vendredi 6 décembre 2019
Accueil / A la une / L’une des figures des Gilets jaunes, Jérôme Rodrigues, entendue par les gendarmes de la Roche-sur-Yon
Jérôme Rodrigues (Crédit photo: Patrice Calatayu/ Flickr).
Jérôme Rodrigues (Crédit photo: Patrice Calatayu/ Flickr).

L’une des figures des Gilets jaunes, Jérôme Rodrigues, entendue par les gendarmes de la Roche-sur-Yon

Les gendarmes de la Roche-sur-Yon ont entendu ce week-end une des figures des Gilets jaunes. Jérôme Rodrigues a en effet été placé en garde à vue par les militaires suite à sa mise en cause dans une affaire de violences conjugales.

Ce dimanche 28 juillet, le Gilet jaune est en vacances chez des amis à Thorigny (Vendée). Mais malgré le repos estival l’heure n’est visiblement pas à l’apaisement. Sa compagne, enceinte, appelle les pompiers, expliquant faire “une crise d’angoisse” et “avoir des douleurs au ventre“.

Brouille

Les soldats du feu alertent aussitôt les gendarmes. Car au cours de la conversation, ils ont compris qu’une dispute était en cours. Le téléphone a en effet été arraché des mains de la compagne du Gilet jaune. Si l’on ignore les raisons de la brouille, les gendarmes soupçonnent Jérôme Rodrigues d’avoir vidé une bouteille d’eau sur le visage de sa compagne avant de la bousculer.

“Comme Elisabeth [une personne de l’entourage] m’empêchait de passer, j’ai levé le poing, déclarera aux enquêteurs Jérôme Rodrigues. Le but de ce geste n’était pas d’être violent envers quiconque, mais lorsque je suis dans cet état d’énervement je suis comme dans un état de transe.”

Réentendue, la compagne du Gilet jaune précisera dans un second temps n’avoir subi aucune violence. Pour l’avocat de son compagnon, cité par Franceinfo, il s’agit d’une “dispute amoureuse sans violences”. La garde à vue désormais levée, le parquet de la Roche-sur-Yon étudie actuellement la procédure pour voir quelles suites donner à l’affaire. “Les directives des parquets de Vendée en matière de violence conjugales prescrivent l’ouverture systématique d’une enquête”, précise le parquet dans un communiqué.

A voir également

Après le drame de la Préfecture de police de Paris, les services de renseignement vont être passés au peigne fin (Crédit photo: capture d'écran Cnews).

Un des quatre tués dans l’attentat de la PP déclaré “victime du terrorisme”

L'acte de naissance de l'employé de la préfecture de police de Paris poignardé le 3 octobre porte désormais la mention "victime du terrorisme".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *