dimanche 27 septembre 2020
Accueil / A la Une / Bilan des missions Harpies en Guyane : les gendarmes et forces armées ont démantelé 878 campements
Un site d'orpaillage illégal en Guyane (Crédit photo: DR).

Bilan des missions Harpies en Guyane : les gendarmes et forces armées ont démantelé 878 campements

Le nombre de chantiers d’orpaillage illégaux dans la forêt équatoriale française en Guyane est en baisse au premier semestre, avec 160 chantiers actifs contre 204 en décembre 2015, et les gendarmes et forces armées de Guyane (FAG) ont démantelé “878 campements”, selon un récent bilan des missions Harpies.

L’engagement” des troupes Harpie, qui luttent contre l’orpaillage illégal en Guyane française s”est accru”, souligne le bilan semestriel 2016 des missions de lutte contre l’orpaillage illégal en Guyane française, présenté lundi par le préfet de Guyane, Martin Jaeger, à Cayenne.

Le bilan fait notamment état d’une baisse du nombre de chantiers illégaux, avec “160 chantiers actifs”, contre 204 en décembre 2015 et 500 fin 2013. Depuis le 1er janvier, les gendarmes et forces armées de Guyane (FAG) ont démantelé “878 campements”, détruits 99 zones d’échanges logistiques fluviales, et ont neutralisé “7 barges” flottantes qui fouillent les fleuves frontaliers de la Guyane avec le Suriname et le Brésil.

Environ 90 pirogues et une quarantaine de quads ont été confisqués. Les saisies s’élèvent à 9,3 millions d’euros. Le bilan décrit des missions de terrain plus nombreuses, et “dont la durée augmente”. De même, “731 patrouilles répressives” ont été conduites, soit une hausse de 40 % par rapport au premier semestre 2015.

Depuis plusieurs années, l’objectif s’organise autour de “la perte de rentabilité” des trafiquants d’or, selon les autorités guyanaises, qui parlent de “guerre économique”.

Deux missions majeures se sont déroulées de janvier à juin. Les opérations “Korbo 2” et “Chlorocéryle” se sont concentrées sur des bassins clés de l’orpaillage illégal, à savoir principalement les fleuves et rivières du Sud et de l’Ouest du Parc amazonien de Guyane. Ces deux opérations ont nécessité l’envoi aérien en pleine forêt de 330 militaires des forces armées de Guyane et 120 gendarmes.

Débutée en février 2008 et devenue permanente en 2010, la mission intérieure Harpie a pour objectif de limiter l’impact de l’orpaillage clandestin en Guyane et d’empêcher les déforestations et les pollutions au mercure, générées par cette activité.

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. GCdecoeur

    Les gendarmes ET les forces armées !!!???!!! Tiens donc, les gendarmes ne fot donc pas parti des forces armées !!!???!!! Continuez comme çà, vous participez à la “civilianisation” de l’Arme avec de tels propos !!! Donc à son anéantissement ! Bravo ! Plus besoin des politiques !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *