lundi 14 octobre 2019
Accueil / A la une / L’institut des hautes études de sécurité et de justice (INHESJ) supprimée fin 2020
Une session porte le nom du colonel Beltrame. Lors du baptème, le frère d'Arnaud Beltrame entouré du préfet Thierry Leleu, à gauche, président du conseil d'administration de l'INHESJ, d'Hélène Cazaux-Charles, directrice de l'INHESJ et du général Gieré. (Photo INHESJ)

L’institut des hautes études de sécurité et de justice (INHESJ) supprimée fin 2020

L’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ) n’existera plus fin 2020. Des ministères ou institutions partenaires reprendront ses missions.

Il a été créé en 1989 par le ministre de l’Intérieur de l’époque Pierre Joxe sous le nom d’Institut des hautes études de la sécurité intérieure (Ihesi) sur le modèle de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN). Cette structure rattachée à Matignon a accueilli des milliers d’auditeurs dont de très nombreux gendarmes. Une session porte même le nom du  colonel Arnaud Beltrame.

Lire aussi sur l’EssorPlusieurs gendarmes dans la 29e session Colonel Arnaud Beltrame de l’INHESJ (Vidéo)

Une pétition “Sauvons l’INHESJ’ lancée il y a quelques jours aux anciens auditeurs avait mis la puce à l’oreille aux anciens auditeurs. Annoncée par l’Opinion,  la nouvelle de la suppression de l’INHESJ a été confirmée par le Premier ministre.

Cette décision est la suite d’une circulaire de juin 2019 du Premier ministre sur la transformation des administrations centrales. “Afin de réduire substantiellement le nombre d’organismes n’ayant pas la taille critique, les administrations devront justifier le maintien des structures dont la taille n’excède pas 100 équivalent temps plein“, précisait ce texte.

La direction de l’INHESJ “prend acte” de la décision

Dans un communiqué publié ce mardi 8 octobre,  la direction de l’INHESJ “prend acte“, de la décision. “Elle regrette que les efforts de réorganisation interne menés depuis plusieurs années n’aient pas été pris en compte.” Ses missions, “dont l’actualité démontre chaque jour l’impérieuse nécessité“, seront intégrées “au sein de certains ministères ou institutions partenaires“, précise l’INHESJ sur son site.

https://platform.twitter.com/widgets.js

L’association des auditeurs dénonce un message négatif

Créé en 1989, l’INHESJ “continuera d’assurer la formation de 200 auditeurs jusqu’au mois de juin” 2020. Elle proposera “jusqu’à l’été 2020 des formations sur-mesure pour ses partenaires des secteurs public et privé”.

L’Association nationale des auditeurs de l’INHESJ a réagi à l’annonce de cette suppression.  Dans un communiqué, elle dénonce “le caractère négatif du message de disparition de l’INHESJ”.

D.C 

A voir également

Photo d'illustration (Ph: M.GUYOT/ESSOR)

Un gendarme mobile se donne la mort à Sathonay-Camp

Un adjudant s'est donné la mort dans l'enceinte de la caserne du groupement de Gendarmerie mobile 1/5 de Sathonay-Camp, dans le Rhône, ce samedi 12 octobre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *