guyane. L’enquête a été confiée à la Gendarmerie qui est engagée sur l’opération “Harpie” avec les armées.

Ces militaires du 19e régiment du génie de Besançon étaient déployés en mission de courte durée au sein du 9ème régiment d’infanterie de marine (RIMa) de Cayenne. Il s’agit du sergent-chef Edgar Roellinger, du caporal-chef de 1ère classe Cédric Guyot et du caporal-chef Mickaël Vandeville.

L’état-major des armées a précisé que ces soldats “étaient engagés depuis le 11 juillet sur une opération “Wilau” qui consiste à détruire par explosif les sites d’orpaillage clandestins.”

Ils opéraient à 150 km au sud de Saint Laurent du Maroni à Saint-Jean-d’Abounami.

Dès le lendemain du drame, précise la Gendarmerie de la Guyane sur sa page Facebook, Patrice Faure, préfet de la Région Guyane, le général Didier Looten, commandant des Forces Armées en Guyane, le général Patrick Valentini, commandant de la Gendarmerie de Guyane et le procureur de la République, se sont rendus à Saint- Jean- du- Petit Abounami, où ils ont rencontré les soldats présents lors de l’opération en présence de l’aumônier militaire.

Lire aussi sur L’Essor: Une pirogue de militaires et de gendarmes de l’opération Harpie attaquée par des orpailleurs clandestins

Les biographies des trois militaires

Biographies fournies par le ministère de la Défense.

Sergent-chef Edgar Roellinger

Le sergent-chef Roellinger (Photo Armée de Terre)

Né le 16 mai 1992 à Toulon (83), le sergent-chef Edgar Roellinger s’est engagé comme sous-officier à l’école nationale des sous-officiers d’active de Saint-Maixent en 2011

Nommé sergent le 1e​r février 2012, il est affecté au 19ème régiment du génie de Besançon le 4 juin suivant comme chef de groupe génie combat, “fonction dans laquelle il démontre immédiatement d’indéniables qualités de chef et s’impose rapidement comme l’un des meilleurs de son unité.
Il est projeté pour la première fois en opération extérieure au sein de l’opération “Barkhane” au Mali, de septembre 2014 à janvier 2015 comme chef de groupe de déminage.

Il se distingue par son comportement exemplaire, son sang-froid et son courage dans un contexte sécuritaire particulièrement dégradé“.

Son action déterminante au cours de son mandat est soulignée par une citation à l’ordre de la brigade comportant l’attribution de la médaille d’or de la défense nationale avec étoile de bronze.

Choisissant de se spécialiser dans le déminage, il obtient ses qualifications en 2015. Sous-officier charismatique, il dévoile au quotidien un indéniable potentiel et s’investit avec cœur dans tous les domaines.
Il est projeté une seconde fois à Djibouti de juin à octobre 2016 en qualité de chef de groupe génie combat. Dès le début de son mandat, il est détaché au sein d’un détachement d’instruction opérationnel en Ouganda où il remplit brillamment la fonction de chef d’atelier contre IED, démontrant des qualités techniques exceptionnelles.

En 2016, il occupe le poste d’adjoint chef de groupe en section “Fouille Opérationnelle Spécialisée“. Passionné par son domaine, il s’investit dans tous ses stages de spécialisation et de cursus dans lesquels il obtient à chaque fois des résultats élogieux et se voit confier naturellement les responsabilités de chef de groupe puis d’adjoint au chef de section.

Possédant de solides compétences, attentif à ses hommes et d’un commandement sûr, il est un militaire hors pair qui partage ses savoir-faire au sein de sa section afin d’en optimiser l’emploi.

En 2019, il participe à l’opération “Harpie” en tant que chef de section FOS.
Sous-officier de grande valeur et meneur d’hommes averti, il était titulaire de la croix du combattant, de la médaille d’outre-mer avec agrafe “Sahel“, de la médaille de la défense nationale échelon argent et de la médaille de la reconnaissance de la nation.

Le sergent-chef Edgar Roellinger était célibataire.

Caporal-chef de 1ère classe Cédric Guyot

Le capoal-chef Guyot (Photo Armée de terre)

Né le 10 novembre 1987 à Marseille (13), le caporal-chef de 1ère classe a servi la France durant plus de 13 ans.

Incorporé au 19ème régiment du génie le 1er février 2006, il servira tout au long de sa carrière au sein de la compagnie d’appui. Il est élevé à la distinction de soldat de 1ère classe le 1e​r septembre de la même année.
Appliqué et travailleur, il prend part à l’opération “Trident” au Kosovo de septembre 2008 à janvier 2009 en qualité de sapeur mineur. “Faisant preuve d’une remarquable ardeur au travail pour sa première projection, il œuvre sans cesse pour la réussite de la mission”.

Nommé caporal le 1e​ r février 2009, “il démontre qu’il est un chef d’équipe dynamique et motivé, notamment à l’instruction où il fait preuve d’excellentes qualités pédagogiques”.
De septembre 2010 à janvier 2011, il est employé comme auxiliaire d’aide au déploiement dans le cadre de l’opération “Daman” au Liban.

En 2012, il est promu caporal-chef le 1e​ r avril et participe à l’opération “Pamir” en Afghanistan de mai à décembre comme opérateur VAB. “

Il se distingue particulièrement lors de cette mission par ses qualités de pilote exceptionnelles, lui permettant de manœuvrer son véhicule et de s’extraire d’une zone battue par les feux ennemis lors d’une embuscade”.

Pour son action, il reçoit une citation à l’ordre du régiment comportant l’attribution de la médaille d’or de la défense nationale avec étoile de bronze. Il est déclaré titulaire du certificat de qualification technique supérieur combat du génie le 1er​ février 2013.

Fort de son expérience opérationnelle, il est projeté au Tchad lors de l’opération “Epervier” d’avril à mai 2014. Auxiliaire EOD performant et rigoureux, il réalise un excellent mandat. La même année, il sert en qualité d’adjoint chef de groupe PROTERRE en mission de courte durée à La Réunion.

De juin à octobre 2016, il participe à un renfort temporaire à l’étranger à Djibouti comme pilote VAB où il confirme une nouvelle fois ses compétences d’enginiste.
A son retour de mission, il se spécialise dans le domaine “Fouilles Opérationnelles Spécialisées” (FOS). Il démontre d’emblée de remarquables qualités dans cette filière exigeante et nouvelle au sein du régiment.

Il est désigné comme équipier FOS dans le cadre de l’opération “Chammal” de mai à juin 2018.

“Spécialiste reconnu et militaire aguerri, il réalise une mission en tout point remarquable et contribue aux succès des missions confiées à son détachement”.
Equipier FOS de grande valeur et techniquement très compétent, il est un atout majeur pour sa section.

En 2019, il participe à l’opération “Harpie” en tant que chef d’équipe FOS.

Caporal-chef Mickaël Vandeville

Le caporal-chef Vandeville (Photo Armée de terre)

Né le 23 décembre 1988 à Villiers-le-Bel (95), le caporal-chef de 1ère classe Mickaël Vandeville s’engage au 19ème
régiment du génie de Besançon en tant que militaire du rang le 3 juin 2008. Elevé à la distinction de sapeur de 1ère classe le 1er avril 2009, il occupe la fonction de conducteur véhicule lourd du génie où il démontre déjà de belles qualités militaires qu’il confirmera lors de son premier départ en Guyane de mars à juillet 2009 dans le cadre de l’opération “Harpie”.
Il est projeté une seconde fois en Nouvelle-Calédonie de juin à septembre 2010 comme conducteur pelle hydraulique. Il se caractérise par son sérieux et son comportement exemplaire.
Promu caporal le 1er avril 2011, il est projeté en Afghanistan dans la cadre de l’opération “Pamir” de juin à décembre 2011 en tant que radio du sous-officier adjoint

“Son action déterminante au cours de son mandat est soulignée par une citation à l’ordre de la brigade comportant l’attribution de la médaille d’or de la défense nationale avec étoile de bronze.”

En août 2012, il est promu au grade de caporal-chef. Il est projeté une nouvelle fois en Guyane de septembre 2012 à janvier 2013 en qualité de chef d’équipe. Tout au long de cette mission, il démontre sa grande polyvalence en occupant en parallèle les fonctions de conducteur d’engin.

De juin à septembre 2013, il participe à l’opération “Serval” au Mali comme chef d’équipe au déploiement.
Enginiste confirmé, il permet grâce à son investissement remarquable et sa rigueur exemplaire de remplir toutes les missions confiées avec succès.
Il est engagé en tant que chef d’équipe, à La Réunion de novembre 2014 à mars 2015 puis de juillet à novembre 2015 en Nouvelle-Calédonie comme sapeur organisation du terrain, prouvant une fois de plus sa grande compétence.
Projeté à Djibouti d’octobre 2016 à mars 2017 en qualité d’opérateur VAB génie, “il fait preuve tout au long de son mandat d’un professionnalisme sans faille, confirmant ainsi des qualités techniques exceptionnelles.”
En 2016, il rejoint la section “Fouille opérationnelle spécialisée” où il occupe le poste d’équipier. Passionné par son domaine, il s’investit dans tous les stages de spécialisation dans lesquels il obtient à chaque fois d’excellents résultats.
Il est déployé en Guyane dans le cadre de la mission “Harpie” en mai 2019 en tant qu’équipier FOS. Il est élevé à la distinction de caporal-chef de 1ère classe le mois suivant.

Militaire du rang de grande valeur, il était décoré de la croix du combattant, de la médaille d’outre-mer agrafe “Sahel” de la médaille de la défense nationale échelon argent, de la médaille de la reconnaissance de la nation, de la médaille commémorative française avec agrafe “Afghanistan” et de la médaille de la protection militaire du territoire avec agrafes “Harpie” et “Sentinelle“.
Le caporal-chef de 1re classe Mickaël Vandeville était célibataire.

A voir également

Lancement des travaux du livre blanc de la sécurité intérieure au ministère de l'Intérieur (Ph: M.GUYOT/ESSOR)

Les gendarmes s’investissent dans le livre blanc de la sécurité intérieure

Ses travaux doivent être bouclés d'ici le début d'année 2020. Les gendarmes s'investissent dans le chantier du livre blanc de la sécurité intérieure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *