mercredi 20 mars 2019
Accueil / A la une / L’UNPRG exprime son soutien total à la gendarme mise en examen dans le Gard
Drapeaux de l’UNPRG lors du congrès d’Agde (Photo d’illustration D.C/L’Essor)

L’UNPRG exprime son soutien total à la gendarme mise en examen dans le Gard

Communiqué de l’UNPRG

L’Union Nationale des Personnels et Retraités de la Gendarmerie apporte son soutien le plus total à notre camarade gendarme mise en examen dans le Gard.
Jeudi 30 août, à l’occasion du service un gendarme fait usage de son arme sur la voiture d’un automobiliste qui refusait d’obtempérer le touchant mortellement. Le conducteur est un homme d’une quarantaine d’années recherché par les gendarmes.
Sous la direction du parquet de Nîmes, l’enquête relative aux faits est confiée à l’inspection technique de la gendarmerie nationale et à la section de recherches de Nîmes saisies conjointement.
Samedi 1er septembre, notre camarade gendarme est mise en examen pour «violences volontaires avec arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner ».
Cette décision fait suite à l’ouverture d’une information judiciaire confiée à un juge d’instruction.
L’enquête, qui se poursuit, devra permettre d’en savoir plus sur les conditions de la mort de l’automobiliste, mais aussi sur les conditions de l’ouverture du feu qui semble conforme aux droits.
Les forces de sécurité, gendarmerie ou police nationales sont visées par une violence de plus en plus grande. Les refus d’obtempérer sont en nombre croissants. Les délinquants n’hésitent plus à mettre en péril la vie des gendarmes et par conséquent leur propre vie ; s’exposant à l’usage de la force ou des armes.
Le gendarme est le dernier rempart dans la défense des plus faible. Il doit faire son devoir face à des individus de plus en plus déterminés mais lui est censé garder la maitrise de la force. C’est aussi pour cela que le législateur a confié des droits spécifiques aux gendarmes afin de leur permettre d’assurer leurs missions.
Le gendarme arme son bras uniquement pour faire respecter la Loi. C’est le cas dans cette affaire. Le gendarme féminin âgée d’une cinquantaine d’années est mère de deux enfants. Elle est très affectée par son geste alors qu’elle n’a fait que son devoir.
Il faut avoir vécu ces situations pour les appréhender comme il faut. Une voiture lancée à toute allure est une arme redoutable. De nombreux gendarmes en sont morts. La liste est malheureusement trop longue.
Nous sommes persuadés que l’enquête démontrera que le gendarme a agi conformément aux droits et de l’issue favorable de cette affaire en sa faveur.
Les esprits doivent s’ouvrir à la compréhension.

Jacky Lefort, Vice-président communication de l’UNPRG (Photo DC/L’ESSOR)

Jacky LEFORT, vice-président national
Commission communication



A voir également

Un gendarme des Yvelines ouvre le feu après un refus d’obtempérer

A la suite d’un refus d’obtempérer et un franchissement de herse à la Queue-lez-Yvelines, un …

2 Commentaires

  1. Total soutient à cette Gendarme mis en examen par une justice pro délinquants!
    Il va donc falloir laisser s’installer l’anarchie et ne plus appréhender les délinquants!
    Tout tout le camp!

  2. LE MELINAIRE, Bernard

    Egalement, total soutien à ce Gendarme féminin mis en examen. Il est maintenant d’usage ” malsain ” de mettre en examen les personnels des forces de l’ordre dès qu’elles font usage de leur arme. Ceci laisse à penser, à priori, qu’ils ont une part de culpabilité. Ne faudrait-il pas faire l’inverse et dire que l’usage a été fait dans les conditions requises et ensuite, si ce n’est pas le cas , effectivement, mettre la personne en examen. Cette mère de famille déjà affectée par cette mort doit encore supporter les désagréments d’une garde à vue. Je dis NON.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *