mercredi 3 juin 2020
Accueil / A la une / Lourdes peines pour les orpailleurs brésiliens tueurs de militaires français en Guyane
Un site d'orpaillage illégal en Guyane (Crédit photo: DR).

Lourdes peines pour les orpailleurs brésiliens tueurs de militaires français en Guyane

Quatre orpailleurs brésiliens ont été condamnés le mercredi 19 octobre en Martinique à des peines allant de 18 ans de prison à la réclusion criminelle à perpétuité pour le meurtre en 2012 de deux militaires français en Guyane.

Deux des quatre accusés, condamnés et détenus au Brésil dans le cadre d’autres affaires, étaient absents du box de la cour d’assises spéciale de Fort-de-France, car la France n’a pas de convention d’extradition avec leur pays. Ils écopent des plus lourdes peines.

Celui présenté comme l’instigateur et le chef du gang a été condamné à la réclusion criminelle  à perpétuité. Le second est condamné à 30 ans de réclusion criminelle.

Les deux accusés présents devant la cour ont été condamnés à 18 ans et 20 ans de prison.

Les quatre hommes étaient poursuivis notamment pour meurtre en bande organisée des deux militaires de l’armée de terre française, lors d’une opération de l’armée et de la gendarmerie contre les chantiers aurifères illégaux en Guyane en 2012.

Trois gendarmes avaient été blessés 

Le verdict a été rendu après quatre heures de délibérés et en l’absence des familles des deux militaires tués reparties mercredi soir en métropole.

Le président de la cour a précisé aux deux condamnés présents qu’ils avaient 10 jours pour interjeter appel.

Le 27 juin 2012, l’adjudant Stéphane Moralia, 28 ans, et le caporal-chef Sébastien Pissot, 33 ans, appartenant au 9e Régiment d’infanterie de marine (Rima), participaient à une opération de lutte contre l’orpaillage illégal à Dorlin (sud-ouest de la Guyane), sur le territoire de Maripasoula, commune la plus étendue de France.

Victimes d’une embuscade, Sébastien Pissot avait été tué sur le coup et Stéphane Moralia grièvement touché. Il était décédé quelques heures plus tard. Trois autres gendarmes avaient aussi été blessés lors de l’accrochage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *