mercredi 22 mai 2019
Accueil / A la une / Message haineux incitant au suicide: un “Gilet jaune” interpellé par les gendarmes
Gilet jaune sur un pare-brise de voiture (Photo d'illustration DC/L'Essor)
Gilet jaune sur un pare-brise de voiture (Photo d'illustration DC/L'Essor)

Message haineux incitant au suicide: un “Gilet jaune” interpellé par les gendarmes

Flic suicidé à moitié pardonné“. Un Gilet jaune ayant apposé cet ignoble slogan sur sa camionnette sera jugé. Il a été interpellé par les gendarmes. La haine et l’imbécillité sont sans limite.

Lire aussi sur L’EssorVidéo d’un gendarme sur Facebook: un “Gilet jaune” relaxé

Un Gilet jaune de Caussade (Tarn-et-Garonne) n’a rien trouvé de mieux que de coller à l’arrière de sa camionnette une affichette des plus scandaleuses. Celle-ci reprend le slogan proféré à Paris samedi 20 avril lors de l’acte 23 du mouvement.

Le quotidien régional La Dépêche rapporte que la vision du véhicule utilitaire ainsi “décoré” a choqué les habitants. Ce lundi, les gendarmes de la communauté de brigades de Caussade retrouvent l’utilitaire. Ils identifient rapidement le propriétaire du véhicule. Il s’agit d’un homme de 52 ans, originaire d’Alsace. Mais il habite dans le Tarn-et-Garonne depuis quelques années.

Plainte d’un officier de Gendarmerie

L’individu est été aussitôt placé en garde à vue. Présenté au parquet du tribunal de Montauban, il est laissé libre avec une convocation. Il sera jugé pour outrage le 12 juillet prochain. Il s’engage, selon La Dépêche, à reverser tous les éventuels dommages et intérêts à deux associations.

Il s’agit de la fondation Maison de la Gendarmerie et l’Association nationale des actions sociales de la Police nationale (Anas). A noter qu’un officier de la compagnie de Montauban dépose plainte. Le préfet de Tarn-et-Garonne espère, dans un communiqué, “d’une condamnation à la hauteur “de l’ignominie des propos”.

A voir également

Lors de la manifestation des Gilets jaunes du samedi 20 avril (Ph: GT/L'Essor).

Le Conseil d’Etat refuse de suspendre la grenade GLI-F4

La Ligue des droits de l'homme et l'Action des chrétiens pour l’abolition de la torture avaient saisi la plus haute juridiction administraive en référé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !